Rôle propre des aides-soignants : le HCPP dit non

Le 17 juin, le Haut conseil des professions paramédicales (HCPP) a rendu un avis défavorable au projet de décret ouvrant la voie à une autonomie plus large des aides-soignants et auxiliaires de puériculture. Une décision saluée par plusieurs organisations professionnelles infirmières qui craignaient la création d’un statut d’aide-soignant libéral.

Rôle propre des aides-soignants : le HCPP dit non

© ShutterStock

« La DGOS a entendu les arguments du Sniil pour faire évoluer le texte du décret, » a salué le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) dans un communiqué publié lundi. L'organisation avait d’ailleurs pris part au vote lors de la réunion du HCPP.

A l’ordre du jour : un projet de décret dessinant les contours d’un rôle propre pour les aides-soignants. Un texte qui, selon le Sniil, « ouvre la voie à l’exercice libéral pour les aides-soignants. »

Un avis partagé par Convergence Infirmière : « en marche vers le statut d’aide-soignant libéral », s’indignait l’organisation dans un communiqué paru dès le 10 juin, jour de l’annonce de la réingénierie du diplôme AS. « L’avis rendu par le HCPP n’est que consultatif, relève Ghislaine Sicre, sa présidente, mais ça compte ! »

De son côté, la Fédération nationale des infirmiers (FNI) confirme qu’elle « s’est largement exprimée contre l’octroi d’un tel statut aux aides-soignantes. »

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

La réforme de la profession d’aide-soignant se concrétise (juin 2021)

Pas de rôle propre pour les aides-soignants

Point de désaccord majeur : la possibilité offerte à l’aide-soignant de « réaliser des soins de la vie courante de sa propre initiative, » explique le Sniil. L’organisation a d’ailleurs déposé un amendement, rejeté, pour « que ces soins soient soumis à une prescription infirmière pour être mis en place. »

Un avis partagé par Convergence infirmière. « Nous reconnaissons la valeur du travail des aides-soignants, assure Ghislaine Sicre, nous souhaitons que les infirmiers libéraux soient positionnés comme coordinateurs d’une équipe de soins dans laquelle les AS travailleraient sous leur responsabilité. »

Elle déplore également le transfert de certains actes infirmiers vers les aides-soignants. « Certaines tâches de notre rôle propre ne sont pas encore valorisées et on vient piocher dans nos actes pour créer un rôle propre aide-soignant. »

Le conseil d’État devra trancher

Rejeté à une voix près mais avec une forte abstention, le texte doit désormais être présenté au conseil d’Etat qui pourra choisir de suivre ou non la décision de l’instance. « On ne sait pas ce qui va se passer ensuite, » confie Ghislaine Sicre.

La DGOS a cependant reconnu que le texte était imprécis et qu’il n’était pas question d’ouvrir la voie à un rôle propre pour les aides-soignants. Information confirmée à Ghislaine Sicre par le ministère de la santé. De son côté, la FNI exprime des réserves quant à « une interprétation et une déformation des textes » examinés par le HCPP.

Affaire à suivre donc.

Adrien Collet

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

53 réponses pour “Rôle propre des aides-soignants : le HCPP dit non”

  1. DeVal dit :

    Je tiens à préciser que le métier aide-SOIGNANT, à l’instar des AP et des ASH sont des professionnels de santé qui ont le droit de bosser en sécurité.

    Je préviens certains IDE. Aujourd’hui, très peu d’AS/ASH/AP tolèrent le comportement de certains cadres ce qui fait que le cadre désigne un IDE du service pour la/le prendre de force et faire fonction d’AS.

    Aujourd’hui, tous les métiers de soins sont méprisés, et les ASH/AS sont au fond du panier de la misère. Je ne compte plus d’AS qui se reconvertissent faute. Il est hors de question pour moi de voir le métier que j’aime périr à cause de quelques IDEL , je le refuse ! C’est NON ! Plutôt que de voir ça, je préfère me battre.

    IDE, si vous tenez à votre binôme et surtout à la santé de votre patient, où le peu qui en reste, soutenez les AS/AP et ASH….sinon, c’est vous qui en subirez les conséquences en service quand la cadre vous appellera pour faire fonction AS.

    Répondre moderated
  2. Nadia dit :

    Certains ide ne veulent pas léguer Certains actes mais savent dire à une aide soignante tu peux changer le pst du siège pdt la toilette alors qu’elles font pas l’acte mais se font rémunérées
    De meme pour des toilettes soient disant en binômes avec une auxiliaire de vie prise en charge APA et ide prise en charge sécurité sociale
    Au final l’auxiliaire fait la toilette seule et IDE ne fait pas acte mais se fait payer
    Il devrait y avoir plus de contrôles
    Certains ide dès que la toilette est technique avec des leves malade ou verticalisateur elles refusent car acte n’est pas assez rémunéré pour le temps passé
    Mettre tout à plat et donnons les actes de la vie courante aux aides soignantes qui sont bien plus qualifiés
    Quand ça les arrangent ça va des qi on touche aux sous
    Là ça ne va plus
    Je vois ces situations tous les
    Comme donner les médicaments finalement c’est auxiliaires qui les donnera pendant ka prise de repas mais Ide se paye pour in passe de 1mn pour les mettre sur la table aucun surveillance
    Des exemples il y a en a gogo

    Répondre moderated
  3. Bodart dit :

    Une fois de plus l’hypocrisie fait rage!
    En libéral les ide se jette sur les soins de nursing relativement bien payé par la sécu alors qu’en structure les toilettes reviennent aux as , voilà pourquoi nous avons aucunes chance d’avoir un statut libéral

    Répondre moderated
  4. Mme C dit :

    A DeVal: je vous remercie pour vos conseil mais ce n’était pas le but de mon message. En outre, il y a des brebis galeuses dans tous les corps de métiers y compris dans le votre. J’aimerai entendre de part et d’autre des remarques constructives qui me donnerai l’espoir de voir un jour émerger une solution collaborative inter métiers . Avec des personnes intelligentes on y arrive. Il manque a mon sens un cadre pour ceux pour qui cela n’est pas encore évident.

    Répondre moderated
    • DeVal dit :

      Mes remarques sont constructives et en démocratie, tant qu’on ne diffame pas, on dit ce que l’on veut, y compris des remarques qui peuvent vous choquer.

      Quel est le but de votre message alors ? Lire ce qui vous fait plaisir ?

      Répondre moderated
  5. Mme C dit :

    Je suis ce qu’on appelle aidante ».. un mot très à la mode mais qui n’a aucun statut juridique et pour lequel il n’y a aucune formation. Et pourtant, je suis contrainte d’assumer des tâches que je ne devrais pas faire. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a aucun cabinet infirmier qui veut se déplacer pour faire une toilette (trop long, pas rentable !!!) et que les aides soignantes ne peuvent pas intervenir en libéral… et que les ssiad sont surbookés .. Ce constat du terrain vu des malades et des familles est celui-ci. Alors quand je lis les échanges entre IDE et AS, je suis juste inquiète et révoltée ! Mesdames, Messieurs, reveillez-vous, soyez de grâce constructifs, ayez l’esprit d’équipe plutôt que de compétition . Vous aimez tous votre travail, soigner les gens alors débrouillez vous pour construire l’avenir en ayant comme ligne directrice les besoins du malade et son maintien à domicile. Sans vous, nous sommes en mode survie ! Aidez les aidants afin que les aidants redeviennent juste un enfant, une femme, un mari, un frère, une sœur ! Merci.

    Répondre moderated
    • DeVal dit :

      Je suis totalement d’accord avec vous Madame, il ne s’agit en aucun cas de critiquer les IDE car il y a beaucoup de syndicats (je pense à la CNI et bien d’autres) qui sont favorables au développement des compétences IDE/AS/AP.

      Malheureusement, ce que vous subissez, vous pouvez demander des comptes à certains syndicats IDEL qui s’opposent farouchement.à toute valorisation du métier AS alors que beaucoup d’IDE en EHPAD/Hôpital le réclament.

      Un métier de plus en plus mal vu par la population, je ne compte plus les gens qui se méfient des IDEL/Kinés qui sont les premiers fraudeurs à la CPAM (source : Cour des comptes rapport de 2020) sur l’ensemble des pros de santé….certains IDEL gagnent mieux que des médecins !

      Non, il y a très clairement un gros problème dans cette corporation, les syndicats IDEL au lieu de cibler les AS devraient mettre le paquet pour lutter au sein de leur corporation à la lutte contre la fraude, à l’amélioration de la PEC des patients.

      Un IDEL qui refuse de se déplacer car le soin n’est pas rentable, un conseil, signalez le à la CPAM car il a rien à faire dans ce métier. Je suis favorable au développement des compétences des IDE dans la PEC des maladies chroniques, je ne fais pas de corporatisme, mais il y a un très gros problème chez certains IDEL.

      Sincèrement.

      Répondre moderated
  6. DeVal dit :

    Je fais remonter un commentaire d’utilité selon moi pour les patients, les AS et IDE.

    Les soins hors champ, à vous de ne pas les faire, c’est un conseil confraternel de ma part, vraiment. Vous avez un triple intérêt à ne pas faire de soins hors champ :
    – 1°/ Être protégé juridiquement en cas de problème de soins/erreur
    – 2°/ Vous focaliser sur vos missions et éviter de vous disperser
    – 3°/ Vous faire respecter et surtout vous faire respecter du patient à qui vous lui en devez

    Un conseil, lisez bien le contenu de l’Arrêté du 22 octobre 2005 relatif au diplôme professionnel d’aide-soignant, même si je sais qu’il y a un abime entre ce texte et le terrain.

    Vous appliquez cet arrêté le temps que la loi visant la ré-ingénierie passe. Si on vous demande verbalement (une IDEL/un cadre de santé) le ménage, la cuisine, promener le chien, des soins IDE ne relevant pas de votre compétence (je ne parle pas du nursing)…..STOP !!!

    Il y a des aides soignantes qui ont eu des graves soucis dans certains EHPAD à cause des effets iatrogènes lors de la distribution de médicaments, les familles étant de plus en plus procédurières. Rapprochez vous de juristes en droit de la santé qui vous expliqueront que les magistrats et surtout les avocats qui ne rigolent pas avec le Code de la Santé Publique, et surtout le contenu de vos missions en tant qu’AS !

    Appliquez vos missions, et si un jour on vous demande de toucher par exemple une perfusion, après tout pourquoi pas, certaines cadres IDE adorent déléguer plus vite que leur ombre, exigez un écrit et conseil, barrez vous dès la première occasion d’un tel lieu de soins qui n’a de soins que le nom ! Ca veut mieux pour vous que d’avoir des soucis avec les avocats et la justice.

    Répondre moderated
  7. Marie-Christine dit :

    Bravo Émilie je suis ide et toutes ses as qui nous critique savent bien ou nous trouver lorsqu’il y a u’ problème elles ne veulent pas de notre responsabilité je travaille dans une unité alzheimer et je fais mon travail d ide plus celui de l as qui elle se palpe la prime grand age et pas les ide. Je suis vraiment en colère.

    Répondre moderated
    • DeVal dit :

      Permettez moi d’abord de vous citer ” Je fais mon travail d’ide plus celui de l’as ”

      Bien entendu que vous vous tapez le travail des AS, je vous invite à vous rapprocher des responsables d’IFAS qui vont vous faire un résumé de la situation et du fait que beaucoup d’instituts ont le plus grand mal à remplir les promos d’AS depuis quelques années.

      C’est logique ce qui se passe, il faut bien que quelqu’un fasse le travail en unité, si pas d’ASH c’est l’AS qui fait le ménage, si pas d”AS c’est l’IDE qui va gérer la toilette, totalement logique Marie-Christine.

      Les futurs IDE qui arrivent sur le marché seront condamnés à faire fonction AS. A la différence des IFAS, les IFSI se remplissent sans problème. Pas besoin d’être Einstein pour comprendre que le système dysfonctionne à bloc et que ca va avoir des impacts directs sur le terrain.

      Des AS qui ne veulent pas de votre responsabilité ? Je ne suis pas d’accord du tout, rien que cette année, l’AP HP va former 200 AS dans le cadre de la formation continue pour devenir IDE.

      C’est tout le champ de la formation qui faut revoir, du contenu des actes à déléguer ou pas, à SECURISER LES SOINS DANS LE CADRE DE FORMATIONS ENCADREES, et bien sur, recruter recruter en offrant des salaires/conditions de travail digne de ce nom.

      Sinon, la situation ne pourra que s’aggraver !

      Répondre moderated
    • Manu dit :

      Mais quelle blague !!! Je critique jamais les IDE qui font leur boulot, mais qu’on ne vienne pas me dire qu’elles font notre travail en plus. Ne venez jamais travailler dans mon service ou vous trouveriez à qui causer ! Respect à tous les autres IDE.

      Répondre moderated
  8. Martine dit :

    Je suis IDE et je suis choquée de lire que des IDE se sont opposées à reconnaître le rôle propre aux AS.
    Dans les services on attend de leur part qu’elles ou ils nous aide sans nous solliciter sans arrêt pour un comfeel à poser sur un début d’escarre par exemple, pour qu’elles ou ils puissent vérifier des paramètres vitaux, leur formation leur impose même de connaître les normes.
    Après il faut voir ce qu’on veut attribuer sous l’intitulé rôle propre et s’assurer que les personnes qui veulent se lancer dans du libéral ont suffisamment de pratique (gériatrie, hospitalisation …)
    Mais on ne peut pas reprocher d’un côté un manque d’autonomie et de l’autre refuser de reconnaître un rôle propre.

    Répondre moderated
  9. DeVal dit :

    Le problème est bien plus profond qu’une simple gueguerre pour vous citer.

    Les AS/AP/ASH et citons les IDE vis à vis des médecins en ont marre de subir le basculement des tâches et le fait de bosser en totale insécurité juridique.

    Mettez vous à la place des AS/AP aussi, en service on leur demande de faire des tâches confiées par les IDE & cadres IDE, à domicile beaucoup d’IDEL et ca se comprend refusent que les AS disposent d’une autonomie et souhaitent garder la main.

    Nous exerçons une profession qui très clairement, comme les IDE à l’hôpital public, est en train de mourir ! Nous ne voulons plus bosser en totale insécurité juridique et en sous effectif ! Les IFAS se vident, les soignants se barrent, la DGOS a proposé en urgence une formation en 15 jours dédiées aux ASH.

    Nous avons marre de bosser comme des délinquants , de bosser en EHPAD sans IDE pour nous appuyer, de voir des IDE surchargés qui ne peuvent pas nous aider. et qui nous délèguent des soins en sachant que c’est illégal mais le font sous pression de leurs cadres IDE.

    Marre de tout ce bordel !

    Répondre moderated
  10. Caumon dit :

    Quelle honte cette gueguerre entre soignants !
    Et le patient dans tout ça ?
    L hôpital a besoin de tous les soignants, et surtout quand ils en manquent..on l a bien vu durant la pandémie..
    Peut-être avons nous la mémoire courte…

    Répondre moderated
  11. Baladin dit :

    IDE depuis 30 ans. En début de carrière j’ai travaillé dans une clinique où les AS effectuaient les soins pst, injections etc lors de mon arrivée dans le service celles-ci, plus anciennes, m’ont envoyé distribuer les thermomètres et sont parties faire les injections et les prises de tensions, chercher l’erreur. Ceci venait de la direction, qui pour éviter de payer plus d’infirmières, demandait à ce que les AS outrepassent leurs compétences. Il y a un problème de responsabilité, s’il y a deux diplômes c’est bien pour une raison, soit on supprime le diplôme d’Aide Soignante, l’on fait un diplôme d’infirmière généraliste et l’on rajoute des compétences à ce diplôme, soit on reste comme actuellement. Si les aides soignantes veulent faire le travail de l’infirmière, qu’elles passent le diplôme. Il y a de super AS qui ferait de très bonnes infirmières, et de très bonnes infirmières qui auraient pu devenir de très bons médecins, les études sont sanctionnées par un diplôme il faut juste créer des passerelles pour évoluer. Quant à ceux qui pensent que les toilettes en libéral rapportent je vous donne le tarif d’une heure de toilette 15,90€ brut sur lesquels vous enlevez l’urssaf, la sécu, la retraite, les assurances etc ce qui fait environ 50% soit 7,95€ net de l’heure (moins qu’une femme de ménage), les toilettes sont du rôle propre de l’infirmière et amènent un revenu bas mais régulier aux libérables. Imaginez une AS en libéral à combien vous pensez que la cpam va fixer le prix?

    Répondre moderated
  12. SOINS-VITALITE dit :

    C’est donc reparti pour une guerre de nos métiers, dont l’objectif principal est tjs mis de côté : le patient.
    Les IDEL sont contentes de nous trouver pour faire les soins de nursing et nous demander de faire d’autres soins qui théoriquement sont hors champs de nos compétences : pansements, dextro, ajustement/changement de dispositifs O2 ou de perf., préparation et distribution de TTT, prélèvements copro ou d’urines, pose de suppositoires, pose de crèmes et onguents … Et ensuite de facturer ces soins comme si c’était une IDE qui les auraient fait (HAD / SSIAD) … On décharge les IDE de tâches chronophages qui leurs permettent de les libérer sur d’autres plus prioritaires…
    Remettons la notion de “binôme” au centre de nos métiers et ajoutons une base de réflexion / décision – tripartite voir quadripartite, cad en incluant le patient dans la prise en charge de sa guérison.
    Arrêtons de lobbyiser nos métiers avec ces modes de réflexions binaires et stériles, qui démarrent encore dans un sens de réflexion par le haut (cad depuis l’équipe encadrants/soignants), pour arriver à un mode de réflexion démarrant de la base : le patient – qui au cœur du soin.
    Il serait temps d’inclure un zeste de résilience, de bon sens et de bienveillance.
    Merci de votre attention.

    Répondre moderated
    • DeVal dit :

      Ce message s’adresse aux ASH/AP/AS

      Les soins hors champ, à vous de ne pas les faire, c’est un conseil confraternel de ma part, vraiment.

      Des IDEL m’ont demandé d’en faire, je leur ai demandé si on partageait les bénéfices, vous imaginez la réponse de la personne en face. Vous avez un triple intérêt à ne pas faire de soins hors champ :
      – 1°/ Etre protégé juridiquement en cas de problème de soins/erreur
      – 2°/ Vous focaliser sur vos missions et éviter de vous disperser
      – 3°/ Vous faire respecter et surtout vous faire respecter du patient à qui vous lui en devez

      Un conseil, lisez bien le contenu de vos missions, Arrêté du 22 octobre 2005
      relatif au diplôme professionnel d’aide-soignant, même si je sais qu’il y a un abime entre ce texte et le terrain.

      Vous appliquez cet arrêté le temps que la loi visant la ré-ingénierie passe. Il y a des aides soignantes qui ont eu des graves soucis dans certains EHPAD à cause des effets iatrogènes lors de la distribution de médicaments, les familles étant de plus en plus procédurières. Rapprochez vous de juristes en droit de la santé qui vous expliqueront que les magistrats et surtout les avocats qui ne rigolent pas avec le Code de la Santé Publique, et surtout le contenu de vos missions en tant qu’AS !

      Appliquez vos missions, et si un jour on vous demande de toucher par exemple une perfusion, après tout pourquoi pas, certaines cadres IDE adorent déléguer plus vite que leur ombre, exigez un écrit et conseil, barrez vous dès la première occasion d’un tel lieu de soins qui n’a de soins que le nom !

      Répondre moderated
  13. Dumond dit :

    Je suis ide, je soutiens les as dans la démarche de conquête de leur rôle propre mais je voudrais dire 2 choses: aujourd’hui une aide soignante qui commence gagnera mon salaire alors que je travaille depuis 17 ans, je suis restée en cat B donc faut arrêter de dire que ça n’attire plus, il en faut bien et c’est un travail comme un autre, si vous le trouvez ingrat changez en, allez à l’ifsi si vous préférez faire le boulot de l’infirmière. et deuxièmement si à dom on aime les toilettes c’est aussi parce qu’on a le temps (ou on le prend) de les faire correctement….
    Il y a des mauvaises personnes partout, ne generalisez pas et il y a des infirmières et des aides soignantes topissimes à tout point de vue…

    Répondre moderated
    • DeVal dit :

      En effet Dumond, à l’instar de + de 100 AS de l’AP HP qui se sont vus refuser le financement pour devenir IDE c’est bien ca ?

      Des AS qui souhaitent devenir AS, je vous en trouve par dizaine. Concernant votre situation salariale, totalement d’accord avec vous, ce n’est pas normal.

      Répondre moderated
  14. Christophe dit :

    Bonjour infirmier libéral depuis 15 ans et est toujours été derrière les aides soignantes pour faire évoluer leur cadre déontologique. Moi, j’apprécierai la collaboration avec des as libéral. Les toilettes font parties de notre quotidien mais nous avons d’autres actes bien nombreux. Par contre, je ne sais pas comment la rémunération des as se ferait pour avoir un revenu satisfaisant car cet acte n’est pas bien rémunéré, ce sont l’ensemble des différents actes infirmiers sur prescription qui nous permettent une rémunération et des journées de 12 à 15h si pas plus avec astreintes de nuit non rémunérés.
    Mais de toute façon il faut plus de reconnaissance et une revalorisation de la profession d as qui est une belle profession et essentielle pour tous.
    Bon courage à tous

    Répondre moderated
  15. Ns dit :

    Bjr.étant as depuis 11 ans j ai travaillée ds différents service et différents structures. Hôpital. Had.ssiad.maison.de retraite.et clinique. J ai vue pas mal de guerre relevant ds tous corps de métier.ide as .ash.et autre.j ai vue pas mal de glissement de tache entre médecin.ide.et ide as.et as.et as.ou auxiliaire de vie.certes les soignants quelque soit le métier situé sont épuisée. Par manque d effectif.ou on leurs demande différents tâche qui remette de leurs rôle propre sont ts sont même victimes de leurs métiers bien que ts cela ont choisi ds le seule but d aide et de soigner l être humain. D autre son maltraité. Ou subisse une forme de pression liée au supérieur ou au favoritisme.d autre forme des clans.les jeune ne veule plus faire ses métier et d autre se reconvertise par dégoût.pour différents raison aussi tel que départ. Ou déménagement ou départ en retraite ds les poste on du mal à être remplacé par faute d effectif. J aimerais bien que ces grands patrons ou directions ou hcpp ou chargé des enquêtes sanitaires ou ministères quelque soit de santé.ou d organisme ne prévienne pas les établissements et vienne surprendre ts ses dysfonctionnement. Je trouve ça dommage de ne pas réévaluer la réévaluation de ses différents domaines surtout celles des soignante ds la compétences est là.je trouve cela dommage de ne pas permettre au soignante d être ou de devenir libéral.car ts sont des soignant. Comme ide peut apprendre au soignants comme l as peux apprendre au ide jeune diplômé. Ou montrer au ash.elle aussi comme auxiliaire de vie en un rôle presque comme as d ou ds certains structure sont aussi utilisé comme as et as comme ide.

    Répondre moderated
  16. Magnin dit :

    AS depuis plus de 30 ans un metier non ou mal reconnu… Et pourtant…
    Nos petites mains bienveillantes sont la pour apaisées bien des maux, nos soins pour apportes un bien-être, nos mots pour remontés bien des morales, les aides a l alimentation et j en passe…. mais n oublions pas aussi toutes ses taches que personnes ne veut, une AS une multi tâches….
    Pas d AS dans les services comment faire tourner les services.
    Je suis fiere et toujours autant d envie d accompagné malgré ce metier mal reconnu et oui je me répète.
    Vive les AS

    Répondre moderated
  17. Vanloocke dit :

    C’est revoltant de jouer sur le role de l’as . les raisons sont celle qu on est paye au lance pierre il ni a deja plus de personnel pourquoi on aurait le droit a un statut liberal? Tout le monde partirai les ide verraient leur chiffre divise par 2 . Tout cela n est que mensonge le role propre ils en ont rien a foutre des gens tout est une question d argent et de nous maintenir face a cette penuerie de soignant alr on peut se monter en tant qu aide a domicile sans diplome et exercer le metier d as illegalement mais diplomee ont ne peut pas. Supercherie a fond toutes les as de france devraient faire greve ca fait trop longtemps que nous sommes reconnu comme uniquement des torches cul . Tous le monde sait mais personne ne dit rien defendons nous tous ensemble dans la rue !!!!!

    Répondre moderated
  18. Brigitte dit :

    Hypocrisie totale les ide asservissrnt les as. Même pour le rôle prescrit ! Dans mon service beaucoup de diurèse des 6h sur prescription médicale mais comme il faut vider les pots, elles délèguent à l’as.. C’est bien connu l’as est la pour faire le taf sale !! A domicile ces ide ne sont pas gênées si les services. Al a personnes en l’occurrence les aides ménagères jouent aux petites ide, font des nursing des toilettes et des pansements…. Les as méritent leurs rôles propre car les ide le déserte en structure. Ça bougera,. Pour ma part je ne commet aucun dépassement d’acte, ca met en colère les ide qui me dise qu’il ne faut pas être sortie de St cyr pour mettre des gouttes antibii dans les yeux du patient !! Et quand un soi disant binôme refuse de faire une toilette au lit sous prétexte qu’elle a beaucoup de travail qu’il faut que je me débrouille, je lui annonce que je le trace, et qui si elle n’accorde pas de temps à son patient pour une toilette en douceur à deux, il aura la toilette et le changement de draps le lendemain !!! Parce que la salle de pause est souvent pleine d’ide ce n’est pas la panacée de l’as !! as ne cédez rien à cette hypocrisie

    Répondre moderated
  19. Llodra dit :

    Il est clair qu’une grosse part d’intérêt vient se glisser sur l’échiquier !! Aide soignant depuis 30 ans le sujet revient régulièrement sur le devant.les compétences nous les avons largement pour exercer en libéral mais les ide défendent leurs intérêts pecuniers.Ce n’est qu’une question d’argent car les actes AS pèsent lourd sur l’addition !!!

    Répondre moderated
  20. lof dit :

    je ne comprends pas qu’il puisse s’agir des aides soignantes et représenté par des IDE
    même que vous imaginez pour former des as que cela ce fasse par des IDE qui peut mieux faire qu’un professionnel dans ses tâches vous passez le diplôme d as bof l épreuve as juste pour le diplôme IDe preuve après ne peuvent pas aider les AS même ne voulant le faire pour le patient en cas d’indisponibilité de ceux-ci passé une épreuve et exercé font différence car nous AS passons plus de temps ainsi une vocation
    ou je pense que pour le diplôme IDE devrait être considéré comme épreuve initiatique et non une capacité (reconnaissance) plutôt à pouvoir dépanner mais ne peut-être substituer seul une VAE aurait pu faire acte réel du diplôme AS à IDE mes Les AS réveillés vous pas de droit à former alors diplômé !?

    Répondre moderated
  21. Sébastien dit :

    Les infirmières, sont mzl obligeante, et décevante, si les aides soignants ne sont pas la les services ne fonctionnent pas correctement, les aides soignants font bien plus que ce qu’ils devraient faire en service déjà, proche des patients et humanistes, plus proches des patients, vive
    le libéralisme pour les aides soignants

    Répondre moderated
  22. Jessica Cc dit :

    Bonjour à tous

    Je pense que nous les aide-soignantes nous devons exprimer notre colère au-delà de cette page pour faire réagir et réfléchir un peu mieux HCPP ?

    Moi je suis aide-soignante depuis plus de 10 ans et j’ai une seule envie d’être dans le libéral, parce que j’ai plus envie de travailler dans les établissements santé… Et en fin de service je suis jamais satisfait de mon taff, parce que nous connaissons tous les problèmes des établissements santé.

    Alors moi je dis Oui au changement de statut pour les AS… 😉❤

    Répondre moderated
  23. Teddy dit :

    Nous resterons malheureusement les boniches des infirmièrs et de ce qu’elles ne veulent pas faire en structure!! (Les toilettes,les nursings ) comme par hasard elle les veulent en libéral!! Hypocrisie le métier d As n’intéresse plus personne les ifas se vide .

    Répondre moderated
  24. Marc1958& dit :

    Slt,
    Oui décevant surtout ! À l’hôpital les ide vous dit je ne fais pas de toilette, hors en libéral c’est la course à la toilette. Recevoir des personnes avec des escarres de partout venant de la profession libérale est décevant et personne n’en parle. Beaucoup de glissements de tâches vis à vis des aides soignants, tout ça c’est logique et personne n’en parle.
    HCPP devrait venir sur place sur le terrain pour voir comment fonctionne les établissements hospitaliers au lieu de faire foi aux belles phrases et aux belles formulations bien argumentées qui à mon avis n’ont aucune valeur..

    Répondre moderated
  25. Sous dit :

    Bonjour, je suis aide-soignante dans un ehpad depuis plus de dix ans. Croyons moi par manque d’ide les aide-soignantes font pratiquement le travail des Infirmières. Et elles n’ont jamais dit non. Et aujourd’hui on leur dit qu’elles (ou ils) sont incapables d’évoluer ??? Alors qu’elles ont l’expérience nécessaire ?? C’est vraiment de l’hypocrisie purement et simplement. Heureusement que là où je travaille les IDE et les AS sont solidaires.

    Répondre moderated
  26. Madame K dit :

    Bonjour l’hypocrisie en institution les IDE délègues énormément de soins qui nous font faire des dépassements de fonction les soins de nursing pour la plus part n’en font pas et font appel aux AS mais quand il s’agit de faire du libéral aux AS là ont parlé de compétences sous autorité d’une IDE .Je travaille dans un EHPAD où il n’y a pas d’IDE le w end ni le lundi aprem ni jour férié ni la nuit nous gérons seul et je ne suis pas dans le privée.

    Répondre moderated
  27. Nathalie Courties dit :

    Je suis d’accord sur le fait qu’il y est des aides soignants et de très très bon aides soignants ! L’investissement et la connaissance dans notre métier nous appartient et est propre à chacun…quand dans les services arrive une infirmière fraîchement diplômé autant avoir un aide soignant plus que compétant pour gérer.

    Répondre moderated
  28. Isabelle fioli dit :

    C’est assez honteux tout cela… La profession d’AS n’attire plus. Les centres de formations sont vides… Il faut rendre cette profession plus attractive et donner plus de responsabilité pour attirer les jeunes.
    Enfin, les IDE liberaux sont sûrement les seuls à se plaindre. Je suis IDE à l’hopital public et je serais ravie de déléguer quelques soins et compétences à mes AS qui sont toutes compétentes et volontaires pour évoluer !

    Répondre moderated
  29. Rose Bimi Eteme dit :

    Je suis surprise et déçue par cette décision surtout venant des IDE qui devraient plutôt nous soutenir. Car un statut pour nous est une ouverture de l’évolution de leur diplôme et de leur statut. Au lieu de se battre pour eux ils nous mettent les bâtons dans les roues.un Statut pour les-aides soignants ne vient pas cisaillé leur travail encore moins leur gain.. Et si c’était nous on allait les soutenir par ce qu’on lutte tous les jours pour la même cause tels que les conditions de travail, plus de moyens etc, nous sommes une équipe mais chacun avec ses compétences nous travaillons en collaboration, alors soutenons-nous s’il vous plaît

    Répondre moderated
  30. Emilie dit :

    Les AS critiquent bcp les Ide…et puis fibalement elles passent le concours IDE et découvrent qu’il y a bien plus de travail que ce qu’elles ne pensaient ! Fini le cul assis sur la chaise pendant des heures en salle de pause à terminer les repas non distribués des patients ! Ça aussi c’est bien une réalité !

    Répondre moderated
  31. DeVal dit :

    D’un côté, des IFSI remplis avec PARCOURSUP composés de jeunes gens et ados très majoritairement qui rêvent de devenir IDE…..et de l’autre, beaucoup d’IFAS qui ont le plus grand mal à remplir des promotions …… alors que normalement, cela devrait être l’inverse ! Le système va finir par imploser c’est évident, trop d’IDE d’un bas niveau (en raison de l’âge et du manque d’expériences) et pas assez d’AS sur le terrain.

    Vous voulez une preuve ? L’autorisation temporaire d’exercice aide-soignant pour des non aides-soignants”, octroyée au terme d’une formation accélérée de 15 jours, qui a été proposée par la DGOS.

    En effet, dans le médico-social, si les besoins en IDE sont très élevés (en raison de leur rôle indispensable) , les besoins en AS/ASH le sont davantage. Pas besoin d’être un crack pour se rendre compte qu’à terme, et c’est déjà le cas, de plus en plus d’IDE seront “réquisitionnés” pour assurer une fonction d’AS.

    Le système actuel est totalement dysfonctionnel, que ce soit les relations entre AS & IDE, entre IDE & médecins, et même entre ASH & AS ! Tout ça à cause du numérus clausus et de ses conséquences sur toute la chaîne de soins.

    Les cadres de santé devant colmater les plannings avec des bouts de ficelles, ce sont tous les soignants qui en font les frais, dont les AS. Là où la situation est scandaleuse, c’est le fait que quelques corporations IDE défendent vaille que vaille le système actuel alors que les cadres IDE/IDEL alimentent le basculement des tâches.

    Seulement, nous avons un très gros problème……le vivier d’AS se tarit d’années en années, des directrices & directeurs d’IFAS tirent la sonnette d’alarme car ont de plus en plus de mal à attirer des candidats (si vous ne me croyez pas, taper sur internet, l’info est dispo) et la profession vieillit (avec ses conséquences : départs à la retraite, changement anticipé de métier, ce qui est un point commun avec le métier d’IDE)…..+ baisse des compétences des nouvelles générations d’IDE liées au jeune âge et le manque d’expérience.

    Avant, IDE était un métier où la transmission des savoirs/de la technique était assurée, était un métier très technique car les soignants restaient plus longtemps dans la profession … entre 20 et 30 ans dans la profession, c’était l’engagement d’une carrière…….aujourd’hui, quand vous regardez les nouvelles générations, beaucoup ne font pas le tiers des soins de leurs propres référentiels.

    La situation est catastrophique, et à la fin, c’est le patient qui va en faire les frais ! Il faut tout revoir, de l’ASH au médecin, donner de l’espoir aux soignants, favoriser la formation continue de gens réellement MOTIVES ET QUI ONT FAIT LEURS PREUVES, et arrêter de recruter en priorité des jeunes de 17 ans, qui sont jeunes et QUI N’ONT RIEN PROUVE.

    Certains IDE font du corporatisme jusqu’au bout, malheureusement, cela va se retourner contre eux à court et moyen terme car va subir la sclérose des compétences et la nécessité d’assurer de plus en plus des soins de leur rôle propre en plus des soins délégués par les médecins.

    A certains AS, dites vous une chose, ne les (IDE) enviez surtout pas car ce métier va malheureusement devenir une horreur.

    Répondre moderated
  32. GOMEZ Alain dit :

    Vous parlez du manque de considération des aides soignants (tes) et des infirmiers (es) mais n’oubliez pas les éducs spés (bac +3), aussi comme les infirmières, qui galèrerent à décrocher un emploi stable. Où est la logique du social dans le social avec cette qualification !?

    Répondre moderated
  33. Patricia Tronca dit :

    Bonjour je suis aide soignante en service covid et gériatrique. Il.y a des bonne et mauvaise aide soignante et aide soignants. Je travaille de nuit avec mon binôme ide,tous ce passe bien c’est vrai on a plus de travail. Mais les ides aussi les les doc leur demande plus de travail. Si les aides soignantes veulent faire du libéral pourquoi pas on est pas tous des incapable et en travaillant avec les IDE ET LES DOC ÇA peux marcher.ils prennent des décisions sans demander aux as ce qu’on en pense. Si le salaire est plus intéressant quand institution on as le droit de gagner mieux.

    Répondre moderated
  34. Siabdallah dit :

    Je suis écoeuré de l hypocrisie j ai travaillé dans différents structure et je peux vous dire que nous dépassons largement nos compétences et cela arrangé bien les infirmières. Je penses qu elles ont peur que nous soyons en libéral pour quelles puissent faire les toilettes qui beaucoup plus facturé

    Répondre moderated
  35. Bourbon dit :

    Tout à fait d’accord avec les avis de Mylene, Gilles et Laure.
    Encore une fois, cela montre la considération des IDE envers les AS.
    Pour avoir été hospitalisée quelques fois, j’ai constaté que les aides-soignantes étaient compétentes et
    plus présentes que les infirmières.
    Je trouve révoltant qu’on ne leur accorde pas l’attention et la place qu’elles méritent.
    Je n’ai lu que ces 3 avis et ma réaction est de leur apporter mon soutien.
    ” Tenez bon, les AS “

    Répondre moderated
  36. Ach dit :

    Les formations internes popre à chaque service de pointe pour les AS, ne sont pas reconnues par la profession.

    le niveau des aide-soignante en service de réanimation et les tâches délégué officieusement sont pourtant bien accueilli et apprécier par les IDE, les médecins et la direction.

    Tout particulièrement en cette période de pandémie covid, avec ce sous effectif dans les services pour des prises en charge lourde.

    L’hypocrisie a toujours régné autour de notre diplôme et de nos connaissances acquise par investissement personnel.

    Répondre moderated
  37. Pascale Barthe dit :

    On ne trouve plus d A.S
    On fabrique des AMP
    Les A.S. sont sous payées pour faire le sale boulot de l infirmière
    À QUAND UNE RECONNAISSANCE dz notre métier ?

    Répondre moderated
  38. Crespo dit :

    Je suis dégoutée de cette rivalité entre les aide soignants et les infirmiers. Elle veulent quoi encore ? Certes qu’on leur augmente leur salaire et basta mais on n’est pas sensés travailler de manière soudée et solidaire ? Comme s’il n’y avait pas assez de place pour tout le monde sur le marché du libéral ! D’où ça vient cette soi-disant “concurrence” débile. Chacun son job. Jsuis une AS qui a arrêté ses études d’inf en début de 3ème année et j’ai bac plus 4.Ce métier me déçoit cette ambiance pourrie. J’ai dit ciao à cette misère humaine qui me fait honte pour ces 2 professions !

    Répondre moderated
  39. Bilounga dit :

    Je déplore une telle hypocrisie sur les aides soignants.Nous allons nous battre jusqu’au bout.Car nous sommes ceux là au quotidien qui rament pour le bien être des patients.Pourquoi voulez vous nous empêcher d’ évoluer ?N’avez pas vu votre métier évoluer ?Le monde change, la médecine evolue les infirmiers évoluent et donc les aides soignants doivent évoluer.

    Répondre moderated
  40. Didi dit :

    Tout à fait d’accord, rôle propre que les IDE défendent mais que la plupart du temps si ce n’est tout le temps ( à part de rares perles car ça existe encore) laisse volontiers aux AS !! Quel mépris envers la profession d’aide soignante… J’ose même pas espèrer que ses mêmes personnes s’imagine un jour avoir besoin d’une AS ! Ah bah non… Y a les Ide qui feront le fameux rôle propre qui en tout premier lieux comprend la TOILETTE…

    Répondre moderated
  41. DELPHINE TRIAS dit :

    Ils peuvent bien pondre des lois ou autres sur le terrain la réalité est bien différente de leur écrit moi perso je travaille de nuit en résidence autonomie et étant seule je peux vous dire que mon travail dépassé tout ce qu ils peuvent bien acté infirmière ou aide soignante je n’ est contre eux mais quand même toujours et encore de l abus obtiennent prime de ceci prime de cela éloges et nous petites Ash de rien du tout pourtant avec de très grandes responsabilités qu en faites vous rien comme d hab toujours et encore

    Répondre moderated
  42. Coralie dit :

    Je suis d’accord avec vous à 100%,

    Je suis Auxiliaires de vie et il n’y a pas beaucoup de différence avec le métier d’aide soignante et les tâches à effectuer, mais qu’est ce que c’est que cette histoire de STATUT ? Qu’on soit INFIRMIÈRE, AIDE SOIGNANTE ou AUXILIAIRES DE VIES ou est la différence ? On a tous un statut mais ce statut est le même prendre soins et soigner les personnes malade, vulnérables et âgées sans compter leur bien-être, ces 3 statuts SONT DES MÉTIERS de la santé ou les personnes de tout publics font confiance et compte sur nous, alors pourquoi se battre pour avoir la même chose LA RECONNAISSANCE de notre métier et nos savoir-faire.
    Alors arrêtons de nous détester et faisant une équipe.
    Tout le monde qui a un métier où qui travaille tout simplement est engras, au lieu de se balancer des caillassés sur la figure, respectons-nous quelques soit notre métier et agissons avec intelligence et humainement pas comme des bêtes.

    Répondre moderated
  43. Bousquet dit :

    Tout à fait … les infirmiers libéraux sont bien sûr contre la libéralisation des aides soignants car on prendrait surtout les nursings ce qui leurs rapportent le plus financièrement. Là où c est drôle c est quand en institution le nursing disparaît de leur fonction car trop ingrat mais en libéral c est « Touche pas a mon nursing!!! » Cherchez l erreur…🤪💲💲💲

    Répondre moderated
  44. Mylene dit :

    Entièrement d accord. Tout ça est bien hypocrite bien politique et complètement détaché de la réalité du terrain. A quand une véritable reconnaissance du travail et des compétences des aides soignants diplômés ? On nous en demande toujours plus, les glissements de tâches et dépassements de fonction sont une réalité encouragés sur le terrain. Les infirmières sont engluees dans des fonctions administratives et par leur rôle sur prescription. Pourquoi ne pas admettre que les aides soignants sont au quotidien ceux qui sont dans les soins d hygiène et de bien être et que c est plutôt une belle réussite ?
    Il ne faudra pas s étonner du manque de personnel dans les années à venir ni du turn over actuel.
    On récolte ce qu on sème

    Répondre moderated
  45. Gilles dit :

    L’ordre infirmier devrait avoir honte de son dédain envers les aide-soignants.
    Au cours de l’histoire juvénile des infirmières, on a pu assister à plusieurs changements et avancées majeures, none, assistant de médecin, infirmière, infirmier militaire, psy, puériculture , anesthésiste, de bloc opératoire, Master, diplôme universitaire, accès aux formations, libérales, scolaires, au travail… Pour certaines spécialités on va également ouvrir la porte des pratiques avancées…
    Pour les aides soignants, l’histoire se résume à agent d’entretien aidant les l’infirmières et le médecin à aide-soignant sans décret de compétence, à qui on a rajouté la terminaison de diplôme d’Etat pour faire diversion (ce statut n’a donné lieu à aucun changement pratique ou financier). En parallèle, les auxiliaires de vie on fait leur apparition et on considérablement évolué leur profession en marge de l’autorité de l’ordre infirmier…
    La médecine évolue, l’hôpital change, les pratiques également, les professions et responsabilités s’adaptent et s’ajustent à l’évolution du soin et de la société… Les aides-soignants stagnent… “fais ce qui nous rapporte le plus de blé en hôpital publique mais ne cherche pas à faire valoir ces compétences pour faire du libéral ou alors mieux si tu veux travailler pour moi en libéral mais au même salaire… Et t’arrête surtout pas de nettoyer les bassins souillon que tu es. ”
    On en est quand-même a un bras de fer pour légiférer l’interdiction d’une législation d’actes d’une profession… Certes, l’ordre n’est que consultant dans cette histoire mais rappelons également qu’elle l’était aussi quand il a décidé que vous deviez obligatoirement adhérer à ce même ordre infirmier pour pouvoir exercer votre fonction infirmière à la sortie du diplôme sous forme “d’abonnement financier”.
    Aide-soignant ce n’est pas un job d’été ni un tremplin vers la profession infirmière, c’est une profession à part entière et n’en déplaise à certains, nous sommes aussi des professionnels de santé…des professionnels de santé sans décret de compétences avec moins de légitimité quant à certains actes de soins réalisés par une majorité de ce qu’on appelle désormais les aidants .

    Répondre moderated
  46. Buisset Laura dit :

    Bonjour, je suis en colère vis à vis de la réponse et du manque de considération de la par du Hcpp. Dans la réponse jointe au refus j’entends clairement que ce refus est surtout motivé par le pouvoir que confère ce manque de statut autour du diplome d’aide soignant et permettant encore et toujours des débordements de notre profession afin que les infirmières puissent ne plus exercer les tâches qu’elles prétendent ingrates au vu de leur niveau d’étude. Cependant ces mêmes infirmières s’accrochent à leur statut. Incompréhensible et irrespectueux de leur part comme depuis des années.

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
914 rq / 2,176 sec