La sociologie de la santé expliquée aux (futurs) professionnels du soin

L'ouvrage « Introduction à la sociologie de la santé », publié cet été par deux sociologues spécialisés sur ces questions, cible les professionnels de santé. Il leur expose l'état des connaissances sociologiques sur le monde sanitaire en général et sur quelques notions et professions en particulier, notamment les infirmières.

La sociologie de la santé expliquée aux futurs professionnels du soin

Deux sociologues de la santé, Benjamin Derbez, maître de conférence à l'Université de Bretagne occidentale, et Carine Vassy, maître de conférence à l'Université Paris 13, viennent de publier une « Introduction à la sociologie de la santé »* à destination des non-spécialistes, en particulier les (futurs) professionnels de santé, managers d'équipes de soins ou responsables d'établissements sanitaires ou sociaux.

Tous deux enseignent dans des facultés de médecine ou en licence de sciences sanitaires et sociales fréquentée par de futurs soignants qui, selon leurs observations, disposent  rarement d'outils d'analyse sociologiques pour décrypter le monde de la santé.

Pour Benjamin Derbez, ils « ont besoin d'être sensibilisés au fait que la santé ce n'est pas seulement une question individuelle et biologique mais c'est aussi un état déterminé par les conditions de vie ou de travail, une dimension de la vie humaine construite par notre vie en groupe ».

Profession inachevée

Leur ouvrage détaille ces relations entre la vie en société et la santé mais il se penche plus particulièrement sur certains de ses traits marquants. La profession des infirmières notamment : elles ont longtemps été peu étudiées par la « medical sociology », plus volontiers focalisée sur les médecins, alors qu'elles assurent une part importante des soins, souligne Benjamin Derbez. « Ce chapitre, explique-t-il, est centré sur la notion de profession, qui a un sens spécifique en sociologie. Elle est un ensemble de professionnels qui construisent une certaine autonomie dans leur travail. ».

Un processus net pour les infirmières : initiée par les médecins qui souhaitaient pouvoir s'appuyer sur du personnel formé et non soumis à une autorité religieuse, cette profession s'est professionnalisée en organisant, avec le concours des pouvoirs publics, une formation spécifique, et en définissant son « rôle propre », souligne le sociologue. Un rôle qui les autonomise par rapport aux médecins et aides-soignants, leurs plus proches « collègues ».

Les auteurs évoquent des tendances fortes de l'autonomisation de la profession infirmière : la création d'une hiérarchie infirmière à l'hôpital, la reconnaissance d'un segment professionnel de pratiques avancées, avec les IPA et l'universitarisation de la formation.

La sociologie permet également de comparer l'organisation professionnelle de la profession infirmière dans plusieurs pays : elle est beaucoup plus puissante au Royaume-Uni qu'en France, observe Benjamin Derbez, ce qui l'affaiblit de ce côté-ci de la Manche. En ce sens, la professionnalisation des infirmières apparaît selon lui comme « inachevée », la profession étant ainsi « toujours en constitution ».

Médicalisation

Les auteurs se penchent également sur la profession médicale, autonomisée depuis plus longtemps, et sur la façon dont l'hôpital s'est médicalisé, ajoute le sociologue. Avec sa collègue, il développe d'ailleurs la notion de médicalisation, « liée au fait que les médecins ont construit leur profession en redéfinissant certains problèmes sociaux qui n'étaient pas à l'origine des questions médicales comme relevant d'un type de traitement de type médical, comme la santé mentale, la sexualité ou la reproduction. »

Ils évoquent dans d'autres chapitres la façon dont les malades et les patients se sont imposés dans le paysage sanitaire, via leurs associations, auprès des professionnels de santé, des chercheurs et des pouvoirs publics, ou encore la façon dont l'innovation médicale impacte les questions sociales, parfois par le biais de questionnements éthiques. Tout au long de cet ouvrage, ajoute Benjamin Derbez, « nous présentons la façon dont la sociologie décrit ces différentes questions et propose des analyses pour éclairer le débat de manière non partisane » et mieux comprendre certain des enjeux sous-jacents au monde de la santé.

Géraldine Langlois

Je m'abonne à la newsletter

* Introduction à la sociologie de la santé,

de Carine Vassy et Benjamin Derbez

Eds Armand Colin, juin 2019

 

Lire aussi sur ActuSoins.com, les conseils de lecture du mois d'Octobre

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
256 rq / 1,921 sec