Mois sans tabac : les hôpitaux relèvent le défi

Dans le cadre de la deuxième édition de l'opération nationale annuelle "mois sans tabac", de nombreux hôpitaux en France lancent des opérations.  L'idée : inciter le maximum de personnes à arrêter de fumer pendant le mois de novembre. 

Stands d'informations animés par des addictologues ou des infirmières, consultations, kits "Mois sans tabac"distribués, consultations médicales d'aide au sevrage avec des tabacologues, ateliers collectifs de cohérence cardiaque... : De nombreux hôpitaux proposent au mois de novembre, dans le cadre de l'opération "Mois Sans Tabac", des actions et des solutions d'accompagnement pour les patients et les soignants qui entreprendront d'arrêter de fumer pendant un mois au moins. 

Un mois sans fumer, c'est cinq fois plus de chances d'arrêter définitivement

C'est le cas  des hôpitaux de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui organisent notamment des conférences sur les risques du tabagisme actif/passif, les bénéfices de l'arrêt de la cigarette, les moyens d'arrêter, la problématique Grossesse/tabac... Il sera aussi possible à Cochin et Broca, par exemple, de mesurer le taux de monoxyde de carbone présent dans les poumons, de tester la dépendance à la nicotine, ou encore à Tenon, de pratiquer un dépistage individuel de la BPCO. 

Ailleurs, de nombreuses initiatives du même type sont prises. Citons à Montpellier, une marche hebdomadaire de pleine conscience, animée par l'équipe de liaison et de soutien en addictologie ou encore des séances sportives et de la sophrologie à l'hôpital de Dieppe en Normandie. 


Il faut dire que les enjeux sont importants. "Un mois sans fumer, c'est cinq fois plus de chances d'arrêter définitivement", explique le site tabac info services.

Hors des hôpitaux aussi

Il y aura également un dispositif itinérant et interactif dans 12 grandes villes. "Conçu sur le modèle des Fan zones de supporters, il offre aux visiteurs la possibilité de s’informer, de rencontrer et d’échanger avec un professionnel de santé, de s’inscrire directement à MoisSansTabac et de participer à des jeux et des animations" explique l'Agence Santé Publique France qui co-organise l'évènement avec l'assurance maladie.

 En 2016, cet événement inédit a remporté un vif succès avec 180.000 personnes qui ont rejoint le mouvement et se sont inscrites sur tabac-info-service.fr pour participer à l'opération.  620 000 kits d'aide à l'arrêt du tabac avaient été distribués.

Aucun chiffre sur le nombre de participants ayant arrêté de fumer après l'opération de 2016 n'a encore été communiqué. 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

28 réponses pour “Mois sans tabac : les hôpitaux relèvent le défi”

  1. Anne Rambois dit :

    Avec les déplorables conditions de travail des hospitaliers : les burn-out, suicides,l’ alcoolisme qui génèrent : accidents de travail, absentéisme , ne pensez-vous pas cette campagne contre le tabac est prétentieuse, et déplacée pour les hôpitaux ?

  2. Je veux aretter
    J’ai bcp réduis je suis passer de 15 à 2/3 cigarette par jour
    J’ai peur que réduisant ça m’aide pas pour L’ART et définitif qu’en pensez vous ?

  3. Cécil je te lance le défis!
    Lol vu l’état a l’aéroport , j’imagine pas les kilos que tu pourrais prendre ☺️

  4. bravo à tous ceux qui ont réussi ou qui “tiennent” ! pour ceux qui tentent et souhaitent une aide, essayez l’hypnose avec Emilie Evolution et Norbert Mestre et vous comprendrez !

  5. Sy Scie dit :

    grâce à la “diabolique” cigarette electronique j’ai arreter en une après midi alors que je fumais entre 40 et 60 cigarettes par jour depuis 22 ans et ça sans aucune motivation ( je voulais montrée que l’e cigarette c’était du n’importe quoi =D) si moi j’ai su le faire tout le monde peut le faire 😉

Réagir à cet article

retour haut de page
697 rq / 2,132 sec