Potentielle fermeture de 67 services d’urgences : établissements et ministère démentent

Alors que le quotidien Le Figaro annonçait hier la probable fermeture de 67 services d'urgences en France, les directions des établissements concernés, ainsi que le ministère de la santé démentent ces informations. 

urgences_hopital-250x167A Pezenas, dans l'Herault, la polyclinique Pasteur estime "avoir été incluse par erreur dans la liste des 67 services d'urgences qui auraient un nombre de passages annuels inférieur au seuil de 10 000 patients" indique un communiqué de sa direction.

"Le hic, c'est que les chiffres évoqués par la presse datent de 2013. Or, le service d'urgences de la Polyclinique a accueilli 11 949 patients en 2014, dont 16% ont été hospitalisés à la suite de leur admission" affirme Laetitia Maillet, directrice de l'établissement.

"Notre service d'urgences remplit un rôle essentiel en tant que premier recours de soins au sein d'un bassin rural de population de plus de 50 000 patients, avec un pic estival entre juin et septembre. Sa qualité est reconnue. Deux tiers des patients habitent dans un rayon de moins de 30 minutes de notre établissement et 20 % des passages ont lieu entre 20 heures et 08 heures", précise-t-elle.

Pour Lamine Gharbi, président du groupe régional Cap Santé, propriétaire de l'établissement, "les 130 services d'urgences privés répartis sur l'ensemble du territoire permettent un maillage sanitaire de proximité et répondent aux besoins locaux de la population. Ils sont prévus dans les schémas régionaux et répondent à des cahiers des charges préciss. C'est un facteur de chance réel pour les patients, conformément au souhait du président de la République que chaque Français dispose d'un accès aux urgences à moins de 30 minutes de son domicile".

Dans un article publié hier, le Figaro, s'appuyant sur le rapport Grall qui évoquait la fermeture des services d'urgences ayant moins de 8000 à 10 000 passages par an, avait listé 67 établissements de santé pouvant être concernés, sur 650 services existant en France.

Dans ce rapport sur l'organisation des urgences, le Dr Jean-Yves Grall, directeur de l'agence régionale de santé (ARS) du Nord Pas-de-Calais estime qu'il faut "éviter la présence inutile de médecins (urgentistes) lors de la période de faible activité ou sur des structures à faible activité globale". Il préconise leur transformation en "centre de soins non programmés".

Un seuil sans valeur réglementaire?

"On peut s'étonner de ce seuil de 8000  à 10 000 passages, qui n'a aucune valeur réglementaire et n'a fait l'objet d'aucune concertation avec la profession. De plus, contrairement aux hôpitaux publics, il n'y a pas de pénurie d'urgentistes seniors dans nos établissements. Les urgentistes libéraux, comme les établissements, sont rémunérés à l'activité en fonction du nombre de passages. Une plus faible activité n'engendre pas de surcoût pour la collectivité" explique Lamine Gharbi.

Pour le président de Cap Santé, "ce serait une grave erreur de vouloir exclure les cliniques de cette mission de services public, d'autant que ces services permettent de décharger les urgences engorgées des hôpitaux publics où les patients attentent parfois de longues heures".

Le ministère de la santé dément aussi l'information

Hier soir, le ministère de la santé a également réagi à l'article du Figaro, estimant que la liste établie par le journaliste, "résultait seulement d'une extrapolation et d'une lecture partielle et erronées des conclusions du rapport Grall."

"Marisol Touraine tient à préciser qu’il n’existe aucune liste de services d’urgences menacés de fermeture. Au contraire, le gouvernement renforce, depuis 2012, le service public des urgences, conformément à la promesse du Président de la République lui-même de garantir à chaque Français un accès aux soins urgents en moins de trente minutes" a expliqué le ministère.

 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Potentielle fermeture de 67 services d’urgences : établissements et ministère démentent”

  1. parler de fric en matière de santé s’est lamentable !

  2. mclove dit :

    il n’y a pas de fumée sans feu , madame Touraine n’en serait pas à un mensonge près

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
249 rq / 3,161 sec