L’ordre des pharmaciens en faveur de la vaccination en officine

L’Ordre national des pharmaciens vient récemment de confirmer son positionnement en faveur de la vaccination à l’officine. La fédération des syndicats pharmaceutiques propose donc qu'elle soit mise en oeuvre. Sous conditions. 

L'ordre des pharmaciens en faveur de la vaccination en officineConfortée par diverses publications scientifiques et propositions politiques, la fédération des syndicats pharmaceutiques de France milite, depuis plusieurs années, en faveur de la vaccination en officine.

"La France est en retard dans ce domaine. Plusieurs pays (Royaume-Uni, Portugal, Irlande, Suisse, Tunisie, Etats-Unis, etc.) ont déjà autorisé la vaccination par le pharmacien, avec des résultats significatifs en termes de couverture vaccinale" explique Philippe Gaertner, président de la FSPF, dans un communiqué. 

Aujourd’hui, selon un sondage publié en avril 2016,  les Français se disent prêts à être vaccinés en officine.

"La FSPF rappelle que les pharmaciens n’ont pas vocation à pratiquer tous les vaccins et à vacciner tout le monde, mais souhaitent uniquement atteindre une population adulte qui ne consulte pas ou peu le médecin pour le rappel des vaccins déjà prescrits. Cette mission sera, bien entendu, accomplie en complément du travail déjà effectué par les médecins, infirmiers ou sages-femmes" ajoute la fédération de pharmaciens.

"Par sa proximité, sa disponibilité et son accessibilité, le pharmacien peut couvrir les besoins de tous ceux dont la démarche vaccinale est aujourd’hui rendue difficile et accroître la protection des populations, en réduisant les coûts induits par les pathologies ainsi évitées. La France se doit de renforcer sa capacité à enrayer toute insuffisance du taux de couverture vaccinale"

La mise en œuvre de cette mission nécessiterait plusieurs conditions, rappelle la FSPF : une formation des pharmaciens pour pratiquer la vaccination, aussi bien dans la formation initiale que dans le dispositif de formation continue. 
 
Il faudrait aussi que le pharmacien puisse disposer d'un local adapté à la vaccination assurant la confidentialité,  que "la rémunération soit adaptée" et que les pharmaciens aient le choix de cette pratique, explique la FSPF. 
 

Les réticences des autres professionnels

Les autres professionnels de santé, notamment les infirmiers libéraux et les médecins généralistes ont toujours été hostiles à la possibilité d'une vaccination en officine. Après avoir mené une campagne de lobbying auprès des parlementaires, le projet, qui devait figurer dans la loi de modernisation de notre système de santé, avait finalement été retiré. 

Outre l'aspect concurrentiel, les professionnels remettent en question les compétences spécifiques du pharmacien quant à l'administration d'un vaccin tout en s'interrogeant sur la responsabilité légale des officinaux ainsi que sur la traçabilité des produits.

Ces dernières années, plusieurs pays ont autorisé l'administration de vaccin par les pharmaciens. Le but annoncé : augmenter la couverture vaccinale de la population. Dans les pays où la vaccination en officine a déjà été mise en place, et selon plusieurs études, cet objectif a plutôt été atteint. C'est le cas par exemple au Portugal, où 1500 officines ont adhéré au principe. Depuis, la couverture vaccinale contre la grippe a fortement progressé.

Rédaction ActuSoins

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

30 réponses pour “L’ordre des pharmaciens en faveur de la vaccination en officine”

  1. solange granier dit :

    Lu sur Résilience :

    La guéguerre ordinale aura t-elle lieu ?

    L’ordre des pharmaciens se (re)positionne favorablement pour que certaines vaccinations obligatoires soient effectuées – en officine – sous certaines conditions. Après les dégâts causés par l’insuffisance de la ministre pharmacienne en retraite Roselyne Bachelot, il y a 7 ans, l’objectif d’une meilleure couverture vaccinale pourrait en être une raison. Mais est-ce la seule ?

    Cette idée ne semble pas convenir aux médecins et surtout aux infirmiers libéraux qui se verraient enlever, dès lors, une source de revenus non négligeable. On peut s’étonner, sans être surpris, de l’absence de réactions de l’ordre infirmier pour défendre les IDEL. Silence d’autant plus consternant que cette organisation prétend défendre la profession contre la majorité des 80% de non inscrites, 10 ans après la Loi de décembre 2006.
    Les infirmières libérales “vaches à lait ordinal” se retrouvent donc sans défense face à ce nouveau coup porté à leur exercice sans que cela n’émeuve le moins du monde. Il est vrai que beaucoup de dirigeants syndicaux sont aussi élus à l’ordre infirmier, aux URPS, à la Carpimko …

    Preuve supplémentaire, s’il en fallait, que l’ordre infirmier qui continue à faire doublon avec les services des ARS ne sert pas à grand-chose. Jamais là quand il le faut, présidé par un désormais retraité et dirigé par un juriste, poursuivant sa seule véritable mission : faire la chasse aux nouveaux diplômés en ventant la gratuité (?) de la “première année d’inscription”, rembourser ses emprunts à la banque avec les cotisations infirmières ou perdre (?), en Cassation, des procès qui coûtent une blinde aux infirmières, comme récemment dans “l’affaire des faux infirmiers alsaciens”.

    Plus que jamais, il convient de résister, par tous les moyens, pour ne pas se soumettre à ce qui ressemble de plus en plus à une farce ordinale interminable dans laquelle les intérêts sont tout, sauf infirmiers.

    RESILIENCE – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

  2. Ce n’est pas l’affaire des IDEL, mais de tous les infirmiers(ères). J’espère que l’Ordre National des infirmiers va mettre les pieds dans le plat ! Et fortement ! Je rappelle (et ne pense pas me tromper) mais les pharmaciens ne sont pas des soignants !!! Ils prodiguent des conseils, réalisent des préparations, dispensent des médicaments ( mais de soins) ! Par contre, un pharmacien d’officine se doit d’être aussi un bon vendeur pour faire du chiffre… Quand on sait ça, on a tout compris …

  3. Ils refusent que le paracétamol soit vendu en supermarché, il refusent de vendre les médocs à l’unité mais ils acceptent de piquer le boulot des autres ! Quelle bande de vautours !

  4. Et nous on peut vendre des médicaments ???!!!!
    Jte jure…

  5. Oui , objectif récupérer des parts de marché , c’est tous.

  6. hugh3 dit :

    Mais pourquoi ne pas utiliser les compétences des vétérinaires pour vacciner les humains?

  7. Ou comment détruire petit à petit un métier….pauvre France…pauvre gouvernement…pauvre lois
    Ah quand les IDE avec des stocks de médicaments et de produits pharmaceutiques dans leurs coffres?

  8. Ingrid PB dit :

    Je n’ai rien contre nos collègues pharmaciens mais à ce moment là. … il ne fallait pas faire pharmacie mais médecine !!! Faut mettre du beurre dans les épinards. .. n’est ce pas?

  9. Ingrid PB dit :

    Le début de la fin!!!! Tous les idels à l’échafaud! !!!

  10. Maat Hieu Ja dit :

    Ba voyons, volons les soins des IDEL, c’est pas comme si les pharmaciens étaient déjà blindés de thunes… Pis c’est bien, déjà que l’attente pour être servi dans une pharmacie se situe aux alentours de 20 min, ça va être encore plus pratique…

  11. eusebe dit :

    Les différents présidents ordinaux peuvent tirer cela à la courte-paille, ou bien organiser des duels, ou bien s’entendre pour se partager le butin…

  12. Anne Blaise dit :

    Je pense en plus qu ils ne vaccineront pas pr 6,3€ eux!!! Donc le gouvernement ne veut il pas faire des économies ???….

  13. Ben voyons !!!!
    On va vendre du paracetamol nous

  14. solange granier dit :

    Si j’ai bien tout compris, les infirmières payent ne cotisation à l’Ordre infirmier pour se faire ……..par l’Ordre des pharmaciens ?
    Le tout, bien évidemment, dans la plus grande confraternité.

  15. Je Rome dit :

    Cela necessitera aux pharmaciens d avoir un salle de soins et tte les obligations. Je trouve cela déviant de prodiguer des soins.. porte ouverte a tout type de soins (IM etc…)

    • Je Rome dit :

      Désolé mais même si je n exerce plus le metier d infirmier, cela me choque de déroger aux circuits du prescripteur, distributeur et exécutant. Je me souvient de la levée de bouclier lorsque le paracetamol pourrai etre vendu en grande surface sous prétexte du bon conseil (avez vous deja recu un conseil de bonne utilisation par le préparateur en pharmacie ?). ..alors pourquoi revendiquer des actes en dehors des champs de compétences d une corporation. …

    • Nicolas_Sanchez dit :

      Bonjour,
      Il reste sur la même ligne que depuis des années.
      L’ordre des pharmaciens a déjà émis un avis favorable pour la vaccination en officine en 2012.
      Et … Comme personne ne bouge vraiment depuis, il aurait tord de ne pas revenir à la charge.

  16. Anne Blaise dit :

    Je ne comprends pas!! Pourquoi ne pas étendre le champ des vaccinations aux IDEL?? Elles ont le local et les compétences ?? leur tarif…. Il est établi et presque insignifiant puisqu elles prodiguent déjà le vaccin de la grippe!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
331 rq / 3,660 sec