Infirmier référent : un nouveau rôle pour les libéraux ?

Une proposition de loi « visant à améliorer l’accès au soin pour tous » prévoit la création du statut d'infirmier référent. Elle a été rédigée fin 2022 par le groupe parlementaire Horizons, soit avant qu'Emmanuel Macron l'évoque la semaine dernière, lors de ses vœux aux soignants. Plusieurs représentants des IDE saluent ce projet.

Infirmier référent : un nouveau rôle pour les libéraux ?

© ShutterStock

L'article 4 de la proposition de loi, portée au départ par le député Horizons Thomas Mesnier (dont l'élection a depuis été invalidée), prévoit l'instauration du statut d'infirmier référent pour « favoriser la coordination des soins ».

Comme pour le médecin traitant, chaque assuré de plus de 16 ans pourrait désigner, avec son accord, son infirmier référent (avec l'accord des parents pour les mineurs). Ses missions ? La prévention, le suivi et le recours, « en lien étroit avec le médecin traitant et le pharmacien correspondant ».

L'Ordre national des infirmiers (ONI) soutient « sans réserve » cette idée, qu'il a d'ailleurs portée durant la campagne électorale présidentielle, indique son président, Patrick Chamboredon.

Son adoption serait, ajoute-t-il, « une vraie avancée pour la profession et sa reconnaissance ». Un tel statut s'inscrit selon lui dans l'accord auquel sont parvenu les différents ordres de professionnels de santé en octobre pour faire évoluer la répartition de leurs compétences afin de répondre au manque de médecins.

Un autre accès aux soins

Même son de cloche du côté de la Fédération nationale des infirmiers (FNI).

Pour son président, Daniel Guillerm, cette proposition de loi est « l'aboutissement d'une "infusion" que (la FNI, NDLR) opère depuis plusieurs années » et qui se trouvait déjà dans son livre blanc publiée en 2012, « Horizon 2030 ».

Le syndicat défend la notion de « triptyque socle » composé du médecin traitant, de l'infirmier référent et du pharmacien correspondant, ouvert à la coopération avec les autres professionnels de santé en fonction des besoins.

Il s'agit selon Daniel Guillerm de « mettre en place un levier pour la réorganisation systémique des soins de ville. L'infirmier référent n'est pas la solution mais une partie de la solution, notamment en termes de prévention et d'éducation thérapeutique. Il n'est pas question de remplacer le médecin. »

« On va voir comment le texte sera accueilli par la commission des Affaires sociales et s'il sera retenu », remarque Patrick Chamboredon.

Il reste prudent : il se souvient de la manière dont la reconnaissance des infirmiers comme profession médicale intermédiaire a été enterrée. Le président de la FNI, pour sa part, s'attend à une opposition des médecins... Selon lui, le texte devrait être présenté en séance publique de l'Assemblée nationale en mars dans le cadre la « niche parlementaire » (qui permet aux groupes d'opposition de proposer des textes au vote).

Planètes alignées ?

Les planètes seront-elles plus alignées cette fois ? Le fait qu'Emmanuel Macron évoque le rôle des infirmiers référents dans ses vœux aux soignants, la semaine dernière, paraît de bon augure. Surtout à un moment où le président de la République affiche aussi clairement la prise de conscience par l'Etat des difficultés que rencontrent (et rencontreront) les usagers dans l'accès aux soins.

Pour l'Ordre comme pour la FNI, donner aux infirmiers et infirmières ce rôle de référent relève du bons sens.

Cela se justifie, explique le président de l'ONI, par le nombre d'infirmiers libéraux, leur présence et leur répartition sur tout le territoire ainsi que par leur formation « de haut niveau » et, ajoute Daniel Guillerm, par le fait qu'ils sont les seuls professionnels de santé qui se déplacent au domicile des patients tous les jours voire plusieurs fois par jour.

Géraldine Langlois

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Actusoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
357 rq / 3,362 sec