“Sortir enfin la psychiatrie de l’hôpital” : le rapport accablant sur la filière santé mentale

Dans un rapport présenté à la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, deux députées appellent à  "sortir enfin la psychiatrie de l'hôpital", pour améliorer la prise en charge des patients. 

"Sortir enfin la psychiatrie de l'hôpital" : le rapport accablant sur la filière santé mentale

Les députées Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat (France Insoumise), rapporteures de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'organisation territoriale de la santé mentale, ont rendu leurs conclusions mercredi : la filière psychiatrie à l'hôpital est "au bord de l'implosion", la prise en charge y est "catastrophique", dénoncent-elles. 

Elles dressent un constat accablant. "Alors que le nombre de lits d'hospitalisation en psychiatrie a diminué de moitié depuis les années 1990, la densité de lits d'hospitalisation en France  reste parmi les plus élevés de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques)". "Parallèlement, des structures ambulatoires ont été développées, qui ne permettent pas de répondre à la demande croissante". 

"Le résultat est évident : face à l'impossibilité d'avoir rendez-vous au CMP ou chez un psychiatre libéral au début de la crise, en particulier le soir et le week-end, les patients n'ont d'autre solution que les urgences, puis d'être hospitalisés, alors que la crise aurait pu être évitée si elle avait été traitée en amont", décrivent-elles. 

Vers un virage ambulatoire en psychiatrie

Les députées préconisent de "réorganiser l'offre autour du patient" et proposent un objectif à moyen terme de 80% du personnel de l'hôpital psychiatrique sur l'ambulatoire.

"La France doit urgemment prendre le virage ambulatoire que la circulaire de 1990 appelait déjà de ses voeux. La sectorisation psychiatrique est porteuse d'une idée forte : la prise en charge du malade dans la Cité, l'hôpital n'étant vu que comme une étape éventuelle de ce parcours. Il est temps de faire de cette idée une réalité concrète", expliquent-elles. 

Dans ce rapport, les députées soulignent aussi  "l'impératif d'une politique nationale de santé mentale". "Il est urgent de rénover en profondeur le système, en réorganisant l'offre de soins autour du patient et non plus autour des structures" et pour cela, la réforme souhaitée "devra faire l'objet d'un véritable portage politique au niveau national, et l'ensemble des acteurs de terrain devront se l'approprier". 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
240 rq / 2,169 sec