La greffe d’Uterus expérimentée en France

Les greffes d'utérus vont être expérimentées en France. L'ANSM (Agence nationale de sécurité sanitaire du médicament) a officiellement accepté l’essai clinique porté par l’équipe de gynécologie obstétrique du CHU de Limoges. 

La greffe d'Uterus expérimentée en FranceLes femmes nées sans utérus ou ayant subi une hystérectomie, pourraient bientôt donner naissance après avoir reçu un utérus prélevé sur une donneuse en état de mort encéphalique. Selon l'Agence de presse médicale, 200 000 femmes souffrant de ce type d'infertilité seraient concernées en Europe.

L'essai clinique qui va être mené par le CHU de Limoges, va porter sur 8 femmes volontaires, recrutées au niveau national, avec des critères de sélection très stricts. Les patientes devront avoir entre 25 et 35 ans, ne jamais avoir eu d’enfants et être en bonne santé.

"L’acceptation par l’ANSM ne représente qu’une des étapes de la réalisation de ce projet qui a débuté dès 2007" explique le CHU de Limoges dans un communiqué. En 2009, le Dr Piver et l’équipe de Limoges, avaient en effet permis les premières naissances en France après autogreffe de tissus ovariens cryopréservés.

En Suède, la greffe d'utérus a fait ses preuves

Actuellement, seule la Suède a obtenu des naissances (4 bébés nés) après greffe d’utérus, à partir de donneuses vivantes. L’équipe pluridisciplinaire limougeaude a choisi quant à elle, de pratiquer des greffes d’utérus à partir de donneuses décédées. Ceci pour éviter d’exposer des donneuses vivantes à des complications chirurgicales, dans la mesure où il s’agit d’un organe non vital pour la patiente receveuse.

En septembre, un groupe de chercheurs britanniques a, de son côté, indiqué avoir reçu le feu vert pour lancer un essai sur une dizaine de femmes au Royaume-Uni. Elles recevront un utérus prélevé chez des donneuses en état de mort cérébrale. L’étude devrait commencer dès 2016 si l’équipe réussit à réunir les fonds nécessaires.

Actuellement, les transplantations d’utérus sont le seul traitement envisageable pour les infertilités d’origine utérine. Et seraient une alternative à la gestation pour autrui (interdite en France) .

 Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

8 réponses pour “La greffe d’Uterus expérimentée en France”

  1. RK Mat dit :

    Ça reste une greffe….et les contraintes qui vont avec.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
232 rq / 1,890 sec