Dans des services d’urgence, des infirmières dépistent le VIH

Depuis le mois de juin et ce jusqu’en janvier prochain, une étude est réalisée au sein de huit services d’accueil des urgences d’Ile-de-France dont six à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris sur le dépistage généralisé par test rapide des personnes à risque d’infection du VIH. Ce projet met la pratique infirmière au cœur du dispositif.

Dans des services d’urgence, des infirmières dépistent le VIH

Photo Sida Info Service.org

Coordonnée par le Pr Anne-Claude Crémieux du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Raymond Poincaré, et Judith Leblanc, infirmière de recherche clinique de l’Est Parisien à l’hôpital Saint-Antoine, cette étude, soutenue par l’ANRS et l’AP-HP, vise à mesurer l’efficacité d’un dépistage ciblé auprès de personnes venues consulter aux urgences et identifiées comme à risque d’infection par le VIH.

A ce jour, 11 453 personnes ont participé à l’étude et 2 085 tests rapides ont été réalisés – test dont les résultats sont connus en 30 minutes.

 Rôle infirmier

Un questionnaire standardisé est ainsi proposé systématiquement aux patients lors de leur enregistrement administratif aux urgences, afin d’identifier les personnes à risque.

« Le remplissage des questionnaires est systématique, les refus sont vraiment très anecdotiques », explique Judith Leblanc.

Au regard des réponses, l’infirmière du service, formée comme ses collègues par Judith Leblanc au protocole, propose au patient un test de dépistage.

« Les patients acceptent là aussi, facilement ce test, à hauteur de 70 %, précise-t-elle. Les 30 % de refus incluent ceux qui ont effectué un test récemment, les personnes qui ne s’estiment pas à risque et d’autres qui ont peur. » En cas de résultat positif, en plus d’examens complémentaires, il est proposé au patient d’être vu dans les 24 à 48h par un médecin infectiologue.

 Valorisation du métier

Cette étude « est une opportunité pour les infirmiers de travailler sur la valorisation de leurs missions car nous disposons d’un champ de travail dans la prévention et la santé publique", estime Judith Leblanc, qui réalise, dans le cadre de cette étude, une thèse de santé publique.

« L’un des aspects de cette étude est également la mise en valeur du travail de recherche infirmier », ajoute le Pr Crémieux. Les infirmiers estiment d’ailleurs que cette pratique s’intègre bien dans leurs compétences, et « la proposition d’un test de dépistage du VIH est bien acceptée par les patients », ajoute le Pr Crémieux.

Précédent

Cette étude fait suite à une autre étude qui a été menée en 2010 dans 29 services d’urgences d’Ile-de-France avec le dépistage généralisé du VIH par test rapide, de toute personne de 18 à 64 ans. Elle a démontré que la généralisation du dépistage était peu efficace, car « toutes les personnes qui ignorent leur séropositivité appartiennent aux populations les plus à risque à savoir les hommes homosexuels et les personnes venant d’Afrique Subsaharienne », fait savoir le Pr Crémieux.

Il a alors été conclu de la nécessité de concentrer le dépistage sur une population ciblée. L’étude avait également mis en évidence l’intérêt que les tests de dépistage rapide soient proposés et réalisés par les équipes infirmières, ce qui est désormais possible depuis l’arrêté ministériel du 9 novembre 2010.

En France, 150 000 personnes vivent avec le VIH et près de 30 000 personnes ignorent encore leur séropositivité.

Laure Martin

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

5 réponses pour “Dans des services d’urgence, des infirmières dépistent le VIH”

  1. Jai participer a l etude. La personne a l accueil donnait le questionnaire et a l ioa on voyait les réponses et proposait le test si besoin . Donc si c est faisable aux urgences…

  2. Un IAO dans un service d’urgences a 6 minutes pour voir et enregistrer un patient… C’est totalement le lieu d’ouvrir ce genre de consultation…

  3. Tite Ginie dit :

    C est surtout pas les IDE qui feront cela au seins des urgences. …pas le temps et pas d IDE pour les consultations de ce type.. .ce seront les externes qui le feront…..

  4. C’est un peu restrictif… je pense qu’elles font bien plus que ça, en établissant une relation d’aide, en rassurant, en éduquant, en donnant des informations, en répondant aux interrogations…

  5. Faire remplir un questionnaire aux patients et leur piquer le doigt c’est ca que vous appelez valoriser le métier d’infirmière ??

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
255 rq / 2,097 sec