Actes exclusifs des IBODE : réaction de l’Ordre des infirmiers et nouvelles annonces du ministère

Alors que le Conseil national de l'Ordre des infirmiers demande "une reprise rapide des travaux afin de garantir des actes exclusifs aux IBODE", le ministère de la santé  a annoncé la réingénierie de la formation et la possibilité prochaine d'entreprendre des études d'IBODE juste après l'obtention du DE. 

Actes exclusifs des IBODE : réaction de l'Ordre des infirmiers et nouvelles annonces du ministère

La semaine a été chargée d'émotions pour les représentants des IBODE. D'abord, il y a eu l'annonce maudite d'un quatrième report de l'entrée en vigueur de trois actes exclusifs pour les IBODE. 

Cela n'a plu à aucune des organisations représentative des IBODE. L'Ordre national des infirmiers a aussi réagi, demandant à la ministre des solidarités et de la santé, de reprendre rapidement les travaux pour garantir les actes exclusifs aux IBODE. 

"S'il existe une spécialité spécifique dédiée au bloc opératoire depuis plus de 50 ans, c'est parce que cette pratique comporte des actes spécifiques, qui nécessitent des connaissances spécifiques, et donc une formation spécifique. C'est aussi une question de sécurité pour les patients, et ce, d'autant plus dans un contexte où, pour des raisons budgétaires, les cadences s'accélèrent", explique Patrick Chamboredon, président du Conseil national de l'Ordre des infirmiers. 

"Aujourd'hui, les IBODE ne sont pas assez nombreux pour répondre aux besoins, il convient donc que les établissements de santé, et notamment les établissements privés, assurent une formation aux professionnels paramédicaux qui interviennent dans les blocs opératoires. Il faut avancer sur les modalités de ces formations, peut-être imaginer que celles-ci soient effectuées au sein même des établissements, afin de ne pas affecter leur activité", ajoute-t-il. 


Pour rappel, le décret du 27 janvier 2015 stipule que seuls les infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat (IBODE), ayant donc suivi une formation complémentaire sont en mesure de pratiquer certains actes (précisés dans le texte du décret). 

Cependant, les IBODE n'étant pas assez nombreux, et afin d'assurer la poursuite de l'activité opératoire dans les hôpitaux et les cliniques, des mesures transitoires ont été mises en place pour permettre aux infirmiers non titulaires de la spécialité "bloc opératoire" de pratiquer dans cet environnement de soins

Ces mesures transitoires étaient censées être caduques au 1er janvier 2020, rendant ainsi pleinement effectifs les trois actes exclusifs aux infirmiers de bloc opératoire. 

Le ministère tempère avec des annonces : un mal pour un bien? 

Puis, il y a eu les deuxièmes annonces du ministère, envoyées par voie de communiqué. Des annonces allant en partie dans le sens, cette fois, des autres revendications IBODE.

La ministère a en effet annoncé une réingénierie de la formation des IBODE,  engagée dès janvier 2020, en vue d'être effective d'ici la rentrée universitaire de septembre prochain. 

Les modalités d'accès au cursus d'IBODE, qui imposent deux ans d'exercice en tant qu'infirmier pour pouvoir entrer en institut dans le cadre de la formation continue, seront revues à cette occasion afin que les étudiants infirmiers puissent d'emblée compléter leur formation initiale pour intégrer le métier d'IBODE, rejoignant ainsi les autres métiers spécialisés. Cette mesure prendra effet en septembre 2020, assure le ministère. 

Le ministère s'est aussi engagé à étudier, "en étroite concertation avec l’ensemble des représentants médicaux, soignants et enseignants, des mesures transitoires qui sécuriseront l’exercice actuel des infirmiers expérimentés non IBODE, sans remise en cause du cadre réglementaire organisant la reconnaissance d'actes exclusifs".

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
308 rq / 1,675 sec