Les infirmiers sapeurs pompiers affutent leurs arguments face aux médecins urgentistes

Lassés des attaques des syndicats de médecins sur leurs compétences et leur danger potentiel pour les patients, les infirmiers sapeurs-pompiers publient une étude analysant l'impact de l'engagement volontaire sur leurs relations avec leur établissement hospitalier.

Les infirmiers sapeurs pompiers affutent leurs arguments face aux médecins urgentistesDepuis plusieurs années, des syndicats professionnels de médecins urgentistes comme Samu de France ou l'AMUF multiplient les communiqués de presse virulents contre les infirmiers Sapeurs Pompiers, et leur place au sein du système de secours préhospitalier.

Entre autres arguments, certains urgentistes reprochent notamment aux infirmiers hospitaliers ayant une activité volontaire de ne pas respecter les repos de sécurité, et de participer à l'absentéisme hospitalier. Un discours méthodique, qui finit par porter ses fruits au sein du ministère de la santé ou de la DGOS.

Pour Cédric Havard, président de l'association nationale des infirmiers sapeurs pompiers (ANISP), "il ne sert à rien de continuer à s'opposer par communiqués de presse interposés, avec des échanges de bas étages".

Face à ces attaques, l'association nationale des infirmiers sapeurs pompiers (ANISP) réplique donc par une enquête sociologique sur les infirmiers SPV exerçant en structure de soins.

Mené sur un échantillon de 705 infirmiers sapeurs pompiers, soit environ 20% de l'effectif total, l'enquête cherche à dresser un panorama complet du profil des ISPV interrogés et de leur comportement face à leurs multiples activités.

Priorité à l'employeur hospitalier

Près de 80% des sondés affirment changer régulièrement de planning pour la continuité du fonctionnement du service ou bien pour remplacer un collègue. Pour la majorité d'entre eux, ces modifications les amènent à annuler des missions ISPV.

La plupart des infirmiers sapeurs pompiers ont des enfants (67%), et ce sont majoritairement des contraintes familiales qui occasionnent des retards ou des absences au sein des services hospitaliers.

Pour Cédric Havard, les résultats de cette étude"démontrent clairement que la majorité des infirmiers sapeurs pompiers placent leurs priorités vis à vis de leur employeur, puis de leur famille. Leur activité volontaire arrive après ces deux éléments." Et de renvoyer l'argument du repos de sécurité aux établissements de soins : "Seuls 44% des IDE interrogés ont des plannings hospitaliers qui respectent les 11h de repos..."

"Maintenant, nous avons des données objectives à produire auprès des pouvoirs publics" conclut-il, avant de rappeler l'essentiel pour le patient : "Sur le terrain, la collaboration se passe la plupart du temps très bien, nous travaillons en bonne intelligence." 

Thomas Duvernoy

Pour aller plus loin : 

Enquête sur l’impact de l’engagement citoyen desinfirmiers de sapeurs-pompiers volontaires dansleurs relations avec les employeurs publics ou privés.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

18 réponses pour “Les infirmiers sapeurs pompiers affutent leurs arguments face aux médecins urgentistes”

  1. Béatrice dit :

    toutes les compètences profitent aux personnes qui ont besoin des pompiers et 1 infirmier dans 1 vsab c’est un plus je vois pas le problème avec leur service qu’ils assurent parfaitement je le vis tous les jours en rèanimation ou je travaille avec des infirmiers pompiers volontaires sans aucun problème moi je trouve qu’ils ont bcp de courage et les mèdecins devraient plutot se rèjouir vu k’ils ne font rien sans nous !

  2. Dab dit :

    la gueguerre entre personnel de santé….ca fait peur……

  3. Carole dit :

    Pour avoir travaillé aux urgences à Paris pendant plusieurs années et pour compléter ce qu’a écrit plus haut Fabrice Fracalossi, ce ne sont pas que des gardes de 24h00 que font nos chers médecins et internes en chir, ces gardent vont même jusqu’à 48h00. Tout ceci sans compter ceux qui travaillent du vendredi matin au lindi après-midi ou fin d’après-midi NON STOP: cela il faut le savoir! Alors que les médecins cessent de montrer le Infirmières et Infirmiers du doigt, il nous arrive même de ratrapper des erreurs faites par eux-même quand ils sont trop fatigués lors de leurs gardes…

  4. Pa dit :

    Quand les fondations sont pourries…. Qui sommes nous? Les descendants des bonnes sœurs qui se doivent d’être sous le joux des médecins. Qu’on le veuille ou non c’est comme ça. Dans les services où les femmes sont majoritaires, on les aliène par les nuits imposées, les we successifs et avouons le, encore de beaux comportements misogynes. Chez les ISP majoritairement masculins et moins touchés par les obligations familiales, les toubibs affirment leur pouvoir en traitant les IDE comme des gosses qu’on envoie se coucher tôt..

    • Sansebastien dit :

      C’est tout le problème de la profession infirmière, encore traitée par certains,administratifs ou mèdecins, comme le sont les personnes mineures. A nous de ne pas nous laisser marcher sur les pieds en mettant en avant nos compètences médicales, en particulier toutes celles que nous reconnaissent les tribunaux!

  5. severine4528 dit :

    Le probleme n’est pas les ISP cow boy(volontaires ou pro!!)mais plutot des médecins et IDE smur cowboy(j’en ai des tas et des tas dans mon hôpital;-)
    Certains sont très bien et apprécient le boulot que font le 3SM mais certains ne supporte pas qu’un IDE seul puisse faire une partie de leur boulot avec nos protocoles!!Là où cela changerai vraiment c’est si on arrivaient à avoir un effectif qui permette de tjs décaler à 1 medecin+1ISP, là on se ferait carrément plus respecter!!!!

  6. Mathieu dit :

    Le problème vient parfois aussi et malheureusement de certain isp cowboy (souvent les chefferies donc les pros…). Et comme partout a cause de quelques uns…tout le monde est mis dans le même panier…

  7. makno14 dit :

    en tout cas une chose est sûre,dans bcp d’hôpitaux la mise en place des horaires en 12h ,émanent d’une demande des salariés pompiers volontaires,ce qui règlerait une partie de leur problème ,mais au détriment de ceux qui y sont opposé ….

  8. petite-marie0987 dit :

    Bonjour,
    Je suis actuellement IDE dans un centre de soins et je souhaiterais devenir ISPV est ce que quelqu’un pourrait m’eclairer: y’a t il une formation particuliere à faire ? Si oui combien dure t elle et qu’elle est son contenu??
    Merci d’avance

  9. Franck dit :

    ..les IADE ont du mal..alors les IDE-SP.!

  10. Bruno dit :

    Faudrait déjà que l’Ordre ait des couilles, et que les urgentistes commencent par s’occuper de leurs services quoi reflètent leur niveau d’engagement….

  11. Michel dit :

    il est impossible de faire tomber les médecins sur leur piedestal chaque fois que l’on essaie de les contrer ils se serrent les coudes, il faut nous serrer les coudes, cette affaire devrait être évoquer à l’ordre infirmier au niveau professionnel

  12. Anaïs dit :

    Hollande t’es où? donne nous les moyens!!!!

  13. Fabrice dit :

    Tout le monde sait que les médecin ont un égo démesuré, ils sont pas comtent d’avoir une victime conditionnée quand s arrivent aux urgences? Ou en smur?et entre les médecins qui ne parlent pas français et le départ smur retardée par la pause caffé. Et leurs gardes de 24 heures, c pas dangereux?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
244 rq / 1,467 sec