D’infirmière à spécialiste clinique

Marie-Pierre Dann est infirmière spécialiste clinique dans le service d’hématologie clinique du CHU Pitié Salpêtrière (AP-HP). Depuis huit ans, elle occupe un poste transversal d’annonce, de suivi et d’interface. Article paru dans le n°32 d'ActuSoins Magazine (mars 2019). 

Marie-Pierre Dann est infirmière spécialiste clinique dans le service d’hématologie clinique du CHU Pitié Salpêtrière (AP-HP)

© M.S / ActuSoins

« Je ne valide pas le terme d’infirmière d’annonce », déclare-t-elle d’emblée en souriant. « Mon poste consiste surtout à suivre des parcours, des situations complexes. Si vous dites à un patient qu’il va voir une infirmière ‘’d’annonce’’, il peut prendre peur. Il peut penser que l’on est là pour lui annoncer le pire. Ce n’est pas le but », poursuit-elle.

Marie-Pierre est infirmière depuis 26 ans. Il y a huit ans, suite à la mise en œuvre du premier plan Cancer (2003-2007) dont l’une des mesures phares était d’inaugurer, puis de généraliser, les dispositifs d’annonce, son CHU l’a positionnée sur ce nouveau poste. Il fallait l’imaginer, s’en emparer, le construire. 

« C’était une suite logique pour moi», se souvient Marie-Pierre, qui avait déjà complété sa formation initiale par de nombreux enseignements en relation d’aide et en expertise clinique. « Il s’agissait de créer un poste qui offrait une offre complémentaire à l’existante. Un poste qui venait pallier les carences en matière d’annonce et de suivi. En assurant l’interface et l’accompagnement, je l’ai personnalisé, de façon à ce qu’il corresponde aux besoins des patients ».


Dans son bureau, Marie-Pierre reçoit les patients et les familles. Elle se rend aussi, si nécessaire, au chevet des malades. Il s’agit, pour elle, de les prendre en charge dès l’annonce du diagnostic initial. Puis de les accompagner tout au long de leur parcours, d’identifier leurs besoins médicaux, sociaux et psychologiques, de les orienter vers des soins de supports adaptés, et de personnaliser les projets de soins.

Soignante et médiatrice

« Les entretiens que je mène ont un fil rouge : qu’est-ce qui fait sens pour le patient ? Qu’est-ce que l’on peut mettre en place ? Je transmets ensuite la parole du patient. Je suis à la fois soignante et médiatrice », analyse Marie-Pierre.

Il faut dire que la communication la passionne. « Ce qui se passe dans la tête des patients et des familles et ce qui se passe dans la tête des soignants est très différent. On a l’impression parfois de deux mondes parallèles qui ont du mal à se trouver. Il faut trouver un équilibre, prendre en compte les histoires de vie », poursuit-elle.

Ces entretiens permettent surtout d’avoir un temps privilégié avec le patient, ce qui est bénéfique pour toutes les parties. Sans contrainte, sans temporalité. « Ils durent le temps nécessaire. S’il faut une heure, je peux leur consacrer une heure », précise-t-elle. « C’est appréciable pour eux car ils n’ont pas l’habitude de pouvoir se livrer ainsi sur tous les plans. Et de mon côté, ça me permet d’entendre des problématiques de sommeil, d’observance du traitement ou encore des problématiques sociales par exemple qui n’auraient pas été exprimées sans ce temps ».

Transmettre et Initier

Tous les jours, Marie-Pierre se rend dans le service pour faire le point avec les équipes et faire le lien.

Elle assiste aux staffs médicaux et n’hésite pas à solliciter les médecins pour d’éventuels ajustements de parcours de soins. Elle réévalue ainsi les prises en charge, développe les collaborations – avec les équipes mobiles de soins palliatifs, les psychologues, les assistantes sociales…-, et transmets ses connaissances aux infirmiers et étudiants en soins infirmiers qu’elle aime former. Elle prend des initiatives aussi. Récemment, elle a d’ailleurs instauré une initiation au Chi -Kong, une gymnastique traditionnelle chinoise, dans un atelier d’Education thérapeutique de son service.

Si Marie-Pierre a tant à cœur de transmettre et d’initier, c’est qu’elle adore elle-même se former. Pour elle, c’est « essentiel », même. Elle est titulaire d’un master en sciences cliniques et soins paramédicaux qu’elle a obtenu à l’UVSQ (Université Versailles St-Quentin), avec Sainte-Anne Formation, en 2018. Elle avait préalablement suivi d’autres formations de clinicienne, ainsi que deux diplômes universitaires en médecine tropicale et en psycho-oncologie.

Vers de nouveaux projets

« Relever des challenges, se former : c’est comme ça qu’on trouve les ressources pour ‘’garder le jus’’ », soulève-t-elle. « Le principal est d’essayer de trouver le moyen de toujours rester en accord avec ses valeurs et celles de son service, de rester soi-même aussi. Il faut donner des outils aux infirmiers pour cela ». A présent, Marie-Pierre s’interroge. Elle aimerait aussi participer à des projets de recherche et envisage un doctorat. Passera-t-elle aussi par une validation partielle de son parcours pour être reconnue, après avoir validé des unités d’enseignement manquantes, Infirmière de Pratique avancée ? C’est une vaste question…

Malika Surbled

Je m'abonne à la newsletter

Marie-Pierre Dann en six dates :

1993 : obtient son DE

1993 : travaille en réanimation chirurgicale

1996 : découvre le d’hématologie de la Pitié-Salpétrière dans lequel elle exerce toujours aujourd’hui

1995 : obtient un DU en médecine tropicale et participe régulièrement à des missions bénévoles en Afrique de l’Ouest

2011 : obtient un DU en psycho-oncologie

2018 : obtient un master en sciences cliniques et soins paramédicaux (UVSQ)

Cet article est paru dans le N°32 d'ActuSoins Magazine (mars-avril-mai 2019). Actusoins magazine pour infirmière infirmier libéral

Il est à présent en accès libre. 

ActuSoins vit grâce à ses abonnés et garantit une information indépendante et objective.

Pour contribuer à soutenir ActuSoins, tout en recevant un magazine complet (plus de 70 pages d'informations professionnelles, de reportages et d'enquêtes exclusives) tous les trimestres, nous vous invitons donc à vous abonner. 

Pour s' abonner au magazine (14,90 €/ an pour les professionnels, 9,90 € pour les étudiants), c'est ICI

Abonnez-vous au magazine Actusoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
273 rq / 0,968 sec