Infirmiers de santé au travail : un autre regard

Véronique Bacle, actuelle secrétaire générale adjointe du Syndicat national des professionnels de santé au travail (SNPST) et ancienne infirmière de santé au travail évoque les caractéristiques propres à ce métier exercé par environ 5 000 infirmiers.

Quel est le rôle de l’Infirmier de santé au travail (IST) ?

Infirmiers de santé au travail : un autre regardIl existe deux types d’IST. Tout d’abord les salariés des entreprises, majoritaires, prévus par le code du travail depuis la loi du 11 octobre 1946 relative à l’organisation de la médecine du travail. Leur poste est obligatoire dans toutes les entreprises industrielles de plus de 200 salariés et dans toutes les entreprises commerciales et de services de plus de 500 salariés. Leurs trois missions principales sont issues de la circulaire Oheix de 1975. L’IST assiste le médecin du travail dans le suivi médical des salariés - lors des visites médicales, pour faire les examens complémentaires. Il l’aide également dans son action médicale en milieu de travail, c'est-à-dire dans son activité de 1/3 temps (un tiers du temps de travail des médecins doit être consacré à l’étude et l’amélioration des conditions de travail des salariés, NDLR) avec les études de postes, les mesures d’ambiance. Enfin, il assure le service de garde pour les soins et la gestion des urgences.

Par ailleurs, les IST peuvent être employés dans les services interentreprises de santé au travail1 et dans ce cadre, leurs missions évoluent progressivement.

Infirmier de santé au travail (IST) : En quoi consistent ces nouvelles missions ?

Il y a encore quelques années, les IST des services interentreprises étaient cantonnés à ce qui ne pouvaient pas être fait par les secrétaires médicales comme les prises de sang, les audiogrammes, etc. Une réflexion a alors été menée sur le développement de la coopération entre les médecins et les infirmiers dans le suivi de santé des salariés au sein des entreprises de moins de 200 salariés puisque le poste des IST n’y est pas obligatoire. L’élément déclencheur ayant été le constat de la pénurie de médecins du travail.

L’idée a donc été de trouver un moyen d’impliquer davantage les IST dans le suivi médical en s’appuyant sur leurs compétences propres. C’est ainsi qu’est née l’idée de l’entretien infirmier fait par l’IST qui va intervenir dans une entreprise sur prescription du médecin du travail. Habituellement, les salariés bénéficient d’une visite médicale tous les deux ans. Avec l’intervention des IST, cette visite est complétée, une année sur deux par un entretien infirmier. Ce dernier est protocolisé en tenant compte du travail des salariés et des risques auxquels ils sont exposés. A l’issu de l’entretien, l’infirmier établit une synthèse et une attestation qu’il communique au médecin. Il l’informe de l’existence d’éventuelles anomalies relevées en fonction du protocole et donc s’il est nécessaire que le médecin voit le salarié plus tôt que prévu. Ainsi, l’IST agit en tant qu’alerte auprès du médecin.

Pendant l’entretien infirmier, l’IST fait aussi de l’éducation à la santé auprès des salariés afin d’évoquer les risques professionnels, les équipements de protection à porter, etc. L’infirmier participe également au 1/3 temps des médecins en se déplaçant, toujours sur prescription du médecin, dans l’entreprise des salariés. Cette activité est indispensable pour que l’IST connaisse et comprenne au mieux le travail du salarié. Par contre, il n’assure pas le service de garde pour les soins et les urgences.

L’intervention des IST est vraiment complémentaire car ils ont un autre regard, une autre écoute et les salariés se confient parfois davantage à eux qu’au médecin du travail.

>> LIRE AUSSI - Infirmier de santé au travail : une expertise en entreprise >>

Quel type de formation les IST Infirmier de santé au travail  doivent-ils suivre ?

Actuellement, aucune formation complémentaire n’est exigée pour devenir IST. Les infirmiers font l’Ifsi puis ils peuvent suivre une licence professionnelle de santé travail (ou un diplôme interuniversitaire de santé au travail, NDLR) au cours de laquelle ils sont formés à l’environnement social et juridique des entreprises, à l’identification des risques, aux pathologies professionnelles, à l’entretien infirmier, à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des problèmes de handicap et d’inaptitude. Mais cette formation, qui n’est pas obligatoire, n’a été suivie que par 10 % des IST. Les autres s’appuient sur leur expérience en santé au travail et leurs stages.

Néanmoins, une nouvelle loi sur la santé au travail est attendue et nous espérons, dans ce cadre, que la formation d'infirmier de santé au travail IST devienne une spécialité et soit obligatoire. Concernant leur rémunération, les IST gagnent entre 1 800 et 2 800 euros brut par mois. Ce salaire varie en fonction de leur formation, de leur carrière et de la convention collective de l’entreprise.

Propos recueillis par Laure Martin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Infirmiers de santé au travail : un autre regard”

  1. Henri dit :

    Bonsoir,
    Votre article évque la nouveauté de l’entretien infirmier assuré par les IST sur prescription et par délégation du MT. J’aimerais savoir quels sont les textes qui déterminent ou officialise cette pratique. Pouvez-vous SVP m’en donner les références ?
    Cordialement.

  2. […] Véronique Bacle, actuelle secrétaire générale adjointe du Syndicat national des professionnels de santé au travail (SNPST) et ancienne infirmière de. Recherche de blogs Google : santé […]

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
223 rq / 1,335 sec