Mobilisation le 15 octobre dans les hôpitaux : “les salariés n’en peuvent plus”

Trois mois après les accords du Ségur, plusieurs collectifs de soignants (inter-urgences, inter-hôpitaux, inter-blocs) et syndicats (CGT, SUD et CFE-CGC) veulent relancer la mobilisation. Une première journée d'actions est prévue jeudi 15 octobre,  jour du vote du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). 

Mobilisation le 15 octobre dans les hôpitaux : "les salariés n'en peuvent plus"

Lors de la mobilisation du 14 juillet 2020, à Paris, au lendemain de la signature des accords du Ségur. © M.S / ActuSoins

La colère gronde. Partout, les témoignages de soignants se multiplient. Pour les hospitaliers, ce n'est pas nouveau, certes. Mais cette fois, "on sent le bout, on a envie de changer de métier, on n'en peut plus", estime Sébastien, un infirmier qui sera présent demain dans le cortège parisien*. Ce sera sa première manifestation. 

"Notre système de santé s'effondre. Il faut maintenant une action forte", témoigne de son côté Arthur, un infirmier de 33 ans, sur Twitter. "Il est honteux de continuer comme cela, nous sommes épuisés. La semaine dernière, j'étais seule avec une infirmière pour 15 patients lourds dans un service,  je ne vais pas tenir longtemps", enchaîne Barbara, aide-soignante dans un hôpital marseillais. 

Mobilisation unitaire

Désarroi, épuisement et incompréhension :  "les salariés toutes catégories confondues n'en peuvent plus de devoir supporter la dégradation de leurs conditions de travail sans aucune amélioration en vue", expliquent dans un communiqués commun certaines de ces organisations (dont le SNPI, syndicat national des professionnels infirmiers).


"Sans signal fort, la deuxième vague de Covid-19 risque de faire s'écrouler notre système de santé et d'action sociale", affirment-t-elles. 

Les organisations exigent "l'ouverture massive de lits", "des formations massives des professionnels pour des recrutements" et  "300 euros par mois minimum" d'augmentation pour les salariés, alors-même que le Ségur de la santé, signé en juillet par d'autres syndicats (FO, CFDT, Unsa) prévoit une augmentation générale de 183 euros net pour les agents hospitaliers (hors médecins). 

Ces protocoles d'accord "ne sont pas satisfaisants du tout, voire inadaptés aux demandes et revendications des personnels", estiment les organisations. 

La CFDT-Santé, avait de son côté, appelé à une journée de grève le 13 octobre pour réclamer l'élargissement du Ségur aux "agents et salariés des établissements sociaux et médico-sociaux", note-t-on. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

*A Paris, une manifestation est prévue à 13h30. Un cortège partira du bd des Invalides (métro Varennes) et se dirigera vers la place Fontenoy. Ailleurs en France, des actions locales sont prévues dans les hôpitaux notamment. 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
250 rq / 1,249 sec