Les IADE ne lâchent rien

Janvier démarre sur les chapeaux de roue pour les infirmiers anesthésistes. Après un mois de novembre placé sous le signe des manifestations , le début d'année réserve aussi son lot de rendez-vous officiels.
 
Les IADE infirmiers anesthésistes se sont mobilisés à de multiples reprises en 2015 et 2016.

Les IADE se sont mobilisés à de multiples reprises en 2015 et 2016.

Le 12 janvier, les syndicats qui représentent les infirmiers anesthésistes, se rendront au Ministère de la Fonction Publique, afin de prendre connaissance de ce qui est proposé côté grille salariale.
 
Le lendemain, le 13 janvier, Gérald Delarue, ancien président de l', et secrétaire général adjoint du , se rendra pour la "4e fois en 8 mois", à l'Elysée, reçu par les conseillers du président Hollande. "Cela prouve que notre cause est prise au sérieux", estime-t-il. Lui se présente comme le représentant de toute la filière.
 
En effet, après des mois de tractations politiques, les efforts seraient-ils enfin en train de porter leurs fruits? "Cette option du lobby politique était inédite pour les IADE. Les questions de santé concernent tout le monde, preuve du nombre de questions orales et écrites à l'Assemblée nationale, quelle que soit les couleurs politiques. On a essayé de sensibiliser les gens et aujourd'hui, les politiques estiment que nos revendications sont légitimes, et les ont transmises à Marisol Touraine", affirme-t-il.
 
Ces doléances portent évidemment et en premier lieu sur la grille tarifaire. "On veut de la cohérence entre notre cursus hospitalo-universitaire et notre reconnaissance salariale. On ne peut pas être payé au niveau licence", explique Gérald Delarue, qui rappelle au détour le différentiel de 650 euros nets entre le salaire des infirmiers anesthésistes et les autres professions de la fonction publique également à bac +5.
 
A ses yeux, face "à leur autonomie, leur responsabilité, leur master 2 et les effectifs réduits", ce ne serait que légitime. Il n'en oublie pas pour autant des questions "transversales à toutes les professions de santé", comme la course à la rentabilité ou le risque de déshumaniser un métier qu'il n'ont pas appris comme tel dans les instituts de formation en soins infirmiers. Spécificité qu'ils vivent au quotidien :  l'ambulatoire qui se développe devant l'impérieuse nécessité de "faire tourner vite" les choses. Il ne faudrait pas que "cela altère la qualité des soins ou la sécurité de la prise en charge du patient", rappelle-t-il. 
 

Les soignants forment une partie non négligeable de l'électorat en France

Le 24 novembre, à Solférino, les dirigeants du PS avaient écouté ces revendications. "Je leur avais clairement annoncé qu'on devrait avoir une nouvelle confiance au moment où se déroulent les primaires de gauche". Et ce moment est sur le point d'arriver, confirmant une année ponctuée de rendez-vous politiques.
Car Gérald Delarue n'est pas naïf et entend bien faire comprendre que les soignants forment une partie non négligeable de l'électorat en France, et que parmi eux, les IADE sont une profession écoutée des autres professions soignantes.
 
Confiant, il espère que ce rendez-vous, sans doute l'ultime avant les présidentielles, permettra de concrétiser le long travail réalisé au cours des derniers mois. "Même si nous reconnaissons des avancées", sur la réingiénierie du master, le nouveau décret d'application (qui attend d'être validé par le Conseil d'Etat en début d'année, mais qui a d'ores et déjà permis de préciser les conditions d'exercice de la profession et a réaffirmé le rôle de praticien et non d'exécutant des IADE, ndlr), et les rencontres avec les politiques, il ne pourra être satisfait que si une grille salariale convenable vient clôturer les efforts accomplis. Dans tous les cas, "c'est comme si on avait construit une maison pour les infirmiers anesthésistes du futur". 
Delphine Bauer

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Les IADE ne lâchent rien”

  1. Rejoignez notre page chers collègues !!! Mobilisation Soignante

  2. Amélie Sebillaud tjs en train de ce plaindre !

  3. Patrick Parent c’est a toi de jouer!!! 🙂

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
257 rq / 2,104 sec