Un patch connecté qui surveille les patients à distance

Le réseau StudioSanté, coordinateur de soins ville/hôpital a créé la première plateforme de santé numérique qui met en relation patient et professionnel de santé. Parmi les dispositifs utilisés : un patch connecté qui permet d'avoir accès à distance aux constantes des patients sans qu'ils soient branchés à un quelconque monitoring. 

Un patch connecté qui surveille les patients à distanceLe patch, sans fil, sera disponible courant du 1er trimestre 2016. Il est supposé "faciliter la surveillance à distance" tout en agissant en "temps réel" explique le réseau StudioSanté.

Le concept est simple : un patch à usage unique sans fil est collé sur le torse du patient, au niveau du coeur. "Les patients pourront dorénavant suivre l'efficacité de leurs propres traitements à partir d'un smartphone, d'une tablette ou d'un ordinateur" explique StudioSanté.

Leur médecin et/ou une plateforme de santé numérique auront également accès en temps réel à leurs constantes vitales, ce qui permettrait de suivre la fréquence cardiaque ou la température à distance. "Il devient donc possible pour les praticiens de constater à distance une infection, un traitement qui n'agit pas , anticiper la détresse respiratoire des patients sous morphine, leur niveau d'activité ou encore leur niveau de stress face aux traitements médicamenteux. Par exemple, le patch peut aider à détecter une complication potentiellement mortelle, telle que la septicémie en associant la température cutanée, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire d'un patient".

Rédaction ActuSoins

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

26 réponses pour “Un patch connecté qui surveille les patients à distance”

  1. infinidel dit :

    Les réactions était les mêmes quand le téléphone portable est arrivé… Super idée!! Cet outil doit être en assistance aux idels, rassuré les médecins hospitaliers sur les soins, et coordonner les informations plus rapidement pour que nous puissions alerter avec moins de barrière, je suis pour à 100%.

  2. Marie Dicule dit :

    Bientôt on nous foutra une puce dans le C** dès la naissance !!! Le problème sera réglé, on nous gérera à distance

  3. Laure Vié dit :

    Si ils prennent des infirmières pour une surveillance à distance…je postule!!

  4. Pour!! A bon escient évidemment
    Si on ne laissait pas la place au progrès on prendrait la tension en manuel et la ventilation assistée le serait toujours au ballon

  5. Bien sur que ca ne remplacera jamais une surveillance clinique… Je pense qd même que c’est un outil qui a du potentiel. Aussi en milieu hospitalier, car il laisse une plus grande liberté de mouvement que le monitoring habituel.

  6. Caroll Boff dit :

    Ben faut pas que ca beug ou coupure de reseau ca peut aider mais ne templacera pas l efficacite des soignants

  7. MC Kikine dit :

    En cas de problème qui est responsable ? Cela ne replacera jamais l’expérience des Idel

  8. l’infirmière libérale de demain … je ris jaune… mais alors une chose jamais plus jamais ne venez me parler de qualité de soin

  9. Niko Bro dit :

    Il y a quelques années, quand je disais que bientôt la salle de réveille se passerait dans ta chambre, on me riait au nez.

  10. Moi je vote pour que les gens arrêtent d’être malades ou alors que les patients s’opèrent eux-même, là on fera de vraies économies… (** fatiguée de voir le quantitatif et le médiocre prendre le dessus sur le qualitatif et le respect de la santé du patient **)

  11. N importe quoi ! Bientot les patients s operont seul chez eux pfff..

  12. Et si le patient a un problème. .. il se passe quoi???

  13. Seb Gonzy dit :

    Et la place des IDE dans le suivi des patients post op ambulatoire cela serait une piste intéressante. A moins que les IDEL ne coûtent trop chers…

  14. Niko Bro dit :

    Du moment que ça permet de dégager les patients toujours un peu plus tôt. Tout est bon…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
260 rq / 1,750 sec