Confinement volontaire des professionnels avec les résidents : en Ehpad, des résultats plutôt positifs

Les taux de mortalité liés au Covid-19 dans les Ehpad qui ont mis en place un confinement du personnel avec les résidents ont été plus faibles que dans les autres Ehpad, selon une étude publiée hier dans Jama Network

Confinement volontaire des professionnels avec les résidents : en Ehpad, des résultats plutôt positifs

© Tommy Larey / Shutterstock

Les résultats suggèrent que l'auto-confinement des membres du personnel avec des résidents peut aider à protéger ces derniers contre la mortalité liée au Covid-19 et à protéger le personnel et les personnes âgées de l'infection. 

Pendant ces périodes d'auto-confinement, tous les membres (infirmiers, aides-soignants, directeurs, assistants, personnels d'entretien, personnels de cuisine, etc.) des 17 Ehpad français identifiés par les chercheurs sont restés avec leurs résidents 7 jours sur 7 et 24h sur 24.

[Lire aussi sur ActuSoins.com : "Elles se sont confinées avec les résidents de leur Ehpad"]

Ces professionnels dormaient dans diverses zones inutilisées de l'Ehpad (bureaux, salles de rééducation, salle à manger, etc.) en utilisant des lits d'appoints ou des lits de camps. 


Dans trois Ehpad, des mobil-homes étaient également disponibles sur le parking de l'établissement pour le repos diurne du personnel travaillant la nuit, rapporte l'étude. 

Dans les dix-sept établissements, la température  de tous les membres du personnel a été mesurée 2 ou 3 fois par jour, et un bilan clinique relatif aux symptômes du Covid-19 a été effectué quotidiennement. Tous les professionnels qui ont participé à l'initiative (sur la base du volontariat, ndlr) n'avaient ni fièvre si symptômes respiratoires. 

Dans trois Ehpad, le dépistage du Covid-19 par prélèvement nasal par RT-PCR a été effectué parmi tous les membres du personnels qui se sont portés volontaires. Dans deux autres, le dépistage par RT-PCR n'a été effectué que pour la deuxième période d'auto-confinement. 

Incidence plus faible ...

L'étude a révélé que les Ehpad concernés ont connu une incidence plus faible de Covid-19 parmi les résidents et une mortalité plus faible qu'au niveau national (0,4% contre 1,8% dans les autres Ehpad). 

Tous les établissements, "sauf un", sont restés exempts de cas de Covid-19 parmi les résidents, "ce qui indique que dans ces établissements, les membres du personnel ont atteint leur objectif commun de bloquer l'entrée du SRAS-CoV-2 dans l'établissement et de prévenir la mortalité liée au Covid-19*", indiquent les chercheurs. 

La seule exception est expliquée par la présence d'un cas confirmé de Covid-19 parmi les résidents diagnostiqué avant la période de confinement du personnel. Le SARS-CoV-2 circulait déjà ainsi dans l'établissement : 4 cas supplémentaires de Covid ont été recensés parmi les résidents. 

...sans certitude toutefois

Cette étude présente plusieurs limites, est-il indiqué dans ses conclusions. Il est notamment "impossible d'affirmer un lien de causalité entre l'initiative d'auto-confinement et la faible incidence du Covid-19", est-il noté. 

Parmi les autres explications et donc biais possibles : l'implication . "Dans la mesure où l'expérience de confinement du personnel reflète un dévouement exceptionnel envers leurs résidents, elle peut être associée à de meilleures pratiques d'hygiène", est-il expliqué. 

Par ailleurs, la définition des cas de Covid-19 (enquête nationale et enquête des chercheurs) "peut avoir manqué certains cas de Covid-19 en raison d'une sous-déclaration par certains directeurs d'Ehpad", considèrent les auteurs. 

En outre, certains cas de Covid-19  peuvent avoir été omis dans les deux enquêtes en raison de présentations cliniques atypiques ou de résultats négatifs au RT-PCR, estiment-ils. 

Modèle non généralisable

Faible durabilité, réglementations du droit du travail, conséquences sur la vie familiale du personnel : bien que ces expériences, qui reposent sur un fort investissement volontaire du personnel, "y compris des cadres", soient plutôt positives, elles "ne peuvent être présentées comme un modèle généralisable", expliquent les auteurs. 

"Cependant, dans le contexte d'une menace de pandémie, les membres du personnel d'un Ehpad exempts de cas de Covid-19" qui décident de s'auto-confiner avec leurs résidents "ne doivent pas être découragés". 

Les auteurs préconisent aussi de proposer aux membres du personnel un dépistage des infections asymptomatiques par le SRAS-CoV-2, "avant qu'ils ne commencent la période de confinement avec les résidents". 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

*toutes les citations sont librement traduites de l'anglais

Lire aussi, sur ActuSoins.com

Elles se sont confinées avec les résidents de leur Ehpad (juin 2020)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
609 rq / 1,112 sec