Covid-19 : un “traumatisme de masse” chez les infirmiers, selon le Conseil international des infirmières

Les conclusions préliminaires d'une enquête menée par le Conseil international des infirmières (CII) auprès de 130 associations nationales d'infirmiers et à d'autres sources, indiquent que l'effet Covid-19 constitue une "forme unique et complexe aux conséquences potentiellement dévastatrices à court et à long terme" sur les infirmiers et les systèmes de santé. 

"Le nombre de décès confirmés d'infirmières dépasse désormais les 2200 (dans le monde, ndlr) et, des niveaux élevés d'infection parmi les personnels infirmiers se maintenant, les effectifs, sur la corde raide, ressentent une détresse psychologique croissante du fait d'une charge de travail toujours plus lourde, d'une violence permanente et des personnes s'élevant contre la vaccination", explique le CII dans un communiqué. 

Départs anticipés

Selon le Conseil, la pandémie risquerait de nuire à la profession "sur plusieurs générations", "à moins que les pouvoirs publics ne prennent des mesures immédiates pour remédier à l'effet Covid-19", qui, d'après son enquête, pourrait provoquer des départs de grande ampleur de la profession. 

"Le monde est déjà confronté à une pénurie de six millions d'infirmières et quatre autres millions devraient atteindre l'âge de la retraite dans les dix prochaines années. L'effet Covid étant  susceptible d’entraîner le départ d’un plus grand nombre encore d’infirmières, les pouvoirs publics doivent agir dès maintenant pour protéger la profession et nos systèmes de santé déjà fragiles, s’ils ne veulent pas hypothéquer la santé de leur pays et l’objectif de l’Organisation mondiale de la Santé d’une couverture sanitaire universelle", indique le CII.  

Troubles mentaux en hausse

Les données du CII montrent que depuis la première vague de la pandémie, le pourcentage d’infirmières déclarant souffrir de troubles mentaux est passé de 60 à 80 % dans de nombreux pays.

Le CII a également rassemblé des études provenant de toutes les régions du monde, lesquelles confirment une hausse des traumatismes, de l’anxiété et du surmenage professionnel dans la profession infirmière.

« Ce traumatisme de masse, unique, a un effet immédiat et très marqué, et il est aussi très probable qu’il ait une grande incidence à long terme car il contribue à une vague d’état de stress post-traumatique différé, de dépression et d’anxiété, dont nous ne pouvons pas encore mesurer l’ampleur », explique Howard Cattin, le directeur général du CII, cité dans le communiqué. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
258 rq / 1,497 sec