L’Ordre des infirmiers demande un recensement du nombre d’infirmiers contaminés et décédés

L'ONI réclame un recensement "dans les plus brefs délais", du nombre d'infirmiers contaminés, hospitalisés ou décédés des suites du Covid-19. L'instance demande aussi que les enfants de professionnels de santé décédés du Covid-19 obtiennent le statut de "pupilles de la Nation". 

L'Ordre des infirmiers demande un recensement du nombre d'infirmiers contaminés et décédésAlors que la Direction générale de la santé communique quotidiennement et précisément sur le nombre de personnes hospitalisées et décédées, aucun chiffre officiel relatif à l'impact de l'épidémie de Covid-19 sur les infirmier(e)s, n'est rendu public, regrette l'ONI. 

"Les établissements de santé et l'ensemble des Agences régionales de santé (ARS) doivent systématiquement faire remonter les données dont ils disposent. Le Ministère de la santé doit ensuite les consolider et les communiquer. Disposer d'informations précises sur l'impact du Covid-19 sur les infirmiers relève du devoir d'information, d'abord auprès de la profession, trop souvent contrainte d'exercer sans équipement de protection adapté et en quantité suffisante, mais aussi pour l'ensemble de la population. Par ailleurs, ces données viendront nourrir les connaissances épidémiologiques afin de mieux comprendre le virus, mieux le prévenir et mieux le contenir", indique Patrick Chamboredon, président de l'ONI, dans un communiqué. 

L'ONI salue par ailleurs l'annonce d'Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé : le coronavirus sera reconnu comme maladie professionnelle de façon automatique et quel que soit le lieu d'exercice du professionnel contaminé, à l'hôpital, en Ehpad ou en ville. 

"Pupille de la Nation" pour les enfants de professionnels de santé décédés

L'ONI demande également le statut de "pupille de la Nation" pour les enfants de professionnels de santé décédés des suites du Covid-19. 

"Tous les jours, des médecins, des infirmier(e)s, des aides-soignants prennent des risques importants pour prendre en charge des personnes atteintes du Covid-19n parfois sans masques, sans surblouses...Certains professionnels de santé perdent malheureusement leur vie dans cette bataille. Ils méritent la reconnaissance de la Nation, et leurs enfants doivent pouvoir accéder au statut de pupille de la Nation", estime Patrick Chamboredon. 

Ce souhait est partagé par 43 députés qui ont soutenu, il y a quelques jours,  un appel visant à créer un statut de reconnaissance nationale, semblable à celui de "Pupille de la Nation", lancé  par le député LREM François Jolivet (Indre). 

"Dans l'Indre, à Châteauroux, une aide-soignante de 48 ans est décédée et laisse dans son sillage quatre orphelins. Ils sont tragiquement, dans le personnel soignant, de plus en plus nombreux. Ce sont des visages, des "engagés" au service des autres, mais surtout des mères et des pères de famille que la France ne doit jamais oublier. Ils méritent toute la reconnaissance de la Nation, parce qu'ils sont morts pour elle", indiquent, d'une même voix,  les 43 députés signataires. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Infirmier(e)s : une profession significativement impactée

Selon une consultation de l'ONI réalisée en ligne du 4 au 7 avril, à laquelle 70 000 infirmiers ont répondu

- 75% des infirmiers déclarent "ne pas disposer d'équipements de protection en quantité suffisante" (cette proportion monte à 78% pour les masques, et 83% pour les surblouses)

- 6% déclarent "avoir subi une agression visant à leur dérober du matériel", 12% déclarent "avoir subi des pressions, menaces ou injures" et 43% "ressentent une certaine méfiance (de la part de patients ou de leur voisinage) liée au fait qu'ils sont professionnels de santé". 

- 79% déclarent "être davantage en souffrance émotionnelle au regard de la situation actuelle", et 40% estiment "qu'un soutien psychologique pourrait les aider". 

 

Lire aussi sur ActuSoins.com : 

Covid-19 : le Conseil international des infirmières appelle les gouvernements à répertorier le nombre d’infirmiers infectés

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “L’Ordre des infirmiers demande un recensement du nombre d’infirmiers contaminés et décédés”

  1. Corine Lopez dit :

    Le recensement va être totalement faussé.
    Pratiquement personne au début n’a été testé. Il fallait vraiment être symptomatique, et encore, pour être testé. Alors qu’on sait qu’on peut être asymptotique et porteur du virus.
    Tous les soignants auraient dû être testés, au moins par égard pour leurs patients. Mais comme en France nous sommes dans le 1/3 monde, il n’y avait pas assez de tests. Donc leur étude pour les stastitiques va être complètement faussée tout comme tous les discours, recommandations, etc… qui n’ont pas arrêté de changer au fil du temps.
    Maintenant on va deconfiner. Super! Les enfants vont retourner à l’école! Super! Tout d’un coup ils ne sont presque pas contaminants maintenant, ce n’est plus eux qui véhiculent le plus les virus!
    Et puis je crois que les gens se sont déjà deconfines avant la date, depuis quelques temps, je n’ai jamais vu autant de personnes dehors en train de se parler sans masque . en Haute Garonne nous n’avons pas eu de vague,mais je pense qu’elle va arriver! Ça fera gonfler les statistiques!

  2. laurence lebbe puech dit :

    J’ai étais en arrêt pour suspicion covid 19, je n’ai pas été testé sur et je suis infirmière. Donc je ne rentre pas dans les statistique vu que je n’ai pas été testé

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
311 rq / 1,913 sec