Covid-19 : une solidarité manifeste envers les soignants

Cette période de crise sanitaire est certes source de tensions. Certains comportements envers les soignants laissent un goût amer. Néanmoins, de grandes solidarités naissent entre et envers les professionnels de santé avec des initiatives qui fleurissent de toute part pour leur faciliter la vie.

La plateforme "en première ligne" met en relation les personnes qui ont du temps libre avec les soignants.

Des pizzaïolos qui proposent leurs pizzas aux professionnels de santé mobilisés, des restaurateurs qui apportent des plateaux repas, Cyril Lignac qui offre des gâteaux aux membres du Samu, le chocolatier Pierre Marcolini qui fait don du stock de ses boutiques aux Hôpitaux de Paris...

Qu’ils soient anonymes ou célèbres, les petits gestes envers les personnes soignants se multiplient depuis le début de la crise. Des plateformes dédiées voient le jour comme https://enpremiereligne.fr/, qui met en relation les personnes qui ont du temps libre avec celles en première ligne face à la crise sanitaire à savoir les « soignants, médecins, infirmières, pompiers, ambulanciers, policiers mais aussi ceux qui remplissent les rayons dans les magasins, ceux qui s’occupent du fret pour approvisionner les villes en denrées alimentaires ».

L’aide consiste à proposer du volontariat pour garder les enfants ou pour effectuer les courses et les livrer au domicile de la personne demandeuse. D’ailleurs, dans le domaine de l’alimentaire, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) a décidé pour sa part, que depuis le 30 mars, les soignants ne font plus la queue à l’entrée des magasins, ni au moment de régler afin de les aider dans leur vie quotidienne.

Pour en bénéficier, les professionnels de santé doivent présenter un justificatif professionnel comme un badge ou une carte de l’hôpital ou de la clinique.  Ces mesures s’appliquent à toutes les enseignes adhérentes à la FCD. 

Hébergements gratuits         

Autre élan de solidarité qui a toute son importance: la mise à disposition d’hébergements pour les soignants notamment lorsqu’ils viennent en renfort et se retrouvent à exercer dans une ville où ils ne sont pas domiciliés ou lorsqu’ils ne souhaitent pas prendre le risque de contaminer leur entourage en rentrant chez eux.

Un site dédié a rapidement été lancé pour les soignants de Strasbourg hebergement-citoyen.com.

Dans les Pyrénées orientales 28 établissements sont prêts à accueillir, héberger, nourrir et blanchir l'ensemble des blouses blanches mobilisées dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.

A Lyon et Saint-Etienne, c’est By My Home qui propose au personnel médical plusieurs appartements afin de leur simplifier l'organisation du quotidien. La plateforme propose également de laisser les appartements à disposition du gouvernement si besoin pour soigner des malades, tandis que la conciergerie éco-responsable, s'engage à nettoyer en profondeur chaque appartement pour éviter toute contamination par le Covid-19.

De son côté, Airbnb a lancé l’opération Open homes en partenariat avec le Gouvernement.  Cette opération de solidarité vise à aider la communauté d'hôtes à accueillir le personnel soignant, les travailleurs sociaux et les bénévoles des centres d'hébergement dans des logements mis à disposition gratuitement. Airbnb ne perçoit pas de commission et pour chaque séjour, les hôtes sont dédommagés à hauteur de 50 euros. Cette initiative est pour le moment mise en place jusqu’à la fin avril 2020. 

La mobilité simplifiée

Pour faciliter la mobilité des soignants appelés à renforcer une équipe quelque part en France, la SNCF a annoncé la gratuité des trains TGV et Intercités pour les personnels médicaux et paramédicaux à la seule condition de disposer d’un justificatif de leur directeur.

Ils peuvent ainsi voyager dans toute la France pour aller renforcer un service. La mesure concerne les TGV (inOui et Ouigo) et les Intercités, mais pas les TER ni les trains de la banlieue, qui dépendent des régions.

D’ailleurs, les régions Grand Est et Haut-de-France ont décidé d'accorder la gratuité de leurs réseaux de transports aux médecins, infirmiers, ambulanciers toujours à la condition de présenter un document justifiant de leur fonction.

En région parisienne, Ile-de-France Mobilités et la RATP ont mis en place des navettes de bus gratuites réservées au personnel de santé pour relier de grands pôles de transport aux centres hospitaliers. Même démarche à Annecy (Haute-Savoie), où les lignes urbaines fonctionnent en mode « samedis, vacances et été réduit » jusqu'à 21 heures tandis que des bus supplémentaires réservés aux soignants quittent l'hôpital le soir, avec un itinéraire adapté pour les rapprocher de leur domicile.

Toujours dans le domaine du transport, Total met à disposition du personnel soignant 50 millions d’euros en bons d’essence. Ce sont aux directeurs hospitaliers de contacter le groupe afin de faire part de leur besoin (covid19@total.com et le 01 84 94 84 00).

Enfin, la société Zenpark  a mis en place la gratuité de son service de stationnement partagé pour tout le personnel médical en France, les parkings Zenpark ayant l'avantage d'être en sous-sol, sécurisés et équipés de caméra. Objectif : offrir aux soignants le moyen de faire correctement leur travail sans s'inquiéter des risques de vol dans leurs véhicules, qui se sont multipliés ces dernières semaines.

Solidarité entre soignants

Les soignants entre eux font également preuve d’une grande solidarité. Un partage des stocks de masques et de solutions hydro-alcooliques (SHA) s’est organisé sur l’ensemble du territoire notamment entre les professionnels libéraux qui exercent moins voire plus du tout (chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, podologues) et ceux qui sont au front comme les infirmiers et les médecins.

Côté hospitalier aussi, la solidarité est de mise. D’ailleurs, l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM) a mis en place une adresse email unique solidarite-covid19@ap-hm.fr pour réceptionner toutes les propositions de dons reçus par des entreprises et des particuliers : masques, solutions hydro-alcooliques, matériel médical, repas, logements, argent.

L’AP-HM est également à la recherche de professionnels médicaux et paramédicaux disponibles pour venir renforcer les équipes.

C’est le cas aussi de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Les soignants volontaires peuvent manifester leur intérêt en appelant le numéro vert : 0805 280 270, de 08h00 à 20h00. Ils seront recrutés et rémunérés pour ces missions exceptionnelles à temps complet ou partiel selon leur souhait. L’APHP a également lancé la plateforme de service Hoptisoins permettant l’accès aux soignants à un bouquet de services : hébergement, transport, garde d’enfants, alimentation, livraison de courses, accès à des caisses prioritaires, services à domicile... 

 Laure Martin

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
302 rq / 2,927 sec