IDEL Infirmière libérale : de nombreuses “opérations escargot” aujourd’hui. Reportage à Marseille

Avant la grande manifestation nationale lundi à Paris, les infirmiers libéraux ont mené des opérations "escargot" aujourd'hui dans les grandes villes de France. A Marseille comme ailleurs, les professionnels se sont fait entendre. 

Infirmiers libéraux : de nombreuses "opérations escargot" aujourd'hui.

Départ CPAM, Arrivée ARS. Des lieux symboliques pour les infirmiers libéraux.

Ils étaient quelques dizaines, devant le siège de la CPAM de Marseille, à protester contre la loi de Santé, qui sera prochainement votée à l'Assemblée Nationale. Rassemblés à l'appel de Convergence Infirmière, de l'ONSIL et de la FNI, les infirmiers libéraux ont voulu marquer le coup et se faire entendre en dirigeant un cortège de voitures roulant à très faible vitesse jusqu'à l'Agence Régionale de Santé, où une délégation a finalement été reçue. "On s'est organisé de façon à pouvoir travailler aujourd'hui tout en informant la population et les patients de notre démarche. C'est la raison pour laquelle nous avons organisé partout en France des opérations escargot. Les professionnels qui le peuvent, montent à Paris pour le grand rassemblement de lundi" a expliqué François Delboy, du syndicat Convergence Infirmière. Depuis aujourd'hui et jusqu'au 16 novembre, les infirmiers se sont en effet engagés à travailler, mais n'acceptent pas les nouvelles prises en charge. Le but étant aussi d'engorger les services d'urgences hospitalières.

L'existence de la profession est menacée selon les syndicats

Infirmières libérales : de nombreuses "opérations escargot" aujourd'hui.Si les infirmiers libéraux sont en colère, c'est parce que la loi Santé menacerait leur avenir.

"Marisol a dit de façon informelle en commission qu'elle donnait 2 ans aux Infirmières libérales. Ce qui signifie que dans 2 ans, il est très probable que l'exercice libéral au sein  de la profession, n'existe plus" s'est inquièté François Delboy, en tête du cortège.

Le développement des maisons de santé, prévu dans la loi, impose aux infirmiers libéraux de se regrouper en communauté territoriale de praticiens  de santé.  "Les infirmières appartiendront automatiquement à une Maison de Santé. Et le risque, comme les maisons de santé ont la possibilité de salarier leurs infirmières et qu'elles ont un budget alloué, c'est que du jour au lendemain, elles n'aient plus aucun autre choix que d'accepter ce salariat. Car, déjà maintenant, les infirmières qui décident d'aller dans les maisons de santé, même en gardant leur statut libéral, signent une clause de non-concurrence et ne peuvent pas récupérer leurs patients si elles décident d'en sortir" a complèté Christophe Barcelo de la FNI, présent aussi pendant la durée de l'opération.

Les patients, selon les revendication syndicales, risqueraient eux, de ne plus pouvoir bébéficier du libre choix de leur praticien.

Les infirmiers n'ont pas été consultés

Infirmières libérales : Vers 14h, le cortège a bloqué l'avenue du Prado, axe principal de Marseille.

Vers 14h, le cortège a bloqué l'avenue du Prado, axe principal de Marseille.

"La seule chose avec laquelle on est d'accord dans la loi de Santé, c'est le maintien de l'Ordre" analyse Carole Boff, adjointe à la présidente régionale de la région PACA de l'ONSIL. Les 3 syndicats représentés, et la centaine d'infirmiers sur place, ont réclamé "le retrait pur et simple" de la Loi de Santé. D'autant que celle-ci impliquerait "des dérives". Exemple donné : celui de la réingènierie des professions aide-soignante et auxiliaire de puériculture, actuellement en étude à la DGOS. "Tout cela rentre dans la logique de la loi de Santé. Ce sont les assurances qui vont payer les maisons de santé et donc ils voudront faire des économies. Ils espèrent confier des tâches infirmières à des personnes moins qualifiées pour que cela coûte moins cher" explique Carole Boff. "Le problème, c'est que Marisol Touraine a mené son projet dans son coin, sans nous consulter" clamait aussi une infirmière libérale sur place. "Si on nous implique dans un projet de loi, on est capable d'apporter des solutions, mais il faut nous solliciter. Dans ce cadre, ce n'a pas été le cas".

Infirmières libérales : loi santé marisol m'a tuerDans le cortège bloquant l'avenue du Prado, axe routier principal de Marseille, les infirmiers et infirmières étaient nombreux à afficher le même désarroi. Outre les professionnels adhérents aux 3 syndicats, des infirmiers isolés, membres ou non de collectifs (comme celui de lu groupe Facebook La Grève c'est maintenant) étaient présents pour manifester une colère qui ne cessera pas si la loi est votée.

Malika Surbled

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
231 rq / 2,015 sec