La HAS recommande la vaccination obligatoire pour les soignants et demande de privilégier les vaccins à ARNm

Face à l'émergence du variant Delta qui fait craindre une dégradation de la situation sanitaire dans les prochaines semaines, la Haute autorité de santé (HAS) recommande la vaccination obligatoire pour "l'ensemble des professionnels en contact avec des personnes vulnérables". Elle préconise aussi de privilégier désormais, pour tous, les vaccins à ARNm, qui disposent d'un meilleur niveau d'efficacité que les autres. 

La HAS recommande la vaccination obligatoire pour les soignants et demande de privilégier les vaccins à ARNm

© ShutterStock

Dans un communiqué diffusé vendredi soir, la HAS considère que la couverture vaccinale des professionnels de santé et plus largement de ceux qui sont en contact avec des personnes vulnérables "revêt un enjeu éthique autant que de santé publique".

Au delà des mesures incitatives, des opérations de communication, d'information et de la recherche de l'adhésion de chacun, elle recommande que soit envisagée "sans délai" l’obligation vaccinale de l’ensemble des professionnels en contact avec des personnes vulnérables. 

Elle fait aussi savoir "qu'au vu de la progression actuelle de l’épidémie", il lui semble nécessaire "d’entamer dès à présent la réflexion sur une extension plus importante de cette obligation vaccinale en population générale afin de pouvoir prendre à temps cette décision si elle s’imposait."

Vaccins à ARNm en priorité

Par ailleurs, afin de prévenir plus efficacement la survenue de formes sévères de Covid-19 et de limiter la transmission du virus, la HAS recommande de privilégier l’utilisation des vaccins à ARNm (Pfizer ou Moderna) qui disposent du meilleur niveau d’efficacité pour la prévention non seulement des formes graves et symptomatiques mais également contre la transmission.

Pour vacciner de manière complète plus rapidement, la HAS préconise de réduire l’intervalle entre les deux doses de vaccin au délai minimal recommandé.

Ainsi, l'instance recommande : 

  • De privilégier l’utilisation de vaccins à ARNm pour les personnes qui démarrent la vaccination avec un intervalle de 3 à 4 semaines entre les deux doses 
  • De privilégier pour la deuxième dose l’utilisation d’un vaccin à ARNm pour les personnes de plus de 55 ans qui ont reçu une première dose de vaccin Vaxzevria® et de proposer cette deuxième dose à partir de 4 semaines après la première. "Les études récentes ont confirmé la très bonne qualité de la réponse offerte par un schéma hétérologue Vaxzevria®/ARNm tout en apportant des éléments rassurants sur le plan de la tolérance", explique la HAS. 

La HAS estime toutefois que la poursuite du schéma vaccinal avec le vaccin Vaxzevria® est envisageable chez les personnes âgées de plus de 55 ans qui le souhaitent compte tenu des résultats d’efficacité en vie réelle obtenus après deux doses de ce vaccin sur la prévention des formes sévères de Covid-19.

Elle recommande que cela fasse l’objet d’une décision médicale partagée et que les personnes bénéficient d’une information claire sur les différentes options possibles.

L'utilisation du vaccin Janssen selon une stratégie hétérologue, avec un vaccin à ARNm n'ayant pas été étudiée, et la nécessité d’une seconde dose de ce vaccin faisant actuellement l’objet de l’étude clinique ENSEMBLE-2, la HAS explique ne pas pouvoir se prononcer "pour le moment" sur la pertinence de recourir à ces schémas vaccinaux avec le vaccin Janssen.

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
275 rq / 3,371 sec