Du Diplôme d’Etat Infirmier au Master : tous à l’université !

En France, les infirmiers qui souhaitent se réorienter ou évoluer en dehors des spécialités professionnelles traditionnelles (infirmier de bloc opératoire ou anesthésiste, cadre de santé etc.) ne sont pas toujours au courant des possibilités universitaires qui se présentent, ni des débouchés concrets possibles. Article paru dans le numéro 30 d'ActuSoins Magazine (septembre 2018). 


Du Diplôme d'Etat Infirmier au Master : tous à l'université !

© EHESP

« Il y a trop peu d’information sur les possibilités universitaires, malgré la réforme LMD des études en soins infirmiers », constate Vincent Lautard, juriste en droit de la santé et responsable de pôle d’un centre de formation continue à la Croix-Rouge Occitanie.

Cet ancien infirmier, diplômé en 2008, lui-même passé par un diplôme universitaire (DU) en sciences juridiques puis un master 2 en droit de la santé et de la protection sociale, regrette que les professionnels de santé demeurent en marge de la filière universitaire. « C’est dommage, parce que les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) sont affiliés aux facs, que l’information pourrait être mieux diffusée et que cela permettrait de stimuler la profession», ajoute-t-il. C’est dommage aussi, parce que certains professionnels ne se voient pas évoluer vers les filières classiques et aimeraient, soit pour leur culture propre, soit pour envisager une autre profession, s’engager vers une autre voie.

Un manque d’information

Côté étudiants en soins infirmiers, le constat est le même. « Les étudiants ne connaissent pas ces branches. Moi-même, je n’avais jamais entendu parler de masters avant d’entrer à la Fnesi », explique Lucie Léon, ancienne vice-présidente en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche de la Fnesi (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers), qui regrette que la diffusion de l’information soit aléatoire d’un IFSI à l’autre. « Cela va dépendre des formateurs et de leurs centres d’intérêt. Cela va dépendre des promotions aussi », souligne-t-elle.

Il faut dire que le cursus n’est pas si fluide. Contrairement aux autres étudiants qui, par exemple, après une licence en psychologie suivent un master en psychologie, ou encore après une licence en droit, suivent un master en droit, les candidats issus de la filière infirmière n’ont pas de voie toute tracée, à l’exception des nouvelles formations menant au futur diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée (voir encadré ci-dessous sur les IPA). D’où la difficulté à s’orienter.

Face aux carences informatives, Lucie Léon préconise de mieux sensibiliser les futurs professionnels, dès leur formation initiale. Il faudrait aussi, selon elle, que la formation des cadres formateurs « évolue », que les liens avec les universités « soient mieux établis » et que de vraies campagnes de communication « soient mises en place dans les IFSI ». « On pourrait tout à fait imaginer que des heures optionnelles soient consacrées à cette information en faisant venir des intervenants de master dans les IFSI », explique-t-elle.

Entrée en Master 1 : les pré-requis

Selon l'ancienne vice-présidente de la Fnesi, « rien n’est impossible, enfin presqueLa formation initiale valide tellement d’UE (Unités d’Enseignement) que les étudiants peuvent se retrouver dans plusieurs parcours ».  Il y a le grade licence, obtenu par tous les étudiants en soins infirmiers diplômés depuis 2012, qui leur permet théoriquement d’accéder à toutes sortes de masters. Avec une limite néanmoins : depuis début 2017, une loi* autorise les universités à fixer des capacités d’accueil au sein de leurs masters et admettre les étudiants en M1 (1ere année de master) après un concours ou l’examen de leur dossier.

Pour les autres infirmiers – diplômés avant 2012 -, la sélection se fait après une validation des études supérieures (VES) et sur dossier. « Pour ce type de profil, l’idéal reste d’avoir une année d’étude supplémentaire de licence après le DE. Ou plusieurs Diplômes Universitaires à faire valoir. Il faut aussi présenter un projet professionnel bien établi », recommande Hubert Jaspard, directeur adjoint des études de l’EHESP (École des hautes études en santé publique).

Des problèmes persistants à la sélection

Si la loi permettant aux universités de « recruter » sur dossier ne semble pas représenter un frein aux admissions d’infirmiers en M1 – le recul est en tout cas insuffisant pour en préjuger -, ce qui bloque depuis toujours, c’est plutôt le parcours initial des professionnels, même si ces derniers sont issus de la réforme LMD. « Notre force avec l’acquisition de connaissances et compétences pluridisciplinaires est aussi notre faiblesse : nous validons beaucoup d’Unités d’Enseignement, mais jamais de façon exhaustive pour un autre parcours.Si l’on souhaite intégrer un master en santé publique, on aura acquis l’essentiel, mais il manquera toujours quelques UE par rapport à un étudiant qui sort d’une licence correspondante. Idem pour la psychologie et la sociologie par exemple. Il y a beaucoup d’étudiants qui se font recaler à cause de cela ou alors qui doivent s’inscrire en L2 (deuxième année de licence) ou en L3 (troisième année de licence) », explique Lucie Léon.

« Le problème d’une réforme comme celle-ci – la réforme LMD pour les infirmiers, ndlr-, c’est que cela prend du temps. Il faut être patient. Il faudra une dizaine d’années pour que cela se normalise et que les étudiants en soins infirmiers soient vraiment considérés comme les autres étudiants universitaires. Néanmoins, nous constations déjà que les infirmiers sont de mieux en mieux armés pour une entrée en M1. Ils postulent plus et sont aussi davantage retenus en sélection », souligne de son côté Hubert Jaspard, chiffres à l’appui. En 2018, sur 370 candidatures examinées pour une entrée en M1 en santé publique, sciences sociales et management, l’EHESP a recensé 80 profils infirmiers (soit 25 % de candidats). Ils ne représenteront finalement que 10 % des admis.

Ce qui est déjà mieux qu’avant. « Il y a quelques années, les candidatures infirmières étaient marginales. Il n’y avait parfois pas de candidats pour ce type de master », se souvient Hubert Jaspard.

S’accrocher, avoir un but

 « Il faut s’accrocher, se donner les moyens et s’affirmer », conseille Eve Guillaume, une ancienne infirmière – elle aussi passée par la Fnesi – qui, après avoir suivi un master 1 en santé publique et sciences sociales, puis un Master 2 en pilotage des politiques et actions en santé publique, étudie pour devenir directrice d’un établissement sanitaire et social. « C’est un parcours qui se construit au fil des années. Il y a dix ans, lorsque j’ai commencé un cursus infirmier, jamais je n’aurais imaginé cela ».

Si le parcours peut parfois être semé d’embûches, notamment en matière d’accès à l’information et au caractère non acquis des équivalences licence, les infirmiers, contrairement aux idées reçues, sont tout à fait compétents pour rebondir, s’ils le souhaitent, vers d’autres cursus. Ils sont même très appréciés dans les promotions universitaires.

 « Les infirmiers ont des facilités en master de santé publique car ils arrivent à faire le lien entre l’organisation des établissements et la place du patient.  Ils parviennent aussi à mieux comprendre la difficulté de mise en œuvre des décisions des pouvoirs publics.Pour les infirmiers, le terrain n’est pas uniquement conceptuel,souligne Hubert Jaspard. Ainsi, nous avons des infirmiers majors de promotion en M1 ».

« Notre formation initiale infirmière nous donne un regard différent, plutôt apprécié des directeurs. C’est une plus-value car nous avons davantage de capacité à engager le dialogue avec les soignants et comprendre leur environnement de travail », confirme Eve Guillaume.

Mais il faut rester vigilant. En reprenant des études, les infirmiers rencontrent parfois des difficultés, là où les autres universitaires n’en ont pas. « Nous avons remarqué que les lacunes se situent sur la rédaction des travaux de réflexion et de problématisation. Ils ont moins de bagages par rapport à un parcours classique universitaire et ont souvent des difficultés à argumenter », explique Hubert Jaspard. « Mais ce n’est qu’une généralité, insiste-t-il. On recommande donc de se prévaloir d’une véritable culture universitaire avant de se lancer dans de tels parcours ».

Le financement en question

Autre obstacle à la reprise d’études universitaires : le coût des formations. Si la poursuite d’études en formation initiale - études qui doivent se dérouler dans les deux ans qui suivent l’obtention du DE – demeure relativement accessible (quelques centaines d’euros au plus), celle en formation continue (à tout autre moment de sa carrière) peut s’avérer très onéreuse. Certains masters affichent ainsi des tarifs allant jusqu’à 6000 euros pour une année de M1 en formation continue.

« Parfois, les universités s’adaptent et proposent le tarif applicable à la formation initiale lorsque le candidat n’a pas obtenu de financement pour sa formation continue. Mais cette pratique reste marginale », explique Eve Guillaume.

Alors, les professionnels doivent trouver des solutions. Même s’il faut parfois mener un véritable parcours du combattant pour parvenir à ses fins, il y en a. Le CIF (Congé Individuel de Formation) pour les salariés du secteur privé et le CFP (Congé de Formation Professionnelle) pour les salariés du secteur public, permettent de s’absenter pour une formation, tout en continuant à percevoir son salaire. La formation peut également être prise en charge. Le CPF (Compte personnel de formation) permet quant à lui, de cumuler 120 heures de droit à la formation. Mais par le biais d’autres enveloppes dédiées aux plans de formation des établissements, les OPCA (Organismes paritaires collecteur agréés) peuvent proposer une rallonge. Dans tous les cas, les professionnels sont invités à se renseigner auprès du service de formation continue de leur établissement et ou auprès de leur OPCA de branche.

Malika Surbled

Je m'abonne à la newsletter

*loi n°2016-1828 du 23 décembre 2016 portant adaptation du deuxième cycle de l’enseignement supérieur français au système Licence-Master-Doctorat

Ce dossier est paru dans le n°30 d'ActuSoins Magazine (septembre 2018).

Il est à présent en accès libre. ActuSoins vit grâce à ses abonnés et garantit une information indépendante et objective. Pour contribuer à soutenir ActuSoins, tout en recevant un magazine complet (plus de 70 pages d'informations professionnelles, de reportages et d'enquêtes exclusives) tous les trimestres, nous vous invitons donc à vous abonner. 

Pour s' abonner au magazine (14,90 €/ an pour les professionnels, 9,90 € pour les étudiants), c'est ICI

Abonnez-vous au magazine Actusoins

Pour aller plus loin : formation continue DPC pour les infirmières et infirmiers libéraux

Les masters et leurs débouchés

Masters en santé publique :

Ils représentent certainement la voie la plus prisée par les infirmiers. De nombreuses universités en France (Paris Diderot, Aix-Marseille, Clermont-Auvergne, Toulouse III, Bordeaux, Nancy, Strasbourg…), ainsi que de grandes écoles (EHESP, ISPED, Sciences-Po Grenoble…) les proposent. En général, le contenu du M1 est assez généraliste et inclut des sciences sociales et du management. Il a pour objectif d’apporter des connaissances sur le système de santé ainsi que des compétences. Il prépare à l’entrée en Master 2, dont les options et spécialisations sont plus diverses (pilotage des politiques et actions en santé publique, promotion de la santé et prévention, méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins, gestion des risques, épidémiologie, informatique médicale, biostatistique…). Les titulaires d’un M2 s’orientent, selon la spécialisation qu’ils ont suivie, vers des postes à responsabilité (coordination de projets, supervision…) dans des organismes de santé publique (OMS, INVS..), dans des agences régionales de santé (ARS), ou encore dans des sociétés de conseil ou des associations. Ils peuvent aussi préparer des concours (Inspecteur sanitaire et social, directeur d’hôpital…)

Masters en Sciences de l’éducation :

De plus en plus de soignants s’intéressent aux sciences de l’éducation. Les masters peuvent être une opportunité pour les cadres de santé et autres professionnels de santé – il faudra normalement passer d’abord par une L3 en sciences de l’éducation pour les infirmiers non cadres - qui souhaiteraient suivre un parcours en sciences de l’éducation. Là encore, les débouchés sont variés, selon les mentions et universités choisies pour suivre l’enseignement. L’objectif professionnel peut être de diriger ou de coordonner un programme d’éducation thérapeutique dans des réseaux de soins, de devenir coordonnateur de dispositifs de formation dans le cadre de la médecine scolaire, de PMI et du travail, ou encore de s’orienter vers du conseil en formation et en communication pour les structures spécialisées.

Les autres masters

La liste n’est pas exhaustive car toute sorte de voie universitaire est possible, selon le parcours et le projet professionnel du candidat. Il est ainsi tout à fait envisageable de poursuivre après un DEI sur des cursus de philosophie, éthique en santé, psychologie, sociologie, anthropologie de la santé ou encore sur du droit de la santé ou de la biologie.

Infirmier de pratique avancée et sciences infirmières : les voies qui montent

 Entre 2009 et 2018, il existait un parcours universitaire dédié aux infirmiers : les masters en sciences cliniques infirmières et en sciences cliniques en soins paramédicaux, dispensés respectivement à Marseille (13) et à Saint-Quentin-en Yvelines (78). Ces masters ne débouchaient sur aucune profession officiellement reconnue. Mais la donne a changé depuis la parution des décrets et arrêtés sur les Infirmiers de Pratique avancée. Depuis Octobre 2018, onze universités (voir notre dossier de 6 pages sur les IPA dans le numéro 31 d'ActuSoins ainsi que nos articles en ligne sur le sujet) proposent une formation menant au nouveau diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée (DEIPA). Le DEIPA confère un grade master. Dans les années à venir, tout laisse à penser que la filière doctorale en sciences infirmières puisse aussi s’ouvrir en France, à l’image de ce qui est proposé au Canada par exemple.

A Limoges, un premier master en santé publique ouvert sur la recherche

L’Université de Limoges met en place, à partir de septembre 2018, une mention de Master « Santé Publique ». Sa particularité ? L’enseignement est destiné à former, par la recherche, des spécialistes de haut niveau dans les disciplines de la santé publique. Il peut se poursuivre par un doctorat.

Plus d’infos. 

  • mes debuts idel

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Du Diplôme d’Etat Infirmier au Master : tous à l’université !”

  1. ide54_78 dit :

    « Même s’il faut parfois mener un véritable parcours du combattant pour parvenir à ses fins, il y en a. Le CIF (Congé Individuel de Formation) pour les salariés du secteur privé » → certes, mais sur du temps personnel , il faut aussi le dire, car tout le monde ne peut pas se le permettre.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
270 rq / 1,990 sec