Douleurs de l’enfant : la nécessaire prise en charge

| 4 réactions

Depuis une vingtaine d’années, la réalité de la douleur chez l’enfant et le nouveau-né est clairement reconnue, grâce à la multiplication d’études. Pour autant, évaluation et prise en charge restent parfois difficiles.

Douleurs de l’enfant : la nécessaire prise en chargeMalgré de nombreuses incitations officielles, et des mises à jour régulières en matière de bonne pratique (les dernières formulées par l’Afssaps datent de 2009), « l’analyse des pratiques aujourd’hui montre que la prise en charge est très inégale et bien souvent inadéquate. La mobilisation, la sensibilisation restent très hétérogènes », estime Pediadol, un groupe de spécialistes qui œuvrent pour améliorer les pratiques en la matière.

Pediadol considère ainsi qu’elles sont encore majoritairement « soignant dépendantes ».

Premier obstacle à une prise en charge adaptée, l’évaluation de la douleur. Selon leur âge, les enfants réagissent différemment, sans compter les plus petits qui ne savent pas encore s’exprimer et le stress généré par le fait de se trouver à l’hôpital.

Plusieurs outils existent : la classique échelle numérique (pour les plus grands), l'échelle modifiée des visages (préscolaire à 7 ans) mais aussi Evendol, qui permet d’évaluer la douleur chez l’enfant de moins de 7 ans, plus particulièrement aux Urgences, à partir de 5 items comportementaux simples.

La variété des moyens de prise en charge est aussi à prendre en compte. Bien sûr il y a les médicaments (sur lesquels portent les recommandations de l’Afssaps) mais il ne faut pas négliger la communication (avec l’enfant mais aussi les parents !) et le toucher, vecteur entre le soignant et le patient encore trop souvent négligé.

Manque de connaissances

Le manque de connaissances est encore important dans le domaine : peu d’études sont réalisées par exemple sur la douleur provoquée par des soins. Et c’est ce qui explique la disparité des pratiques. Pour diffuser au mieux ce qu’ils considèrent comme des bonnes pratiques, Pediadol a mis au point un livret d’informations, qui présente des situations pratiques et formule des recommandations.

Ces propositions reposent sur une bibliographie sans cesse réactualisée et la confrontation des expériences professionnelles des membres du groupe de travail.

Alors que le 11e congrès national de la SFETP a eu lieu en novembre et les Journées Pediadol les 8 et 9 décembre derniers, tous les soignants impliqués s’accordent sur la nécessité de développer la formation (pour les infirmiers, la question de la douleur ne devrait pas être envisager que dans les enseignements relatifs aux soins palliatifs, à la fin de vie et aux urgences) d’une meilleure reconnaissance du rôle des infirmiers ressource douleur qui conduirait à sa généralisation dans les établissements.

Émilie Gillet

Des outils d’information pour tous

- Pour les soignants :

Livret Pediadol sur la Douleur de l’enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge

Rubrique Enfant sur le site du Centre National de Ressources de Lutte Contre la Douleur

- Pour les familles, sur le site web de l’hôpital Robert Debré Enfants Malades (Paris) :

Reconnaître la douleur chez l'enfant

La prévention et le traitement

Soulager la douleur sans recours aux médicaments

- Pour les soignants et les patients, fiches d’information, posters, guides pratiques développés par l’Association Sparadrap sur le thème de la douleur : http://www.sparadrap.org/Catalogue/Par-themes/Douleur

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Douleurs de l’enfant : la nécessaire prise en charge”

  1. sophie dit :

    et que dire de la prise en charge de la douleur chez les enfants polyhandicapés…. je viens de terminer mon projet professionnel d’école de puericultrice sur le sujet, de grands efforts sont à faire

  2. Sabine dit :

    notre evaluation de la douleur doit etre prevenue, et régulièrement évaluée pour adapter les traitements…encore faut-il etre entendues..!!

  3. Céline dit :

    Oui, malheureusement mais il va de même pr les adultes,!!!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
201 rq / 1,524 sec