CHRU : déficits “limités” et développement de l’ambulatoire

 Les navires amiraux du système hospitalier français ont dû faire face à la hausse des charges de personnel. Mais en parallèle, ils sont parvenus à fortement développer la chirurgie ambulatoire.

CHRU : déficits "limités" et développement de l'ambulatoire Dérapage maîtrisé, explique le quotidien Le Figaro. Les centres hospitaliers régionaux et universitaires (CHRU) ont essuyé un déficit de 171 millions d'euros en 2013, contre 123 millions en 2012, a annoncé ce mardi la conférence des CHRU. Cette somme représente 0,6% de leur budget.

Cette dégradation «limitée», en comparaison du déficit de 323 millions de 2011, s'explique essentiellement par la hausse des cotisations retraite, décidée par le gouvernement, ce qui a alourdi leurs charges. Cela s'explique également par la modeste progression de leur activité.

En revanche, les CHRU ont fortement progressé en matière de chirurgie ambulatoire. Ils affichent en 2013 une hausse de plus de 30% de ce mode opératoire (...)

Si les CHRU se sont montrés de si bons élèves en 2013, c'est parce que les tarifs des opérations réalisées en ambulatoire, plus économes, ont été alignés sur ceux des opérations traditionnelles, plus coûteuses... Bref, les établissements avaient tout à y gagner.

Cette technique d'opération représente aujourd'hui, au sein des CHRU, près d'un tiers des actes de chirurgie, contre un objectif gouvernemental de 50% en moyenne pour tous les établissements en 2016.

Source Figaro

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
279 rq / 2,484 sec