Accès aux services universitaires pour les étudiants en soins infirmiers : une cotisation supplémentaire dénoncée par la Fnesi

Les étudiants en soins infirmiers liés par convention avec Sorbonne Université devront verser une cotisation annuelle pour avoir accès aux différents services universitaires. Ce que dénonce la Fnesi (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers), qui pointe des inégalités de traitement entre les étudiants de la filière infirmière et les autres étudiants.  

"Les élèves - étudiants en soins infirmiers, ndlr - inscrits en formation dans un institut de formation en soins infirmiers lié par convention avec Sorbonne Université acquittent une cotisation annuelle et forfaitaire obligatoire ; cette dernière ouvre droit à différents services (accès aux bibliothèques, aux ressources en ligne, aux restaurants universitaires et aux certifications informatiques) et donne lieu à la délivrance d'une carte européenne étudiantes ainsi que d'un certificat de scolarité", indique un compte-rendu du conseil d'administration de la Sorbonne Université, qui s'est tenu mardi 2 juillet à Paris. 

Cette cotisation s'élève à 39,10 € par an, ce que regrette amèrement la Fnesi. "Pour avoir accès aux même droits, les ESI devront payer 39,10 € par an en plus que les autres étudiant.e.s de l'université! Alors que l'intégration universitaire de notre filière nous est promise depuis plus de 10 ans aujourd'hui et que des conventions sont établies entre les régions, les universités et les IFSI, les étudiant.e.s en soins infirmiers demeurent exclu.e.s du droit commun universitaire ", explique la fédération étudiante dans un communiqué. 

Les étudiants en soins infirmiers sont-ils des étudiants comme les autres? C'est en tout cas ce qu'avait annoncé Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation en juillet 2018. "A la Sorbonne Université ce n'est pourtant pas le cas. Onze IFSI sont rattachés à cette université, ce qui représente plus de 3.000 étudiant.e.s qui sont marginalisé.e.s, une fois de plus", ajoute la Fnesi. 

Ces frais supplémentaires qui s'ajoutent à la charge des ESI "accentuent une précarité étudiante déjà trop présente dans notre formation", estime la fédération. A cela s'additionne "le coût élevé" de la rentrée des étudiants franciliens, qui "déboursent 673 € de plus que la moyenne des étudiant.e.s en France".

D'autre part, selon une étude réalisée par la Fnesi, 76,5% des ESI estiment être obligé.e.s de travailler pour subvenir à leurs besoins financiers. "Cette décision de l'Université contribue ainsi au mal-être des ESI et nuit à la réussite étudiante". 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
230 rq / 1,503 sec