Bientraitance : un jeu pour (re)prendre conscience

Deux psychologues du centre hospitalier de Wattrelos, dans le Nord, ont imaginé un jeu de société, la Malette de la bientraitance, qui sert de support à une formation.

Un véritable jeu de société qui interroge les pratiques des participants : infirmières, aides-soignantes, ergothérapeutes, agents hospitaliers, brancardiers, kinés...

©DR

Cécile Kaczmarek, psychologue, et Sophie Lamballais, neuropsychologue, chargées de former le personnel de l'hôpital de Wattrelos (Nord) à la bientraitance, ont imaginé un support de formation original « qui associe le plaisir et l'apprentissage », explique Sophie Lamballais.

Un véritable jeu de société qui interroge les pratiques des participants : infirmières, aides-soignantes, ergothérapeutes, agents hospitaliers, brancardiers, kinés...

La formation dure une journée. La matinée est consacrée à la présentation des différentes formes que peut revêtir la maltraitance et de ce qu'est la bientraitance, notamment via la pyramide de Maslow. L'après-midi, place au jeu, édité part une société locale et financé par l'hôpital. Une partie dure entre 30 minutes et une heure et peut se jouer individuellement ou par équipe mais elle n'a pas de fin, explique Céline Kaczmarek, car « la bientraitance se cultive au quotidien ».

Anna, infirmière dans le service de rééducation, a apprécié la dimension ludique, la découverte théorique et les questionnements autour de situations « très parlantes ». « On s'est prises au jeu, on n'avait plus envie d'arrêter », raconte-t-elle. Sa collègue Sophie, également infirmière, a beaucoup apprécié les échanges du groupe autour des situations soulevées par le jeu.

Réfléchir et modifier ses pratiques

Les ressorts du jeu s'inspirent des règles du Monopoly ou du jeu de l'oie. A partir d'une case de départ, les joueurs lancent les dés et tombent sur des cases qui appellent une réaction, un échange ou offrent une information. Certaines révèlent des cartes qui posent une question ouverte. D'autres montrent des situations de maltraitance et demandent au joueur son avis sur la façon dont le soignant se comporte-t-elle vis-à-vis du patient et sur ce qu'il pourrait mieux « faire ». Les participants donnent un jeton à la personne qui a, selon eux, le « mieux » répondu.

Sur d'autres cases encore, les joueurs découvrent des points de droits précis sur la maltraitance, la vulnérabilité de certaines personnes et ce que cela implique. Une sorte de case « prison » oblige le joueur, pour en sortir, à donner un jeton ou à écrire un besoin sur la pyramide de Maslow.

>> LIRE AUSSI - Simulation du vieillissement : une formation en faveur de la bientraitance >>

Au fil du jeu, les participants réfléchissent aux situations évoquées, prennent conscience du poids des habitudes et des organisations. Comme cette situation où une soignante qui apporte le repas d'une personne âgée refuse de l'amener aux toilettes car « ce n'est pas le moment ». Où celle où une autre entre sans frapper dans une chambre. « Avant d'être dans le travail, il faut penser au patient », souligne une autre infirmière, Emeline. Une situation dans laquelle une patiente âgée est infantilisée a aussi choqué Sophie.

Anna veille désormais « aux mots [qu'elle] emploie car on ne connaît pas le vécu des personnes ». Une femme qui n'a jamais eu d'enfants peut ne pas apprécier qu'on lui souhaite la fête des mères, même si on avait l'intention de lui faire plaisir. Au final, le jeu incite chacun, au quotidien, à modifier ses pratiques.

Olivia Dujardin
Publié dans le magazine ActuSoins n°16

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

6 réponses pour “Bientraitance : un jeu pour (re)prendre conscience”

  1. paolakha dit :

    Profitez de ne pas tenir à l’écart tous les partenaires concernés, autour des résidents, pour une sensibilisation cohérente ensuite dans les actes de chacun à son niveau de responsabilité. Ce serait précurseur – partager tous ensembles réellement, sur le terrain, en contact direct. Par le biais du jeu ça semble une très belle occasion d’ouverture dynamique … enthousiaste?

  2. Ce sont mes collègues de boulot qui ont créé ce jeu!!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
252 rq / 1,624 sec