La “conciliation” médicamenteuse pour prévenir les erreurs dans les établissements de soins

La Haute autorité de Santé (HAS) a mené une expérimentation afin de lutter contre les erreurs médicamenteuses dans les établissements de soins, basé sur la "conciliation", un bilan médicamenteux établi à l'entrée dans l'établissement.

La "conciliation" médicamenteuse pour prévenir les erreurs dans les établissements de soins

©Inilusion/Fotolia

Une étude réalisée en 2009 a établi que 51,2 % "des événements indésirables graves" liés aux médicaments sont considérés comme évitables et 54,5 % ont motivé une hospitalisation, a rappelé la HAS lors d'une conférence de presse.

Ce sont pour moitié des erreurs médicamenteuses consécutives à l’organisation de la prise en charge du médicament, donc des erreurs évitables. Une des situations à risque observées dans les établissements est la non prise en compte du traitement personnel du patient lors de son admission à l’hôpital.

À ce sujet, l’expérimentation Med’Rec (Medication Reconciliation en anglais) a pour objectif de prévenir et corriger les erreurs médicamenteuses grâce à l'obtention d'une liste exhaustive de tous les médicaments pris ou à prendre par le patient avant son hospitalisation, qu'ils soient prescrits par le médecin ou pris en automédication.


>> LIRE AUSSI -Infirmière, infirmier, soignants : erreur n'est pas faute >>

Près d’une erreur médicamenteuse corrigée par patient

Concentrée sur les patients de plus de 65 ans (dans 9 établissements pendant 5 ans) elle révèle que cette conciliation a permis d’établir 46 188 divergences médicamenteuses (écart entre le bilan médicamenteux établi à l’admission et la prescription en cours) sur 27 447 patients « conciliés ». Ainsi 21 320 erreurs médicamenteuses ont été repérées - quasiment une par patient - et 23 381 changements de traitement étaient voulus mais non expliqués par le médecin  (divergences non documentées intentionnelles DNDI).

>> LIRE AUSSIPacte : s'engager pour réduire les incidents liés aux soins (événements indésirables associés aux soins eias) >>

Sans cette conciliation, 5% de ces erreurs auraient pu avoir des conséquences cliniques "graves" pour le patient, révèle l'expérience.

"On ne peut pas continuer à avoir des malades qui meurent parce que l'on ne connaît pas leur traitement médicamenteux", s'est insurgée Claude Rambaud, vice-présidente du Collectif interassociatif sur la Santé (CISS), représentant les patients. "Il faut dire aux patients de venir à l'hôpital avec leurs ordonnances", a poursuivi Mme Rambaud qui regrette que cette conciliation ne soit pas systématique.

La responsable milite pour que soit mis en place, comme aux Etats-Unis, un dispositif appelé "Blue Button", permettant de télécharger sur son portable les traitements et données essentielles des examens afin de pouvoir les partager avec les professionnels de santé à tout moment.

La HAS a de son côté indiqué qu'elle allait mettre en place un guide afin d'accompagner la mise en œuvre de la conciliation médicamenteuse dans les établissements de santé.

>> LIRE AUSSIGestion des risques : déclarer et analyser les événements indésirables est essentiel pour réduire les risques associés aux soins >>

Cyrienne Clerc avec AFP et Jim.fr

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “La “conciliation” médicamenteuse pour prévenir les erreurs dans les établissements de soins”

  1. fpesty dit :

    Ce n’est pas un guide qu’il faut faire. Mais il faut charger la HAS dans le cadre de la certification des logiciels hospitaliers d’aide à la prescription d’exiger des éditeurs la construction d’un module d’aide à la conciliation médicamenteuse du malade entrant (et aussi sortant) s’appuyant sur les données de l’historique des remboursements (de médicaments) disponibles sur les serveurs de l’assurance maladie pour 95% des françaises et des français. C’est justement ce que proposait un amendement au Sénat qui a été rejeté par la Ministre : http://www.senat.fr/enseance/2014-2015/654/Amdt_1000.html Voir aussi l’article : http://www.optimiz-sih-circ-med.fr/Pages/Actu.aspx#26 Ubuesque !!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
304 rq / 10,554 sec