Un bracelet pour identifier les patients

| 7 réactions

Depuis quelques années, le centre hospitalier de Châlons-en-Champagne (Champagne-Ardenne) mène une réflexion sur l’identitovigilance, ce qui l’a conduit à mettre en place un bracelet d’identification des patients.

Un bracelet pour identifier les patientsLe parcours du patient est rythmé par l’intervention d’une multiplicité d’acteurs administratifs, médicaux et paramédicaux, ce qui implique des garanties d’identification comme le préconise les instances nationales notamment dans le cadre de la certification des établissements.

Aussi, après une phase test de 15 jours dans le service de chirurgie orthopédique, aux urgences et au bureau des entrées, le CH a décidé de la mise en place, depuis juin 2012, d’un bracelet d’identification personnalisé pour tout patient hospitalisé en MCO.

L’enjeu est « d’assurer une identification fiable et unique du patient tout au long de son parcours de soins, de son entrée à sa sortie », explique Florence Barbançon, responsable qualité/ archives et gestionnaire des risques au sein de l’établissement.


Ainsi, le centre hospitalier a réalisé les achats de matériels nécessaires (photocopieurs imprimantes) et écrit l’ensemble des modes opératoires autour de l’identitovigilance et de la pose d’un bracelet d’identification.

Il a également mis en place une communication interne autour de ce projet avec l’appui d’une commission propre à l’établissement dénommée « Autorité de gestion de l’identifiant (AGI) », présidée par le Directeur du CH.

Des posters ont été affichés à destination du patient et des professionnels, une information a également été insérée dans le livret d’accueil du patient et une formation spécifique « Identitovigilance » a été mise en place pour les agents.

 Vérification constante

Désormais, l’impression des étiquettes et des bracelets a lieu directement au bureau des admissions et la transmission des données administratives avec les unités de soins se fait via des pochettes identifiées pour chaque unité.

Celles-ci peuvent à tout moment demander des rééditions et/ou modifications d’identité. Cette nouvelle organisation permet aussi, pour les hospitalisations programmées, de préparer en amont le dossier administratif afin qu'il soit prêt le jour de l’admission du patient.

« L’information d’identification est directement imprimée sur le bracelet qui ne se décolle pas, rapporte Florence Barbançon. Les patients peuvent prendre leur douche avec, il n’y a aucun risque que l’information s’efface. »

« Ce qui a changé dans la pratique est l’obligation de vérifier systématiquement l’identité du patient à son entrée avant même de l’installer dans sa chambre et de lui donner le bracelet », souligne Delphine Rollet, infirmière, cadre de santé au service de chirurgie orthopédique.

S’il en est capable, le patient décline son identité, éventuellement épèle son nom et indique sa date de naissance. Sinon, l’infirmière demande à l’accompagnant, et en cas de doute, vérifie sur la carte d’identité. « Jamais un patient n’a refusé le bracelet, ajoute-t-elle. Cela les sécurise de voir notre vigilance. »

« Pour l’établissement, l’adoption du bracelet d’identification permet d’assurer la sécurité du patient et la sécurité des soins délivrés, conclut Florence Barbançon. Cela contribue à garantir la notion de ?bon patient, au bon moment pour le bon acte?. »

 Laure Martin

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Un bracelet pour identifier les patients”

  1. nous cela commence juste depuis à peine 8 jours

  2. cedr1c dit :

    C’est présent dans pas mal d’établissements désormais.
    Ceux qui commercialisent le système avec la petite imprimante sont les grands gagnants.
    Personnelement, je trouve que c’est un frein dans la relation de confiance avec le patient que l’on marque comme du betail, avant de lui faire signer le consentement éclairé etc…

  3. cela fait plus de 12 ans quà la clinique de G AP nous les utilisons!!

  4. Il y a beaucoup de “choses” a fairee pour optimiser la production des soins et donc l ergonomie de travail

  5. Houla rien de bien nouveau … Certains matériels permettent la lecture des code barre associés et la prise des constantes(voir welch allyn)…Sinon avec mes étudiants j ai fait developper un bracelet qui laisse apparaitre le dossier du patient lorsque la tablette autorisée s approche du patient.

  6. Même protocole dans mon ets , sauf que chaque protocole a ses failles et dans ce cas ce sont les limites de la personne a accepter ce dit bracelet … Que ce soit les enfants ou les personnes atteintes de troubles cognitifs qui les enlèvent sans cesse , alors que ce sont les personnes qui ont le plus de difficultés a décliner leur nom prénom et service …

Réagir à cet article

retour haut de page
264 rq / 1,891 sec