Charlie Hebdo : des témoignages et une prochaine sortie à trois millions d’exemplaires

Arrivé sur place dès qu'il a appris qu'une fusillade avait éclaté dans les locaux de l'hebdomadaire, l'urgentiste, et chroniqueur de Charlie Hebdo, Patrick Pelloux a raconté aux médias, avec beaucoup d'émotion, la terrible journée qu'il a passé hier.

Charlie Hebdo : des témoignages et une prochaine sortie à trois millions d'exemplairesLe médecin n’était pas présent hier matin, lors de la conférence de rédaction du journal satirique, mais il est arrivé sur place quelques instants après la tuerie avec le médecin-chef des pompiers de Paris.

« Je ne vous décris pas ce que j’ai vu. Je vous décris plutôt ce que Charb aurait voulu que je vous dise. On va pas s’arrêter. Comme aurait dit Cabu, faut qu’on sorte un journal encore meilleur », a dit PatrickPelloux, en sanglots à l’antenne. « Donc on va le faire. Je sais pas comment, a-t-il poursuivi. On va l'écrire avec nos larmes. »

Évoquant les appels au rassemblement et à l'unité nationale du président François Hollande et du Premier ministre, Manuel Valls, le chroniqueur affirme qu'il ne faut pas céder devant la menace, « on n'en a pas la volonté ».

À propos de ses amis et collaborateurs de « Charlie Hebdo », Patrick Pelloux rappelle leur engagement contre « toute forme d'extrémisme, contre la connerie ».

« Avant qu'ils se fassent abattre, le débat, c'était savoir comment on lutte contre le racisme en France. Ils ont abattu des gens qui étaient en train de parler de la lutte contre le racisme », témoigne-t-il à l'antenne de France Inter. « Charb a dû se lever pour leur faire un bras d'honneur avant d'être abattu. »


Plus tard, sur I-télé, en parlant des blessés qu'il a secourus avant l'arrivée des secours,"Je ne les ai pas sauvés..." "Si, vous en avez sauvé plusieurs, vous le savez", tente de le réconforter Bruce Toussaint. Quand le présentateur d'iTele lui a demandé ce qu'il pensait faire dans les semaines à venir, Patrick Pelloux est apparu tout aussi désemparé: "Je sais plus, je ne sais pas j'ai perdu les miens." Patrick Pelloux a néanmoins appelé chaque Français à la mobilisation :"Chacun devant chez lui, au quotidien, doit faire vivre les valeurs de la République."

Gérald Kierzek, l'urgentiste, intervenant sur l'antenne d'Europe 1, était également sur les lieux après l'attentat pour soigner les victimes de la fusillade. "En arrivant, le médecin a découvert "une scène de carnage"."Très rapidement, on a trié les urgences absolues, les gens malheureusement décédés pour qui on ne pouvait plus rien faire", raconte le docteur Kierzek.

Le prochain Charlie Hebdo : un million d'exemplaires (actualisation : trois millions)

L'équipe restante de Charlie Hebdo se réunissait ce jeudi midi sur l'avenir du journal, a expliqué à l'AFP Gérard Biard, rédacteur en chef de l'hebdomadaire. La décision a été prise de sortir le journal (parution le mercredi) à 1 million d'exemplaires (huit pages au lieu de seize). La rédaction de Charlie Hebdo sera hébergé par Liberation. L'hebdomadaire satirique a notamment reçu des aides des groupes Canal+ et Le Monde pour permettre cette large parution. Presstalis, qui gère la distribution de journaux, a par ailleurs décidé de ne prendre aucune commission sur cette prochaine diffusion. Selon Les Echos, un fonds de 500 000 euros va être alloués à la rédaction. 250 000 euros seront prélevés du fonds de l'association Presse et pluralisme, créée en 2007 et gérée par les éditeurs de presse français. Ces derniers ont également convaincu Google d'allouer la même somme, d'après Les Echos, soit 250 000 euros provenant du fonds « innovation numérique de la presse » destiné à financer les projets innovants dans les médias français.

 

Une cagnotte de soutien

Sur le site leetchi.com, une cagnotte de soutien au journal a été lancée. D'après les organisateurs de la collecte, « l'intégralité des dons sera reversée pour assurer la pérennité du journal et venir en aide aux familles des victimes (à Charlie Hebdo ou une association légitime constituée par ses journalistes) ». Source : Le Monde

 

Les chirurgiens des cliniques suspendent leur grève

Le syndicat Le BLOC a annoncé dans un communiqué  avoir appelé l’ensemble des chirurgiens et anesthésistes libéraux « à suspendre le mouvement d’arrêt d’activité et à être immédiatement disponibles »« afin de pouvoir faire face à toute urgence sanitaire sur le territoire ».

 

Merci aux soignants

Quatre personnes en urgence vitale ont été prises en charge dans des établissements franciliens. Elles ont été opérées dans la soirée et restent actuellement hospitalisées. Sept personnes en urgence relative ont été transportées dans trois hôpitaux ; elles sont toutes à ce jour sorties. Un accompagnement spécifique de 65 personnes pouvant présenter un traumatisme psychologique a également été assuré par la Cellule d’urgence médico-psychologique de Paris (CUMP). Initialement prises en charge sur place, ces personnes ont ensuite été regroupées à l’Hôtel-Dieu où les proches des victimes ont aussi été accueillis. Les équipes de la Croix-Rouge et de la Protection Civile ont contribué à cette prise en charge. (Source ARS)

Cyrienne Clerc (avec Egora, Huffington Post, Le Quotidien du Médecin, Le Monde,...)

Ci-dessous : Patrick Pelloux à I Télé et France Inter

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Charlie Hebdo : des témoignages et une prochaine sortie à trois millions d’exemplaires”

  1. Au CISIH de l’hôpital Ste Marguerite, nous nous sommes recueillis pour une minute de silence; moment intense de communion entre êtres humains solidaires . Cette minute de silence à été interminable ,pesante, une immense tristesse m’a envahie laissant une larme poindre sur mes joues…ce silence avait une fin de non recevoir ….l’impression d’un état de mort apparente

  2. Félicitations. Il fallait le faire et nous l’avons fait aussi. Nous sommes Charlie.

  3. Infirmière de formation JE SUIS CHARLIE

  4. Et aussi parce que les soignants sont souvent en première ligne pour s insurger contre toute forme de violence..

  5. Bien sur que si c’est votre rôle comme c’est le rôle de tout le monde il faut en parler.quelle catastrophe!!!!!

  6. Nous sommes nombreux à avoir été touchés en plein cœur par cette sombre histoire… merci de relayer les informations s’y rapportant..même s’il ne s’agit pas de votre « domaine ».

  7. Lomy Tuslo dit :

    On ce bat pour garder notre liberté de panser. Ils ce battent pour la liberté de penser !!!! Rejoignons nos combats soyons unis. Nous serons plus fort !!!

Réagir à cet article

retour haut de page
264 rq / 2,452 sec