Alix, infirmière puéricultrice auprès des mères-ados

Alix Haentjens est puéricultrice coordinatrice dans une maison maternelle pour adolescentes située à Marseille. Au sein du foyer, elle accompagne au quotidien les jeunes filles qui deviennent mères. Elle assure aussi le lien entre la direction et l’équipe pluridisciplinaire.

Alix Haentjens, infirmière puéricultrice auprès des mères-ados

© Malika Surbled / ActuSoins

Impliquée dans son travail, Alix l’est, c’est une évidence. D’ailleurs, elle n’a pas hésité à accepter un entretien avec ActuSoins pendant ses congés…pour parler de son poste. Secrétaire Nationale de l’*, elle représente l’association au sein du collectif CEP-Enfance (Construire ensemble la politique de l’enfance). Elle travaille aussi à plein temps en qualité de puéricultrice coordinatrice dans un foyer d’accueil d’urgence pour adolescentes enceintes ou jeunes mamans.

« Mon rôle est de m’assurer que tout fonctionne », annonce-t-elle d’emblée en souriant. « Déjà, au sein même de l’équipe. Je n’ai pas de lien hiérarchique avec les autres professionnels, néanmoins je dois veiller à une cohésion entre tous. Je dois aussi suivre toutes les petites complications pratiques du quotidien car la moindre défaillance peut impacter l’accompagnement des adolescentes et des bébés », explique Alix. Toutes ces missions s’effectuent sous la hiérarchie de la chef de service, elle-même infirmière puéricultrice cadre de santé.

Depuis qu’elle a pris son poste il y a deux ans, chaque jour sauf le week-end, Alix se rend à la maison mère-enfant. Le foyer accueille de jeunes adolescentes, avant et/ou après la naissance de leur enfant. « Soit ces jeunes filles ont elles-mêmes eu un parcours de placements judiciarisés en foyers ou en familles d’accueil et n’ont nulle part où aller, soit elles et leurs parents ont sollicité l’Aide Sociale à l’Enfance pour une mesure administrative car - du fait de la grossesse - leurs relations sont devenues trop conflictuelles »

Accompagner et soutenir...

Le plus souvent, les adolescentes arrivent aux environs des six mois de grossesse, quand, l’arrivée du bébé s’annonçant, leur situation devient plus compliquée. « Elles ont besoin de soutien et d’accompagnement. On leur apprend à devenir mère. À devenir adulte aussi ».

« Pour cela, au-delà de l’accompagnement éducatif quotidien, on leur propose un suivi psychologique. Il y a aussi des réunions et groupes de paroles. Elles peuvent ainsi exprimer leurs émotions et leurs difficultés », poursuit la jeune femme.

Logées dans un studio au foyer, les adolescentes se côtoient entre elles. Repas commun du midi, bain et soins des nouveau-nés, ateliers de préparation à la naissance ou d’éveil : ces moments sont l’occasion d’échanges et de partages entre les jeunes mais aussi avec les professionnels qui en ont la charge.

«  Mon rôle est aussi de m’assurer qu’elles se conforment aux règles. C’est très complexe, car je suis dans le relationnel et l’accompagnement tout en devant faire respecter le cadre collectif. J’essaye de jongler au mieux avec ces deux aspects du poste en travaillant de concert avec tous les professionnels ».

Couvre-feu le soir, pas de sorties avec un nouveau-né pendant les quinze premiers jours de vie : en effet la liberté des jeunes mineures est sensiblement restreinte. « Pour leur bien et le bien des bébés, explique Alix. C’est un contrat entre les ados et nous. Elles le comprennent bien, même s’il est parfois difficile pour elles de le respecter ».

…Tout en restant vigilant

Car, pour la puéricultrice, hors de question de faire abstraction du bébé. « Nous considérons qu’il est aussi important que la mère », souligne Alix. « Dès la naissance, nous sommes très vigilants et observons la façon dont la maman accueille son petit. En général ça se passe bien, mais il arrive malheureusement – cela représente une minorité – que nous observions des défaillances maternelles qui remettent en question la sécurité du bébé. Dans ce cas, nous essayons de comprendre, d’épauler davantage la maman pour lui donner la possibilité de développer ses compétences. Mais si rien ne change, nous sommes tenus de faire un rapport à l’aide sociale à l’enfance qui reportera les observations au juge qui décidera si l’enfant doit être placé séparément de sa mère. Ces situations ne sont pas simples à poser, mais nécessaires pour garantir notre mission de protection de l’enfant », ajoute-t-elle.

Quand elle parle de son métier, la jeune professionnelle est enthousiaste. Entre relationnel et gestion de projet, elle fait ce qu’elle aime et ce qu’elle voit comme une juste continuité de son parcours. Elle n’hésite pas à raconter une expérience qui l’a marquée. L’histoire d’une jeune adolescente à la rue, qui est venue solliciter de l’aide.

« Après un parcours en pouponnière et en famille d’accueil, elle avait fugué des foyers de l’aide sociale à l’enfance et était dans l’errance. Peu de monde aurait parié sur son devenir avec son enfant. Au fil de sa grossesse, on l’a vue se transformer, s’impliquer. Curieuse de tout, elle posait des questions et souhaitait bien faire. Finalement, on a pu l’accompagner jusqu’au bout, puis l’aider dans son installation avec son compagnon. Son bébé est resté avec elle et il est très épanoui », sourit Alix.

Malika Surbled

* ANPDE : Association Nationale des (teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants

Actusoins magazine infirmierCet article est paru dans le numéro 22 d'ActuSoins (Sept/Oct/Nov 2016). 

 Pour recevoir chez vous (trimestriel), c'est ICI

 

Alix Haentjens en 5 dates :

2006 : obtient son DEI puis travaille 2 ans en réanimation pédiatrique et néonatale

2008 : supervise des programmes humanitaires pour Médecins du Monde et Action Contre la Faim et part au Tchad, en Haïti et en Ethiopie,

2012 : revient en France et intègre une école de puéricultrices,

2013 : obtient son DE de puéricultrice, puis travaille en pouponnière à caractère social

2014 : emménage à Marseille et prend le poste de coordinatrice de la maison maternelle.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “Alix, infirmière puéricultrice auprès des mères-ados”

  1. Bravo Alix pour ce beau parcours ! Une bise de Bretagne

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
227 rq / 1,465 sec