Michelle Bressand : une carrière hors du commun

L’ancienne directrice des soins de l’AP-HP, est depuis trois ans conseillère générale des établissements de santé à l’Inspection Générale des Affaires Sociales.

Une personnalité incontournable

 

Michelle Bressand infirmière : une carrière hors du commun

Michelle Bressand, conseillère générale des établissements de santé - © M. Surbled

Elle n’est pas énarque. Ni polytechnicienne. Pourtant, Michelle Bressand, personnalité incontournable du milieu , a su se faire une place parmi les « grands » et faire valoir son point de vue au sein des instances et des lieux de décision.

Certains, en lisant ce portrait, la critiqueront. D’autres la défendront. C’est inévitable. Car une qui ne fait plus de terrain, qui prend d’autres responsabilités, et qui a contribué à la création de l’Ordre, ça fait toujours polémique.


Même lorsqu’il s’agit de la première infirmière à avoir été chargée de mission au sein d’un cabinet ministériel. Même lorsqu’il s’agit aussi de celle qui a contribué à l’élaboration du diplôme unique en 1993 ainsi qu’à la création des diplômes d’infirmier anesthésiste et d’infirmier de bloc opératoire, et de celle qui s’est investi pour la reconnaissance au grade licence du D.E.

À 62 ans, elle est toujours engagée dans ce type de combat. « Nous arrivons à monter les marches depuis tellement d’années, il faut continuer. Je partirai heureuse de ma carrière lorsque les infirmières auront un vrai diplôme universitaire qui leur permettra, si elles le souhaitent, de devenir décisionnaires des avancées de leur profession », explique Michelle Bressand.

Depuis trois ans, elle occupe le poste de conseillère générale des établissements de santé. C’est encore une fois la première infirmière à avoir accédé à une telle fonction. « Je ne trouvais pas normal qu’il n’y ait pas de représentant de la profession paramédicale chez les Conseillers Généraux des Etablissements de Santé ni à l’IGAS. J’ai donc adressé une lettre à l’attention de Madame Bachelot, à l’époque ministre de la santé. Elle m’a alors nommée.

Nous devons faire des bilans et des propositions objectives sur des thèmes et des missions qui nous sont confiées. Par exemple, cette année est consacrée aux droits des patients à l’hôpital. J’ai l’avantage de connaître cet environnement, ce qui aide pour les recherches », souligne Michelle Bresssand.

Lorsqu’elle évoque l’ordre infirmier, ses sentiments sont partagés. « J’ai voulu la création de cette institution qui me semble indispensable. Néanmoins, j’ai un peu honte de la manière dont elle a été mise en oeuvre. Il aurait fallu commencer plus lentement, avec très peu de cotisations et plus d’écoute des professionnels. »

Un parcours ascensionnel

Michelle Bressand côtoie le milieu hospitalier depuis plus de 40 ans. Dans sa carrière, rien ne l’a arrêté. Même pas l’ hépatite virale qu’elle a contractée en service. Depuis ses débuts, elle s’est « engagée ». « J’ai été propulsé dans ce métier par hasard. Je rêvais de devenir professeur d’Histoire-géo. N’ayant pas été reçue à l’école normale, j’ai suivi les recommandations d’une conseillère d’orientation qui m’indiquait la profession d’infirmière. Ça a été comme un coup de foudre. Dès mon premier jour à l’école, après la visite de l’hôpital, j’ai su que j’étais faite pour ce métier ».

Les années de soins en réanimation, médecine, neurochirurgie, les rencontres « exceptionnelles » avec des personnalités « hors norme », la mènent consécutivement à devenir cadre, infirmière générale, directrice des soins de l’hôpital St Louis et de l’hôpital Cochin, directrice des soins de l’ensemble de l’AP-HP, puis conseillère générale des établissements de santé.

Lorsqu’elle évoque son parcours, Michelle Bressand n’oublie rien. Plutôt enthousiaste à l’idée de se faire dresser le portrait, elle raconte avec joie et discipline les anecdotes de sa vie, de sa famille, de ses expériences passées. « A partir du moment où je suis en bonne santé, je suis heureuse » explique-t-elle pour se définir.

Un bonheur qui d’ailleurs transparaît sur son visage. Plutôt bavarde et rigolote, son contact est agréable. Elle ne manque pas de faire quelques blagues à ce sujet. « Jeune cadre, on me surnommait France Inter. Car j’étais présente 24H/24 telle une émission radio ». Pour Michelle Bressand, communiquer est important. Elle sait « l’ouvrir » quand il le faut et reste honnête dans ses convictions.

Malika Surbled

Michelle Bressand en 7 dates

1967 : travaille dans différents services en qualité d’infirmière, puis de cadre
1981 : infirmière générale adjointe de l’hôpital Claude Bernard, elle héberge ses jeunes recrues qui ne trouvent pas de logement
1988 : première infirmière appelée à siéger au Comité national d’éthique
1989 : chargée de mission au cabinet du ministre de la Santé Bruno Durieux.
1998 : Directrice des soins de l’AP-HP
2004 : Publie son livre « infirmière, la passion de l’hôpital », La fera connaître auprès du grand public. Devient officier de la légion d’honneur
2010 : Est promue commandeur dans l’ordre national du mérite

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

55 réponses pour “Michelle Bressand : une carrière hors du commun”

  1. sansebastien13 dit :

    Merci! tout est dit, il n’y a rien à rajouter.

  2. breizhone dit :

    BONJOUR
    Personne ne peut savoir ce qui motive quelqu’un,la passion l’ambition,ou l’envie de faire changer les choses avec “ruse” parfois pour contourner ou surmonter les obstacles, financiers politiques,administratifs ,ou humains.Personne n’est parfait,mais j’ai vu Me Bressan à l’œuvre,et on peut dire qu’elle est dynamique,encourageante,”fédérante”,dans un style, titi parisien peut être, mais assez percutant.J’espère qu’elle pourra mettre son dynamisme afin d’encourager chaque infirmier à restaurer ou à rénover notre identité professionnelle,dans toutes ses dimensions .
    Notre profession changera si nous nous affirmons tous,tous les jours par nos initiatives ,notre implications dans les stratégies de soin,dans les projets des service ou les politiques de santé.
    notre philosophie professionnelle doit s’exercer a chaque instant ,en réfléchissant tous les jours aux actions utiles pour une meilleur prise en charge des patients et les mettre en place dans nos structures , par la concertation , se sont souvent de petits détails de petites idées qui apportent de belles améliorations.
    salut

  3. shanara13 dit :

    MrTroibleu,
    Quand vous ecrivez :” il y a fort a parier qu’il va recevoir sous peu (le procureur) une plainte pour exercice illégal de la profession d’infirmier”….Cela suppose t-il que l’ordre va porter plainte ?
    Se serait tout de même sacrément déplorable à partir du moment où son exercice est antérieur à l’existence de l’ordre, et qu’arrivé quand les carottes sont cuites, ça n’a aucun sens.
    Et concernant notre collègue infirmière DIPLÔMÉE convoquée au commissariat pour exercice illégal…L’ordre commence t-il sa chasse aux sorcières ? Est-ce là des pratiques honorables ? Et l’ordre a t-il l’intention de convoquée 400 000 infirmiers avant le 30 juin ? ce sont les flics qui vont apprécier…
    Bref…A ordre Honteux, pratiques Honteuses !!

  4. mandragore dit :

    Je suis content pour vos collègues. Mais ça n’a aucun rapport avec le sujet, on s’en fout.

    La dame dont on parle dans l’article à été DSI à l’APHP avant d’aller au ministère. Donc, avant de lui lancer des fleurs, je vous signale que l’APHP est à feu et à sang. Quelle est sa contribution à cet état de fait ?

    Qu’est ce qu’elle fait pour nous au ministère ?

    • sansebastien13 dit :

      Ferme là, tu nous gonfles!!!

      • eusèbe dit :

        En voilà une vilaine injonction !
        Et ce qu’a fait cette dame ? Elle a participé à la création de l’ordre de la honte et prouvé qu’on pouvait travailler efficacement jusqu’à 62 ans et en redemander encore.

      • infirmier masqué dit :

        A il semble que sansebastian vienne de craquer la ficelle du string : MDR.

        Ben alors chérie, faut pas s’énerver comme çà !

        Prends tes gouttes, çà ira mieux tu verras.

        Plus sérieusement : à part avoir participé à la création d’un ordre infirmier qu’à fait madame Bressand pour la profession ?
        Je ne suis pas certain que le fait d’avoir un bureau au sein du ministère avec si peu de moyens soit un bon levier pour aider les infirmières à avancer.
        D’autres IDE on aussi eu de belles carrières et ont agit autrement plus efficacement pour les infirmières.

      • Mandragore dit :

        Tu sais sansebastien, si je TE gonfle, et bien ça ne me fait ni chaud ni froid. Tu ne m’a jamais rien apporté, comme d’hab’ tu insulte tous ceux qui ne partagent pas ta sainte adoration de l’ordre.

        Rien ne vous oblige à me lire.

        Je m’étonne quand même de la virulence de vos propos. Qu’a fait madame bressand pour la profession ? C’est une question simple.

        Si vous ne le savez pas, ou ne voulez pas y répondre, je ne vous y oblige pas.

      • sansebastien13 dit :

        Je trouve simplement qu’elle fait honneur à toutes les personnes qui comme elle portent le titre d’infirmière.
        Je ne la connais pas, mais j’ai de l’estime pour elle, point.

      • cedr1c dit :

        vous pouvez donc admettre aussi que ceux qui ont déjà dialogué avec elle trouvent certaines de ses prises de position plutôt idiotes, non?

    • sansebastien13 dit :

      Je peux l’admettre.
      Ce que je n’admet pas, c’est le flot de critiques stupides qui émanent systématiquement de quelques internautes que l’on voit insulter régulièrement des membres de notre profession qui font honneur à notre titre d’infirmière ou d’infirmier, c’est tout.
      Cordialement

      • Mandragore dit :

        et bien, on vous remercie, maintenant vous allez nous expliquer en quoi elle fait honneur à la profession.

      • cedr1c dit :

        elle ne fait pas plus honneur à la profession que mes collègues de travail, pour moi.
        C’est vous qui la trouvez honorable, sansebastien.

      • Caroline F dit :

        Bah alors l’acolyte, je croyais que tu ne trouvais pas ce sujet intéressant et que tu partais vers d’autres contrées.

        Retourne dans le monde des bisounours anarchistes !

  5. mitch dit :

    A mandragore
    Vous avez un avis sur tout et en tout lieu sur tout les sujets. Bravo. Immediatement à l’affut de celui ou celle qui nepense pas comme vous. AVec votre APHP, vous avez l’air bien enragé. Heureusement, le monde IDE ne tourne pas uniquement autour de l’APHP. Ou je travaille, mes collegues bien sur ont des revendicatiosn salariales, des demandes de renfort infirmier mais l’ambiance est excellente, la hierarchie à l’ecoute. L’exercice de la profession est ce que l’on en fait au quotidien et pas ce que l’on percoit dans tel ou tel service ou etablissement.

    • infirmier masqué dit :

      D’accord avec vous.
      Sauf que lorsqu’une poignée décide pour le plus grand nombre sur des sujets aussi importants que l’ordre infirmier qui est imposé à l’ensemble de la profession, çà dépasse largement le cadre de votre centre hospitalier, comme celui où je travaille.
      Un peu comme le snch qui tient congrès à Strasbourg en ce moment, syndicat de cadres dirigeants hospitaliers non soignants, qui fait moins de 2 % aux élections professionnelles et qui lui aussi impose la catégorie A et la LMD à l’ensemble des infirmières alors qu’il n’est directement concerné que du point de vue masse salariale dans la gestion des établissements de soins.
      Pour la catégorie A comme pour l’ordre infirmier, on voit les résultats que cela donne.
      Et c’est bien beau de venir pleurer quand il est trop tard.
      Au fait le truc qui va nous la faire à l’envers dans les prochains mois et qui est d’ailleurs déjà bien amorcé est le rapport Hénart et les nouvelles professions de santé.
      Là aussi faudra t-il attendre que quelques personnes réunies cautionnent cette honteuse réforme annoncée pour qu’elle s’impose au plus grand nombre et connaisse un échec ?

      • Caroline F. dit :

        Infirmier masqué: vous êtes un crétin de 1ère qui n’a jamais rien compris et qui ne comprendra jamais rien à la profession.
        Une raison parmi d’autres: vous dites non à tout, ce que font les autres c’est de la merde, ils décident juste pour vous.
        Il faudra juste un jour: que vous vous bougiez le derch pour la profession, que vous participiez aux “réunions” tant décriées, que vous sachiez de quoi vous parlez, que vous exposiez votre point de vue autre que “non”. En gros: faire autre chose qu’un lovénox et poser un thermomètre dans l’fion. L’exercice infirmier ne s’arrête pas là.

        Fallait que ce soit dit, et je parle pour tous ceux autour de moi dans la salle de soins.
        Ça soulage.

      • infirmier masqué dit :

        Le votre si.
        Soyez donc assez bête pour adopter la catégorie A et l’abandon de la pénibilité liée à l’exercice infirmier (à moins que vous ne soyez adepte de la nouvelle spécificité IDE : la sédentarité et que vous passiez vos journées assise dans la salle de soin pendant que d’autres subissent les aléas de la pénurie des personnels un peu partout).
        Soyez membre adhérente et cotisante de l’ordre infirmier, c’est votre droit mais ne tentez pas de l’imposer à celles et ceux qui n’en veulent pas.
        Répondez amen aux propositions du rapport Hénart et faîtes que ce juriste d’entreprise qui n’a aucune légitimité médicale ou paramédicale vous impose toujours plus pour toujours moins de reconnaissance, c’est aussi votre droit mais gardez le pour vous.
        Pour le reste il y a bien longtemps que je n’utilise plus de thermomètre à me mettre dans le fion.
        Non l’exercice infirmier ne s’arrête pas là, heureusement sinon vous n’auriez pas eu l’occasion de me répondre mais la nonchalance avec laquelle la grande majorité des IDE se laisse entuber, thermomètre ou non, par les soit disantes réformes proposées ou imposées aux IDE me laisse pantois. Et le pire est que ce sont toujours les mêmes qui ne sont plus comme vous (?) et moi au chevet du patient dans les services qui décident pour vous et moi, je ne l’accepte pas, vous c’est votre droit.
        Enfin, vous travaillez dans quel type de service pour avoir le temps de consulter ou de naviguer sur les sites infirmiers pendant vos heures de travail ?
        Parce que mes collègues et moi n’avons pas le temps pour ce genre d’opportunités sur nos heures de travail.

      • cedr1c dit :

        Pas de réaction à ce sujet auparavant, car cette dame m’indiffère complètement, pour ceux qui veulent la juger, regardez juste certains messages arrogants du pseudo M.B sur infirmiers.com, qui ont peut être plus d’intérêt que les commentaires de certains.

        J’attendais juste qu’une personne montre toute son incapacité à rester maitre de soi et confraternelle, et c’est donc Caroline qui nous montre ici tout le bien qu’elle pense d’une infirmière en insultant un collègue via internet.

        Bref, pas trop d’intérêt à discuter avec des personnes insultant, je retourne sur des sujets plus intéressants que cette mme Bressand

  6. Mandragore dit :

    C’est bien, t’as bien appris ta leçon. Elle est cadre sup’, alors forcément ce qu’elle fait est bon pour nous.

    On s’en fout de sa carrière, qu’elle soit infirmière et qu’elle soit au ministère me touche une sans m’en faire bouger l’autre.

    Ce que je vois c’est que l’APHP est dans un état de délabrement innommable, et que l’exercice de la profession se dégrade un peu plus chaque jour.

    Alors elle peut être brillante, intelligente, chanteuse de flamenco, doué en sténo, parler russe et swahili, …. je m’en contrefiche, je veux savoir ce qu’elle a apporté à la profession hormis un ordre que personne ne veut.

    • sansebastien13 dit :

      Tu en as pas marre de tenir des propos de fond de bassin, je déroge à ma règle de politesse élémentaire pour toi car tu es vraiment une

      • infirmier masqué dit :

        Fond de bassin toi même ! Est-il forcément insultant de poser une question qui TE dérange ?
        Madame Bressand est très certainement une personne aux qualités humaines exceptionnelles.
        Il n’en reste pas moins qu’elle est une des chevilles ouvrières de la création de l’ordre infirmier, qu’elle préside au comité du salon infimier, qu’elle a un bureau au ministère, j’en passe et des meilleures.
        Tiens çà me rappelle une autre IDE mais barbue celle là !
        D’ailleurs il n’y a pas si longtemps ils phosphoraient ensemble aux états généraux de La profession infirmière, s’il vous plaît.
        Et si je ne m’abuse ils étaient encore ensemble à Saint Louis.

  7. mitch dit :

    En complement mes chers collegues, sachez que la profession d’IDE ne se contente pas d’etre uniquement au lit des patients mais elle s’etend dasn de nombreux secteurs (sncf, entreprise, ecole, centre de vacances,…) mais egalement, la profession est representé au niveau politique, instance, mairie, …. Etre IDE, c’est avoir une ame de soignant et non pas uniquement faire des soins.

  8. mitch dit :

    Madame, je vous felicite pour votre parcours meritant. Vous avez fait la preuve de votre profesionnalisme dasn vos diverses fonctions. A lire, certains commentaires de soi disant collegues, je suis plus qu’atteré. La jalousie s’exprime à plein. oui je suis d’accord avec vous, l’ordre etait plesbicité par les IDE mais c’est sa direction et sa misen en place qui est et restera un fiasco.

    • Mandragore dit :

      Et c’est quoi le professionnalisme dont elle a fait preuve ? Elle a fait quoi pour nous ?

      L’ordre plebiscité ? Il y a eu 13 % de votants aux premières elections, c’est ça que vous appelez un plebiscite ?

      Ce n’est pas la direction qui est aujourd’hui rejeté, c’est l’ordre, point.

  9. Margaud2010 dit :

    Je trouve que les réactions sont assez dures. Elle a un beau parcours, je trouve.
    Après, si on veut juger, se sont les actes qu’il faut juger. Et je trouve, du coup, que la bonne question est celle de Mandragore. Quelles sont les avancées concrètes pour nous ? Les actes, les actions ? Dommage que l’article n’en parle pas, ça m’aurait intéressé.

  10. Mandragore dit :

    Selon vos principes, il faut donc admirer tout haut fonctionnaire, parce qu’il a une belle carrière ? Notre agent d’assurance de ministre est donc admirable, puisqu’il arrive dans de si hautes fonctions ?

    Ou plus insidieux, ce qui est admirable selon vous c’est qu’une cadre sup’ arrive au ministère. Mais pourquoi est ce admirable ? parce qu’elle est infirmière à la base, et qu’ elle n’est donc pas censée en être capable ?

    C’est ça que vous considerez comme digne d’éloges ?

    Donc je réitère ma question, concretement, au ministère elle a fait quoi pour nous ?

  11. Mandragore dit :

    Euh, on va pas s’extasier parce que mme est cadre sup’ est qu’elle est arrivée au ministère. Ce n’est pas la seule infirmière à acceder à poste à responsabilité. D’autres ont usés leurs fond de culotte à l’assemblée, ou trainé leurs guêtres dans de prestigieux bureaux.

    Quant à l’asservissement aux administratifs, je suis navré de vous faire remarquer qu’il y a longtemps que les cadres et cadres sup’ sont des administratifs et la simple courroie de transmission des décision de la direction.

    Moi je juge sur pièce, je me fiche qu’elle soit infirmière ou plombier, elle a fait quoi pour nous depuis qu’elle est au ministère ?

    C’est quoi sa contribution à la profession avec ses années passée à l’APHP ?

    Moi j’ai honte quand je lis la béatitude qui s’empare de certains à l’idée qu’une infirmière puisse être nommée au ministère.

    Oui et ? Si c’est pour enterrer la profession comme s’y acharnent les cadres et cadres sup’, je ne vois pas le bénéfice.

  12. patoche84 dit :

    Quelle profession étrange que la notre… Vous vous rendez compte une infirmière qui se fait remarquer : sacrilège… qui passe d’IDE à cadre puis cadre sup, puis directeur des soins puis à un poste de conseillère au ministère… sacrilèèèèège… Notre profession est dans un sale état… Et nous ne faisons ni n’avons jamais rien fait pour qu’il en soit autrement… Nous sommes une profession asservie au pouvoir médical et administratif …. et cela plait à la majorité… Moi je suis sur le terrain depuis 35 ans… Parfois j’ai honte quand je lis certain d’entre vous… Quelle haine… quelle hargne et que de mesquineries…

  13. Juju dit :

    J’ai travaillé avec M.Bressand et puis témoigner de son enthousiasme professionnel, mais en lisant certains commentaires je suis atterrée par autant de violence verbale entre soignants
    Comment croire ces mêmes personnes quand elles se disent capables d’empathie, ce n’est pas crédible

  14. Fabienne dit :

    J’avoue être un peu honteuse à la lecture de certaines réactions.

    Je ne la connais pas, hormis de nom.
    Son seul parcours force le respect. Elle a su faire parler de la profession, a participé activement tant bien que mal à sa faible revalorisation.

    L’engagement est toujours à applaudir. Le reste c’est des discussions de bar.

  15. ohlala dit :

    cette oligarchisme de grand-papa me choque, 62 ans , elle est partout, il serait tant que la fonction publique se renove, en poste depuis des lustres, elle endort les hopitaux, boire le thé entre technocadres hospitaliers, defendre ses primes,par contre elle ne doit pas se gener pour parler de mobilité …..

  16. Mandragore dit :

    contre tout ?

    vous avez changé de pseudo vous ! mais c’est toujours le même discours ridicule et deconnecté de la réalité. bientôt vous allez retourner dans le délire de la menace communiste et de la lutte des classes. ca fait combien de temps que vous n’avez pas mis les pieds dans un service ?

    vous savez dans quel état est la profession ? dans quel état l’APHP ?

  17. tir à vu dit :

    Notre profession veut être reconnue, mais dès que quelqu’un sort du lot, c’est tir à vu de la part de ceux qui sont systématiquement contre tout…

  18. Une infirmière qui donne la pêche grâce à son enthousiasme et surtout son franc parler.

  19. Mandragore dit :

    la majorité de la profession s’est exprimée. Et n’a probablement rien à foutre du parcours d’une cadre sup’.

    • infirmier masqué dit :

      120 autres personnes ou bien les mêmes viennent de tenir les états généraux de La profession infirmière avec iznogoud en chef de file.
      Comme ils l’ont fait avec l’ordre infirmier ils ont l’intention de nous la refaire ?

      Madame Bressand en était bien sûr : 3) Table-ronde sur les coopérations et les pratiques avancées, animée par• Michelle Bressand (IDE, Conseillère Générale des Etablissements de Santé, Ministèrede la Santé), avec

      Alors arrêter simplement de nous prendre pour des billes et retournez au chevet du patient, c’est bien là qu’on a besoin de vous, pas dans des bureaux pour continuer à réfléchir stérilement sur ce dont n’ont pas besoin les IDE !!!

  20. notre ancienne” infirmière générale” à Cochin…

  21. sansebastien13 dit :

    Un grand bravo à Mme Bressand pour ce parcours exeptionnel qui prouve une fois de plus qu’il existe parmi les infirmières et infirmiers des personnes capables de nous représenter au plus au niveau des institutions de santé de notre pays.
    Ne soyez pas déçues des attaques stupides de quelques trublions qui ne savent s’exprimer que par l’injure ou la jalousie, ils ne représentent pas grand chose, et soyez assurée que la majorité de notre profession est fière de votre parcours.
    sansebastien13

    • eusèbe dit :

      Cirage de pompes en règle, les chaussures brillent à l’oni !
      PS vous parlez en votre nom, laissez la majorité de la profession penser ce qu’elle veut.

    • syndicat RESILIENCE dit :

      tiens sanssebastian13 a de nouveau une connexion @
      allons nous devoir réécrire au directeur de l’APHM pour lui signifier par recommandé que son réseau intranet/internet est utilisé par l’ordre infirmier du 13 contrairement aux us et coutumes ?

    • moutarde dit :

      […soyez assurée que la majorité de notre profession est fière de votre parcours…]
      C’est sûrement la même majorité que celle qui réclamait la création d’un ordre infirmier :))

  22. eusèbe dit :

    Ce qui me choque, c’est qu’on est en train de vouloir prouver qu’à 62 ans on peut être encore au boulot : et bien non, des jeunes veulent bosser, à 62 ans, c’est la retraite, ou alors, c’est qu’on est pas fatigué…

  23. syndicat RESILIENCE dit :

    les attaques personnelles directes sont stériles et inutiles …

    mais on ne peut rester impassible face à une personne – fût ce avec d’honnêtes convictions – qui a très activement participé/contribué à l’avènement de l’ordre infirmier et du sentiment important de rejet qu’il suscite dans la profession …

    il est donc légitime que les idées véhiculées par un personnage aussi imprégné dans la vie infirmière reçoivent des réactions qui peuvent être virulentes sans toutefois la viser personnellement …

  24. Pseudo dit :

    Je ne pense pas qu’on en arrive là, dans ce parcours, par simple opportunisme. Il est regrettable qu’on ne voie pas que la profession infirmière dans son ensemble, dans son évolution, dans son dialogue avec les autres professions de santé et les institutions, a besoin d’une véritable réflexion et l’expertise nécessaire à tout cela. Le terrain est une chose certes essentielle mais le reste ne l’est pas moins surtout sur du long terme.

    Il y a une prudence légitime avec les experts et ce qui est la technocratie. Mais il y a une méfiance exagérée et caricaturale qui est tout simplement déplacée envers eux aussi. Elle frise la bêtise.

  25. ide92 dit :

    On peut ne pas se reconnaître mais c’est quand même un parcours un peu exceptionnel.
    Il ya d’autres parcours exceptionnels, certains de ces propos de temps à autres on eu du mal à passer auprès des infirmiers surtout quand on est aussi intransigeant avec l erreur de soins.
    Qui n’a pas fait d’erreur dans sa vie d’infirmière

  26. onialapoubelle dit :

    Ah si : comme iznogoud de Saint Louis !
    Plus de terrain, créateur de l’ordre infirmier, syndicaliste et correspondant de la MNH et du Sou Médical.
    Un parasite, en somme.

  27. onialapoubelle dit :

    “Car une infirmière qui ne fait plus de terrain, qui prend d’autres responsabilités, et qui a contribué à la création de l’Ordre, ça fait toujours polémique” : rien à ajouter !

  28. pseudo dit :

    Mme BRESSAND surtout une opportuniste toujours là au moment où il le faut franchement je ne me reconnais pas dans cette personne

Réagir à cet article

retour haut de page
840 rq / 1,589 sec