Salon emploi des infirmiers : encore des opportunités dans le secteur privé

Entreprises et candidats paramédicaux étaient réunis mercredi 16 septembre au Paramédical - Salon emploi des infirmiers, espace Champerret, à Paris. Contrats précaires, baisse des recrutements dans un contexte d’austérité… La situation semble morose. Pourtant, le secteur privé à but non lucratif et les Ehpad recrutent toujours.

salon emploi paramédical infirmière

©Emilie Lay

Les files d’attente s’allongent devant les stands. De nombreux jeunes diplômés parcourent les allées du salon.

C’est le cas d’Alice, issue de l’Ifsi de La Queue-en-Brie (94), qui recherche un emploi d’Ibode : « Il arrive qu’on n’ait pas de retours en postulant sur Internet. Venir au salon permet d’obtenir au moins une réponse, et surtout des détails sur le poste, les conditions de travail, l’équipe, les effectifs, le profil recherché… »

Les établissements de santé sont submergés par ces candidatures spontanées. « Nous en recevons environ 30 par semaine, de la part infirmières et d’aides-soignants, contre une dizaine trois ans plus tôt », constate Marylène Marlier, responsable des ressources humaines du Centre hospitalier privé de l’Europe, à Port-Marly (78).

Offres peu attractives

Du côté des soignants, la conjoncture semble peu propice. « Le chômage infirmier existe depuis au moins deux ans », estime un expert.

Un peu partout, l’heure est aux restrictions budgétaires et à la baisse des recrutements. « Il devient difficile de retrouver du travail, et surtout de trouver ce que l’on souhaite », relatent Jérémy et Mathilde. Infirmiers à l’hôpital Lariboisière (Paris), tous deux souhaitent s’installer à Bordeaux.

Jérémy, qui exerce en réanimation, fait également état d’un décalage entre les besoins réels et les postes ouverts à candidature. « Deux emplois d’infirmiers ont été supprimés dans mon service. D’autre part, je vois de plus en plus de collègues en burn-out, qui demeurent sur les plannings et ne sont pas remplacés. »

Quant aux offres existantes, le couple les juge peu attractives : « On trouve beaucoup de travail en intérim. Or, nous venons d’avoir un bébé et ne pouvons donc pas partir à l’aventure ! », explique Mathilde.

 De fait, la tendance est à la proposition de vacations. Comprenez des CDD d’une journée, moins coûteux que l’intérim pour l’employeur. « Cela répond aussi à une demande de la nouvelle génération qui veut être libre, maîtriser les jours où elle travaille », observe Sylvie Bouclon, responsable de la coordination des soins infirmiers au CMPR de Bobigny.

 Le secteur privé non lucratif recrute

 Cependant, d’autres perspectives d’emploi existent. Insuffisant connu, le secteur privé à but non lucratif recrute pour ses structures dédiées au handicap, ou encore auprès des sans-abri, des personnes âgées, etc. « Nous n’œuvrons pas que dans l’humanitaire !, rappelle Carine Dabireau, chargée de développement des ressources humaines à la Croix Rouge. Nous gérons aussi 600 établissements en France. »

Reste que les Ehpad sont peu prisés, surtout chez les jeunes diplômés. « Les infirmières ne sont pas attirées par notre secteur sénior », regrette-t-on au groupe SOS.

Emilie Lay

Pour aller plus loin :

Offres d'emploi pour infirmière, IADE, IBODE, Cadres de Santé, Médecin, professionnels de santé sur toute la France et la Suisse

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

8 réponses pour “Salon emploi des infirmiers : encore des opportunités dans le secteur privé”

  1. annita dit :

    Au chômage !! après 33 ans de services réa et chir .. une situation que je ne pensais jamais connaitre….
    Rentabilité maximum , maintenant on parle client….tout est dit Les soins se font en mode MacDo…..
    Désespérant et angoissant pour l “avenir…

  2. On a pas de budget ide en ehpad on tourne à 2,6 pour 75 résidents

  3. Dans ma clinique privee c est reduction a mort !!! On ne remplace pas les departs et on “pousse” dehors les infirmiere superflues !! Alors le titre me fait bien rire !!

  4. Il pourrait y avoir du boulot si on ne parlait pas de rentabilité.

  5. Bibe Goonies dit :

    Je suis en Epadh privée et même la y a plus de boulot dans la région Normandie, les jeunes diplômés ne font que des remplacements ………

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
268 rq / 2,490 sec