Les salariés de l’hôpital de Cayenne au bout du rouleau, suite à des violences

Bagarre à coup de bouteilles de bière et de sabre, échanges de tirs.... Une fête trop arrosée s'est terminée dans la nuit du samedi 21 aux urgences ou certains des protagonistes de cette fête ont continué à s'attaquer à ceux qu'ils avaient blessé, au sein même de l'hôpital de Cayenne. Une personne est dans un état critique. Réactions avec Franceguyane.fr

L'hôpital Andre Rosemon de cayenne (source Wikimedia Commons)

L'hôpital Andrée Rosemon de Cayenne (source Wikimedia Commons)

Les membres du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) se sont réunis pour dénoncer une insécurité grandissante à l'hôpital Andrée-Rosemon.

Des mesures d'urgence vont donc être prises. Comme la restriction des visites aux urgences. « Les agents de sécurité ne laisseront passer que les accompagnants dont la présence est obligatoire » , explique Dominique Delpech, directeur de l'hôpital de Cayenne, qui compte également renforcer le périmètre de sécurité de tout l'établissement en identifiant tous les accès et en fermant ceux qui peuvent l'être. L'hôpital est une « véritable passoire » , se plaint le personnel.

Depuis la nuit de samedi à dimanche, de nombreux agents hospitaliers ont évoqué un droit de retrait. Trois personnes sont en arrêt maladie.
Pour  Cynthia Rochemont-Piejos, secrétaire générale de FO, "ces mesures sont ponctuelles or, tout le monde est à bout. »
 
Éric Miatti, son homologue de la CFDT-CDTG, est moins conciliant : « Personne n'a tenu compte des revendications du CHSCT. Ça fait trois à quatre ans qu'on parle de ces problèmes. L'hôpital n'a même pas d'argent pour acheter une agrafeuse. Qu'est-ce qui va pouvoir être mis en place maintenant ? » Une table ronde devrait être organisée avec la préfecture, l'Agence régionale de santé et la police.
 
Rédaction ActuSoins avec Franceguyane.fr
 
 
 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Les salariés de l’hôpital de Cayenne au bout du rouleau, suite à des violences”

  1. IDE de nuit aux urgences du CHAR à Cayenne, merci de faire le relais de ce qui s’est passé. Malheureusement ce n’est pas la première fois, mais on a bon espoir que les choses bougent enfin.

  2. J’ai travaillé deux ans de nuit aux urgences du char de Cayenne. Ce qui est arrivé est loin d’être surprenant au vue de la configuration même du service. On y entre comme dans un moulin et le peu d’agents de sécurité présents sur place ne sont pas disuasifs avec les pauvres moyens qu’ils ont. C’est toute la structure sécuritaire du service qu’il faut revoir, aussi bien dans l’aménagement des lieux que dans le personnel … je suis deg pour les collègues sur place et j’espère qu’ils ne lâcheront pas le morceau tant qu’ils ne se sentiront pas en sécurité sur leur lieu de travail…

  3. Kim Dafus dit :

    Ce n’est pas parce que ce sont des choses qui arrivent qu’aucune mesure doit être prise! Et de mémoire ce n’est pas la première fois que cela se produit….bon courage au personnel urgentiste du CHAR!

  4. malheureusement ce sont des choses qui arrivent

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
241 rq / 1,594 sec