Le ministère de la santé favorable à l’étude d’un médicament dérivé du cannabis

| | mots clefs : , , 16 réactions

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, souhaite que l'agence du médicament () puisse étudier le dossier d'un médicament à base de dérivés du , le Sativex, déjà disponible dans la plupart des pays européens pour soulager certains patients atteints de sclérose en plaques.

Le Sativex des laboratoires Bayer est disponible depuis plusieurs années en Grande-Bretagne ou au Canada - DR

Le Sativex des laboratoires Bayer est disponible depuis plusieurs années en
Grande-Bretagne ou au Canada - DR

"L'indication thérapeutique de ce spray concerne des douleurs et contractures sévères et résistantes de certains patients atteints de sclérose en plaques (SEP)", précise-t-on de même source.

Néanmoins pour qu'un dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) puisse être déposé auprès de l'Agence nationale de sécurité du médicament, la modification d'un décret qui interdit l’utilisation des dérivés de cannabis à visée thérapeutique est nécessaire, explique-t-on au ministère.

Mais "ce sera à l'ANSM d'étudier la validité de ce dossier", poursuit le ministère "sans préjuger de la décision finale".

"Il s'agit là d'un médicament" et "la ministre rappelle à nouveau sa plus ferme opposition à la dépénalisation du cannabis", souligne-t-on encore au ministère, alors que le magazine Valeurs actuelles, qui fait état de cette démarche sur le cannabis médical cite Serge Lebigot président de l'association des Parents contre la drogue pour qui "la mise sur le marché du cannabis à but thérapeutique n'est que la première étape vers la dépénalisation".

Le Sativex des laboratoires Bayer est notamment disponible en Grande-Bretagne et au Canada où il est également utilisé dans des formes avancées de cancer.

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

16 réponses pour “Le ministère de la santé favorable à l’étude d’un médicament dérivé du cannabis”

  1. Aleks dit :

    Quand on voit ce que disent certains “professionnels du soin” par rapport à la fameuse dépendance de la morphine… Je me dis qu’il faut renforcer la sélection au concours d’entrée……………….. VDM

  2. Khera dit :

    cela se pratique depuis des lustres, le medecin que j’ai connu a l’hopital TENON ds le XX°, il y a deja 14 ans le pratiquait pr ces pathologies : surprise , il s’est fait remonté les bretelles, malgré des resultats plus que probant..vive l’hypocrisie …

  3. Coralie dit :

    perso je préfere la morphine de tout facon tout est une drogue et le principale et que ca soulage

  4. Coralie dit :

    perso je préfere la morphine de tout facon tout est une drogue et le principale et que ca soulage

  5. Coralie dit :

    perso je préfere la morphine de tout facon tout est une drogue et le principale et que ca soulage

  6. Béatrice dit :

    enfin peut ètre un peu d’ouverture dans ce pays ringard qui a peur de tout mais ou on croque des antidèpresseurs et des anxiolytiques comme si c’ètait des bonbons !

  7. Tous les médicaments sont des poisons d’origines diverses ! Les venins, autres drogues et compagnie très bien dosées nous soignent ! Même la trinitrine et ben c’est de l’explosif ! Alors le cannabis en médoc évidement oui !

  8. Sissy dit :

    la morphine entraine une dépendance et en cancéro le cannabis soulage les douleurs. Si tt est controlé et bien dosé alors pourquoi pas? la france est trop sectaire ds certains domaines encore

  9. Ju dit :

    Après tout à l’origine c’est une plante..

  10. Muriel dit :

    tout dépends de la posologie et de l indication , évidemment !

  11. William dit :

    Les morphiniques bien administrés n’induisent (presque) pas de dépendance.

  12. No dit :

    Parcequ il n y a pas de dépendance avec la morphine véronique ?

  13. Veronique dit :

    le cannabis, non plus n’est pas une solution a vie car il y a toujours aussi le risque de dépendance….mais si celui ci peut etre un antalgique avéré alors pourquoi pas…..

  14. Cathy dit :

    il serait temps, les anti-douleurs ne me font plus rien et la morphine, c n’est pas une solution a vie..

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
234 rq / 3,302 sec