Glissement de tâches : une réalité cachée

Une aide-soignante qui fait la tournée des anticoagulants,  une infirmière qui donne un antalgique non prescrit :  juridiquement, ces actes relèvent de l’exercice illégal d’une profession. Pourtant, ces pratiques seraient habituelles dans certains établissements. En cas de problème, directions et soignants se renvoient la responsabilité.

 

Des données inaccessibles

Parmi les experts judicaires, les syndicats ou encore les directeurs de soins interviewés, aucune personne n’a su donner des chiffres ou des  données sur ce que l’on appelle maladroitement le « glissement de tâches* ».

Et pour cause. Ce genre d’actes est dénoncé uniquement lorsqu’il a pour conséquence un problème grave ou qu’il y a eu dépôt de plainte auprès d’un tribunal. Un des cas les plus médiatisés remonte à 1999 : l’affaire « Trousseau ».

De nuit, un enfant de deux ans est pris en charge par une aide-soignante, seule à assurer la surveillance de l’unité de soins. Ses deux collègues infirmières étant affectées sur deux autres unités. L’enfant décède des suites d’une anoxie cérébrale prolongée. L’aide-soignante n’avait pas su repérer que l’enfant s’était déperfusé, ni prendre les mesures appropriées relatives à son état général.

De la surveillance au soin, il n’y a qu’une étape. «  Un soir, j’ai pris mon poste à 20h. La cadre m’a alors annoncé que je serais seule jusqu’à 23h et qu’il faudrait que je me débrouille sans infirmière », explique Anne, étudiante en soins infirmiers qui effectue régulièrement des gardes d’aide-soignante. « Elle savait que je savais faire les injections et les perfusions . Elle a assuré pouvoir me couvrir en cas de problème ».

Inexact, d’après la loi. «  Aucun soignant n’est censé ignorer les limites de son champ de compétence. Cette étudiante est donc responsable pénalement de ses actes. Personne ne peut s’autoriser à aller au-delà des textes réglementaires. Pas même un médecin ou un cadre. Malheureusement, certaines pratiques anciennes sont restées dans les habitudes» commente  Ljiljana Jovic, conseillère technique de l’agence régionale de santé de l’Ile de France.

Une responsabilité partagée

D’après l’article L. 4314-4  du code pénal, toute personne effectuant des actes infirmiers sans être diplômée est passible de 3 750 euros d’amende, et en cas de récidive de 5 mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.

Selon les circonstances, les torts pourraient être partagés avec d’autres membres du personnel et la hiérarchie. C’est pour cela que les juges font appel à des experts judiciaires. « Nous sommes là pour situer l’acte dans son contexte, comprendre les responsabilités de chacun », explique Marylène Guingouain, directrice des soins et expert judicaire.

La surcharge de travail, le manque de personnel, l’envie d’aider, sont souvent mis en avant par la défense. En effet, rares sont ceux qui effectuent des actes illégaux par réel choix personnel. « Il y a eu des cas d’aides-soignantes qui plâtraient aux urgences, car cela figurait dans leurs fiches de poste. C’était écrit et protocolé, mais bien sûr, illégal », explique Thierry Amouroux , secrétaire général du Syndicat National des Professionnels Infirmiers.

Ces affaires ont donc débouché sur des condamnations à tous les niveaux. « Souvent les directions ont la volonté de faire au moins coûtant, donc au dépend et des patients et des salariés » souligne-t-il. Car les conséquences d’un glissement de tâches sur le personnel, sinon pénales, peuvent aussi être d’ordre sanitaire.

En février, le Centre hospitalier de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a été jugé responsable de la lombosciatalgie d’une ASH, provoquée par un déshabillage d’une patiente. L’agent effectuait cet acte régulièrement dans le cadre d’une mission programmée par l’employeur.

Les solutions

Si tout le monde est unanime sur le fait qu’il faille absolument refuser d’effectuer des actes ne relevant pas de ses fonctions, chacun se renvoie la responsabilité et trouve des solutions différentes. Pour Thierry Amouroux, il faut «  responsabiliser les directions et revoir l’organisation des services ». Pour Ljiljana Jovic, les soignants sont responsables et «  ne connaissent pas suffisamment la réglementation ».

Seule proposition objective et alternative dans ce cas : la formation du personnel. « Le but serait de leur rappeler les risques juridiques et leur apprendre à faire abstraction de l’affect dans certaines situations, pour qu’ils sachent décliner une telle demande » explique Laurence Venchiarutti, expert infirmier, consultante et formatrice.

Malika Surbled

 

 

*A chacun sa définition

 

  • le terme « glissement de tâches » n’est pas un terme juridique. Il serait utilisé à tort dans le langage commun pour remplacer le terme « exercice illégal ».
  • Selon les directeurs de soins, un « Glissement de tâches » serait un acte légal, mais déqualifié (un infirmier qui fait le ménage, un médecin qui fait les soins, un cadre qui fait du secrétariat…)
  • Selon d’autres sources, un « Glissement de tâches » relèverait plutôt d’un « transfert de compétences » dans un cadre strictement légal également : Coopération dans le cadre de la loi HPST, évolution des décrets de compétences…
Réactions

29 réponses pour “Glissement de tâches : une réalité cachée”

  1. [...] Via Scoop.it – Santé & Hôpitaux par la CFTC HUSUne aide-soignante qui fait la tournée des anticoagulants, une infirmière qui donne un antalgique non prescrit : juridiquement, ces actes relèvent de l’exercice illégal d’une profession. Pourtant, ces pratiques seraient habituelles dans certains établissements. En cas de problème, directions et soignants se renvoient la responsabilité. Des données inaccessibles Parmi les experts judicaires, les syndicats ou encore les directeurs de soins interviewés, aucune personne n’a su donner des chiffres ou des données sur ce que l’on appelle maladroitement le « glissement de tâches* »….Show original [...]

  2. Berthe Amoros dit :

    Si les EMPLOYEURS ,augmentaient les EFFECTIFS ces SITUATIONS n’existeraient pas ! En effet ,il faut prendre conscience que le Personnel est en restriction et plus que cela ,la charge de travail est souvent tres LOURDE pour le PERSONNEL pratiquement dans tous les services ………….il maque des IDE ou des AS ,on les déplace sans vergogne aux détriments des malades du Personnel et des protocoles de surveillance souvent mal exprimés par ecrit ou par voix orales ! Dans l’absolut il ne faux faire que ce qui est noté par le Medecin ,L’INFIRMIERE toujours débordée délegue souvent certains “” PETIT SOINS “” aux Aides-Soignantes faute de temps !Ce qui est condamnable c’est le profit des Patrons aux détriments des soins et du personnel ! Toujours moins EMBAUCHER et toujours PLUS de FRIC !!

  3. Berthe Amoros dit :

    J’ASSUME ce que j’ai écrit !!!!

  4. Dans certains établissements ? C’est pas bien !! Quelle hypocrisie !

  5. Marie Francoise Desprat dit :

    et qui paie quand il ya probleme § ATTENTION !!!!! serez vous reelement soutenus????????

  6. Marie Francoise Desprat dit :

    je soutiens BERTHE IL FAUT REFUSER LE PLUS POSSIBLE . TOUJOURS FRIC . ET FRIC ET JE PLAINS LES PERSONNES TRAVAILLANTS EN CLINIQUE ET ETABLISSEMENTS DU MEME GENRE CAR QUI PROTEGERA EN CAS DE PROBLEME DEVANT LA JUSTICE ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,???????????

  7. hugues dechilly dit :

    ces “glissements de tâches” sont une réalité quotidienne …

    entre un interne qui ne répond pas au téléphone et un patient qui hurle de douleur depuis plus d’une heure, j’ai toujours délibérément choisi de calmer la douleur du patient en prenant bien soin de noter dans le dossier l’impossibilité de contacter le médecin et en faisant régulariser ensuite par ledit toubib, jamais je n’ai été inquiété …

    pour ce qui est des surcharges de travail, là aussi quotidiennes, notamment quand les AS ne sont pas remplacés et qu’une IDE doit assurer deux postes/fonctions pour une seule paye, il est primordial d’alerter la hiérarchie pour la mettre devant le fait accompli et éventuellement de déclencher un droit de retrait qui peut aboutir à la fermeture de lits …

    les AS confrontés à l’absence d’IDE doivent catégoriquement refuser d’accomplir des gestes pour lesquels ils ne sont pas formés, sauf en cas d’urgence vitale pour le patient …

    il est fréquent que les AS et autres AVS appellent le SAMU en cas de problème dans une MDR … faute d’avoir un médecin ou une IDE sous la main …

    • flocaux dit :

      Curieux ! tu acceptes d’administrer un traitement alors que tu es dans l’exercice illégal de la médecine (ceci pour le bien du patient ce que je conçois tout à fait et que je fais moi même mais tu refuses de déléguer une tâche à une aide soignante qui parfois a plus d’ancienneté que toi dans la profession et qui souvent a fait fonction il y a des années ???

      • moutarde dit :

        Pour commencer, légalement l’IDE ne peut déléguer aucun acte à 1 AS.

      • mhandou dit :

        comme moutarde,
        en plus je trouve ca sain d’assumer ces actes et pas d’imposer ces choix aux autres (AS…) ca évite de se prendre pour un médecin

  8. Berthe Amoros dit :

    La seule chose a faire ,c’esr d’etre tres prudente et surtout une assurance PROFEssionnelle !!!!!

  9. @Berthe : si vous réalisez des actes en dehors de votre champ de compétence, vous pouvez avoir la meilleure RCP, elle ne vous servira à rien…

  10. LOULOUMOZART dit :

    Quelle surprise ! Ce “glissement”existe quasiment partout par manque de personnel soignant.
    Que dire des prescriptions de traitements même lourds prescits par telephone et non régularisés ensuite par le médecin quand appelé en pleine nuit ?
    A qui incombe la responsabilité quand le médecin refuse de se déplacer ?Doit-on laisser un patient soufrir ou s’étouffer ?
    Vivement ma retraite !

    • flocaux dit :

      J’ai proposé cette nuit qu’ils nous donne 10 euros à chaque prescription par téléphone, ce n’est pas beaucoup mais je crois qu’en faisant leur compte le mois suivant, ils se déplaceraient.

  11. Berthe Amoros dit :

    C’est VRAI !!! Donc PRUDENCE++++++++++++ et dire NON a tous les actes qui ne nous incombent pas et surtout etre VIGILANTE sur les PRESCRIPTIONS ORALES !!! TOUT écrire dans le DOSSIER PATIENT ,CONNAITRE les GESTES d’URGENCES ( pour éviter le genre ….vous etes incompétante ) et faire PARVENIR “” TOUTES FICHES d’INCIDENCES a la DIRECTION (FAXE + accusé de réception ) pour se protéger un MAX !! J’ ai 37 de carriere ,et meme en sachant tout cela ……………….!! je me méfie !! HAUT LES COEUR LES SOIGNANTS !!

  12. fraezer dit :

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!VOUS DECOUVREZ UN MONDE ! C’EST COMME CA DANS LA PLUPART DES CHU? CES CH DES CHS ET DES CLINIQUES….BIEN SUR LES CADRES SUP,LES CADRES,LES DIRECTEURS ET LES DIRECTEURS DE SOINS VONT DIRONT QUE CA N ARRIVE JA MAIS AU GRAND JAMAIS……..ON VOIT L ABIME QUI SEPARENT LES SOIGNANTS DES TECHNOCADRES HOSPITALIERS, UN VRAI BOULOT OU IL FAUT MENTIR AUX AUTRES ET A SOI MEME TOUTE LA JOURNEE EN INVICTIVANT CEUX QUI SORTENT DES RANG AU RISQUE D ECORNER LA BELLE CHOREGRAPHIE DU DIAGNOSTIQUE INFIRMIER DE LA QUALITE ET DES MACROCIBLES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  13. idel83 dit :

    Seul IDE en réa coeur la nuit avec 8 patients (choc cardiogénique sous ballon pomping, hémodia-filtration, réception urgences, …) la toubib de garde faisant un gros dodo toute la nuit et m’engueulant quand je la réveille, ça laisse rêveur.
    Et avec une hiérarchie qui n’en a rien à taper.
    Pour qu’il n’y ai aucun “glissement de tache”, il faut que chacun fasse son boulot correctement, que les glands qui n’ont rien à péter de la santé des gens aillent se recycler et que les cadres fassent leurs boulot en nous aidant à faire respecter la loi.

    • flocaux dit :

      bienvenue dans notre monde de la nuit…
      Merci à nos binômes…

    • moutarde dit :

      Pardon mais j’ai quelques doutes. Le cas échéant, tu attends quoi pour exercer ton droit de retrait ou informer l’ARS ?

  14. le monde ne tourne pas rond…..moins de personnel, plus de responsabilité….moins de salaire….mais bientôt viré…….triste réalité….le plus dur est biensur pour le patient….mais ces gens qui prennent des decisons seront un jour dans une institution…à eux de choisir celle ou il y aura du personnel en nombre!!!!

  15. JACOTTE dit :

    AH BON??????? vous pensez decouvrir qq chose de nouveau…..que d’hypocrisie dans ce bas monde!!!que qqn ose dire qu’il n’y a jamais eu de glissement de tache dans son etablissement et ce sera un beau menteur!!!les cadres”encadrent” comme ceux fixés au mur!!!immuables et les soignants triment comme de pauvres “malades” et quand arrive une cou…e,sur qui on tape?sur la personne qui a voulu bien faire son boulot :soigner ,calmer la douleur(cheval de bataille tres en vogue partout!!!!!) et essayer de soulager ce qui pouvait etre fait ….
    Alors arretons de faire les hypocrites et regardez la verité en face messieurs les décideurs de postes, champion au jeu de pions…..
    Chere collegues bonne journée et pensez que la retraite arrivera un jour!!!!

  16. Valérie dit :

    Moi aussi je me suis mise au glissement de tâches.

    Je mets des peaux de bananes chaque matin devant le bureau des médecins et de ma cadre.

  17. injilina dit :

    Je vais vous dire la meilleure!Je travaille dans un EHPAD ou le glissement des taches n’a pas de limite;le professionnel soignant est tellement mal à l’aise -suite aux conditions de travail catastrophiques- qu’ils s’absentent assez souvent ;la direction les remplacent par un défilé de remplaçantes dans un désordre totale aboutissant à un glissement de tache;souvent, l’auxiliaire de vie fait certains actes qui relèvent des attributions de l’infirmière.Je suis aide soignante,J’ai eu le malheur de dénoncer une auxiliaire de vie remplaçante qui a mis en danger la sécurité des personnes agées en acceptant la distribution des médicaments mis par une infirmière dans les plateux sans signaler qu’elle ne sait ni lire ni écrire!

  18. de qui se moque t on dit :

    les taches que je voie glisser ce sont les infirmieres qui se font abuser depuis plus de 25 ans ce sont des beni oui oui qui disent oui avant qu’on leur demande alors basta le discourt sur la responsabilité elles n’ont que ce qu’elles merritent

    • shanara13 dit :

      Quelle tristesse d’avoir glissé si tôt et pendant si longtemps contre le mur de la c…nerie !
      Il est évident que tu ne t’en remettras jamais…

  19. injilina dit :

    A leur place que ce que vous faites?dénonçons ce qui ne va pas avec une volonté collective d’améliorer les choses pour ne pas entrer dans le dicours stérile s’il vos plait!

  20. Didi dit :

    Moi Didier,je vais aller vers les métiers du secteur social (aide médico-psychologique) et du secteur paramédical (aide-soignant).Les infirmiers/infirmières doivent laisser un aide-soignant ou un aide médico-psychologique de mettre de l’alcool sur les perfursions.Les AS et les AMP pouvaient donner les médicaments.Les infirmiers/mières pouvaient déléguer les différentes choses pour les aides-soignants/tes et les aides médico-psychologiques.
    Bisous à tous…..

    • injilina dit :

      Toutes les taches qui ne relèvent pas de vos taches-se référer dans ce cas à la législation-sont à éviter meme si on vous force de les effectuer ;si vous etes menacé de sanction ou on fait des pressions sur vous, comme il est le cas assez souvent dans notre ce milieu, adressez vous toujours au plus haut et exigez un écrit qui vous protégerait en cas de problème.A ne pas faire tous les actes auquels vous etes pas formé .Surtout imposez vous dès le début ,si non il n’ya pas de limites dans le milieu ou on travaille,les notions sont confuses et c’est la loi de la jungle!!

Les commentaires sont fermés

retour haut de page
158 rq / 0,930 sec