Attaque au couteau à Marseille sur 2 étudiantes en santé : des cellules de soutien psychologique mises en place dans leurs établissements

Des cellules de soutien psychologique ont été mises en place dans les établissements dans lesquels étaient scolarisées les deux étudiantes en santé assassinées par arme blanche dimanche à la gare Saint-Charles de Marseille. Elles étaient respectivement étudiante en médecine et étudiante en soins infirmiers. 

"Les deux jeunes femmes se destinaient à des métiers tournés vers les autres" et " étudiaient respectivement en faculté de médecine et en Institut de Formation en ", indiquaient hier Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé et Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur, qui ont qualifié l'assassinat "d'odieux et lâche" et ont fait part de leur "profonde tristesse" et de leur "indignation". Les jeunes femmes avaient 20 et 21 ans. 

Les deux ministres ont indiqué que les établissements où les étudiantes étaient scolarisées avaient mis en place des cellules de soutien psychologique, "afin d'accompagner au mieux ceux qui en ont besoin". 

L'une des jeunes femmes était inscrite en 3e année à la faculté de médecine de la Timone, à Marseille. L'autre était étudiante en dans un IFSI de Lyon. 

R.A

Hommage à Laura, ESI : lire l'article sur Laura, étudiante en soins infirmiers, assassinée dimanche, paru dans Le Parisien, ce matin. 


 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Attaque au couteau à Marseille sur 2 étudiantes en santé : des cellules de soutien psychologique mises en place dans leurs établissements”

  1. un bel avenir promis aux services des autres fauché violemment, quel degoût, condoleances aux familles !

Réagir à cet article

retour haut de page
859 rq / 2,290 sec