Près des trois-quarts des professionnels de santé se sentent mal formés en matière de numérique

Les trois-quarts des professionnels de santé (73%) estiment qu'ils sont mal formés en matière de numérique, d'intelligence artificielle et de robotisation, selon un sondage Odoxa réalisé pour l'Université numérique en santé et en sport (Uness).

Près des trois-quarts des professionnels de santé se sentent mal formés en matière de numériqueL'enquête a été réalisée dans le cadre du premier Observatoire sur la formation et le numérique dans le domaine de la santé. Des français représentatifs de la population, des professionnels de santé, des étudiants et des enseignants ont été interrogés.

A l'heure du digital et de l'IA, la formation des professionnels de santé est perçue comme insatisfaisante

Les chiffres sont révélateurs : 83% des français affirment que le fait de savoir que leurs soignants (médecins, pharmaciens, infirmières etc.) se forment aux dernières connaissances, via les outils numériques est un élément susceptible de renforcer leur confiance et leur fidélité à leur égard. 

Mais seule une minorité de Français (46%) pensent que les professionnels de santé qui les suivent se forment régulièrement pour être "au point" sur les dernières connaissances en santé. 36% des sondés parmi la population générale pensent que leurs soignants ne le font pas et 18% avouent ne pas en avoir la moindre idée.

D'ailleurs l'image de la formation "tout au long de la vie" en santé est largement perfectible : tous les acteurs concernés (patients, soignants, étudiants) jugent qu'elle est insuffisamment développée et pourrait être mieux organisée, plus lisible et moins chère.

Tous convaincus qu'une "révolution" se prépare avec l'IA et la robotisation

Tous les acteurs pressentent une révolution du numérique et de l'IA dans la santé : 90% des Français, 97% des professionnels de santé et autant d'enseignants (97%) et d'étudiants (96%) pensent que l'IA et la robotisation dans la santé vont connaître un formidabe développement.

Or, les étudiants et enseignants, mais aussi les professionnels de santé eux-mêmes, sont tous convaincus que ce développement de l'IA et de la robotisation en santé va transformer les métiers de la santé (87%) et va nécessiter de former mieux et plus souvent les acteurs de la santé (86%). 

Mieux encore, les trois-quarts de tous les acteurs concernés - les Français, les professionnels de santé mais aussi les étudiants et enseignants - sont persuadés que le développement du digital et de l'IA permettra de très nombreuses améliorations en matière de formation : partage accru des connaissances, facilitation des échanges entre professionnels, simplification de l'accès aux formations et de leur qualité et enfin augmentation du nombre de personnes qui en bénéficieront. 

Tous reconnaissent qu'ils se sentent aujourd'hui démunis et estiment qu'ils sont mal formés en matière de numérique, d'intelligence artificielle et de robotisation...c'est ce que reconnaissent aujourd'hui les trois-quarts (73%) des professionnels de santé. 

Un acteur pour proposer des formations

Logiquement, au regard de cette évolution du numérique perçue par tous, les professionnels de santé (82%), mais aussi les étudiants (82%) et les enseignants (81%) sont plus de 8 sur 10 à souhaiter pouvoir bénéficier de formations sur ces sujets. 

Mais le problème est qu'ils ne jugent pas efficaces les formations actuellement proposées en ce qui concerne les enjeux techniques et éthiques de l'IA, du numérique et de la robotisation en santé : seulement un professionnel de santé sur 10 (9%) les jugent efficace, contre 33% qui les jugent inefficaces et 58% qui n'a aucune idée de ce qu'elles "valent". 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
206 rq / 1,463 sec