PV, amendes : le ras-le-bol d’une infirmière libérale

Sarah Guerlais, infirmière libérale et vice-présidente de l'association Ni bonne Ni nonnes Ni pigeonnes en a ras-le-bol des PV à répétition et elle le dit sur Facebook :

PV, amendes : le ras-le-bol d'une infirmière libérale"6 avril, jour du marathon de Paris et de la brocante a Vincennes. Je prodigue les soins aux patients grabataires, en fin de vie, à domicile, comme toutes les infirmières libérales, 7 jours sur 7, toute l'année.

Dans ma boite aux lettres ce 17 avril, trois amendes à 35 euros chacune pour infraction au stationnement à 8h30, 10h, 10h30 : trois adresses différentes pour trois patients différents émanant de trois agents verbalisateurs différents.

Aucune place accessible puisque saturée par le marathon passant dans le bois de Vincennes et les rues fermées en raison de la brocante. Cette journée de travail me coûte 105 euros.

Je dénonce la mise en danger des patients soignés a domicile par le biais de ce harcèlement fait aux infirmières libérales qui contribuent au maintien a domicile des patients qui n'étaient ni au marathon de Paris ni à la brocante mais alités ou immobilisés a leur domicile. Et qui ont besoin de soins.

Des années de harcèlement déjà dans cette ville de Vincennes où la police municipale nous empêche d'exercer notre profession. Un maire déjà alerté maintes et maintes fois. Qu'on se le dise : les infirmières ne peuvent plus se déplacer a votre domicile, la police les en empêche."

Rédaction ActuSoins

A relire dans ActuSoins : Infirmières libérales, le casse-tête du stationnement en ville

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

12 réponses pour “PV, amendes : le ras-le-bol d’une infirmière libérale”

  1. Motarde de DIJON dit :

    Une solution: On cotise à l’Ordre des Infirmiers qui s’occupera de tous ces problèmes de stationnement et du reste…C’est pas cher!

    • mariedonet@noos.fr dit :

      Et bien, non, ça n’est pas la solution, je cotise depuis sa création, pas de réaction de leur part, ni du préfet, ni de l’adjoint au maire de l’arrondissement du 5ème, ni du maire de Paris, j’ai frappé à toutes les portes, sans succés…

  2. mariedonet@noos.fr dit :

    Je suis libérale à Paris 5ème, je travaille en scooter, je me gare toujours « proprement » c’est-à dire pas sur les trottoirs, passages piétons, bref, je ne gène personne. Si les parkings pour 2 roues sont saturés ,ce qui est quasiment toujours le cas ou s’il n’y en a pas dans mon périmètre, je me gare entre 2 voitures à condition que l’espace soit assez grand pour qu’on ne me le renverse pas.Il y 4 caducées sur le scooter, quel que soit le côté où l’agent se situe, il voit forcément que je suis infirmière.Malgré tout ça, je me prenfd des PV régulièrement pour absence de ticket de stationnement…c’est du délire, j’ai beau contester, je suis majorée à chaque fois.De +,j’habite le 5ème et n’ai pas le droit au stationnement résidentiel, ça n’existe pas pour les 2 roues, c’est complètement discriminatoire et de toute façon, question :où mettre le ticket sans qu’on nous le vole ?J’aimerai quand même connaître la position de l’ordre infirmier sur tous ces PV,ils ne sont pas très présents dans notre quotidien…

  3. Je pense que c est pareil pour tous moi aussi par endroit je galère mais les politiques ne veulent rien faire . je suis sur Amiens dans la somme

  4. onialapoubelle dit :

    Malheureusement ce problème ne concerne pas que les libérales. Les hospitalières aussi ont des problèmes de stationnement et de parking. A Strasbourg, au CHU du centre ville il y a des parkings non utilisables pour cause de sécurité, soit disant. Alors on paye le parking des horodateurs, comme tout le monde, et quand on ne peux pas descendre pour remettre des pièces on prend régulièrement des prunes à 11 ou 17 euros. En moyenne une par semaine. Le directeur ne fait rien. Soit 50 euros par mois. Soit plus ou moins 500 euros par an en décomptant cinq semaines de congés.

  5. ridfa69 dit :

    il est ou l’ordre?
    à part nous ponctionner de 75 EUROS rien sur le sujet

  6. rien d’étonnant quand tu vois que même les véhicules SAMU se prennent des amendes, quelle abération

  7. Je suis coordinateur de SSIAD on reçois à Paris 8 des 135 euro pour transfères de fond… A 22h30 ! Sur des twingo blanches portant caducée et numéro d’autorisation dessus.

  8. Pareille à Poitiers et l’agent qui me dit  » je ne savais pas qu il existait un code de la route spécial infirmière ! » Rrrrrrrrrrrr

  9. Céline Bootz dit :

    Il s agit là d un vrai problème… Nul besoin de marathon ou de brocante pour cela… A Mulhouse, des parkings entiers ont été supprimés au centre ville, quelles autres solutions que de se garer « à l arrache » quand toutes les ruelles sont saturées!!!
    J avoue que les agents municipaux sont dans l ensemble assez compréhensifs… Mais il reste toujours certains zélés!! L’un d eux un jour m a dit un jour, je cite:  » j en ai rien à foutre de votre confort! ».
    Est il du mien dont il est question… Ou celui du patient qui attend son soin…. Peut on se permettre d avoir une demie heure de retard parce qu il aura fallu tourner en rond afin de trouver une place convenable….
    Je pense qu il y a d autres problèmes de proximité à régler, plutôt que de verbaliser le corps soignant dans son exercice!!!

  10. Pareil a Cagnes sur mer. Du coup j’ai choisi un véhicule électrique: horodateurs gratuits et accès aux places autolib! Fini les pv mais c’est moi qui ai du changer, ce ne sont pas eux qui ont ouvert leur esprits. Sinon avant, je contestait en joignant la circulaire ministérielle qui demande tolérance indulgence pour nous a condition qu’on ne gêne pas exagérément la circulation. Et ça marchait…

Réagir à cet article

retour haut de page
1249 rq / 6,213 sec