Infirmière libérale : Dialyse à domicile une solution exigeante mais facilitatrice pour les patients

Les patients atteints d’insuffisance rénale peuvent avoir recours à la à domicile. Une prise en charge qui requiert certaines conditions et une formation spécifiques des infirmiers libéraux.

©ErikaMitchell/iStock

©ErikaMitchell/iStock

Lorsque l’un de ses patients a été contraint de suivre une péritonéale, le cabinet de Jean Le Cheviller, infirmier libéral dans le 18e arrondissement de Paris, a décidé de se former à cette pratique afin de poursuivre sa prise en charge.

« Nous avons été formés à l’hôpital Bichat au service de néphrologie pour mettre nos connaissances à jour », souligne l’infirmier. L’hôpital lui a alors proposé d’autres patients. « Cela fait maintenant 15 ans que nous prenons en charge des patients pour des dialyses péritonéales », indique-t-il.

De son côté, Sébastien L’Homme, infirmier libéral à Montreuil, a découvert la dialyse lorsqu’il était infirmier à l’hôpital Beaujon.

Après s’être installé en libéral avec quatre de ses collègues, ils se sont formés avec l’Association pour l'utilisation du rein artificiel en région Parisienne (AURA). « Un coordonnateur vient contrôler notre cabinet afin de s’assurer que nous effectuons les bons gestes, précise-t-il. Il s’agit d’un garde-fou pour le respect des normes. »

Contrairement à l’ très contraignante pour les patients qui doivent se rendre trois fois par semaine à l’hôpital, la dialyse péritonéale permet aux patients de rester à domicile.

Cependant, « des enquêteurs se déplacent pour être sur que le domicile est apte pour la dialyse péritonéale, rapporte Sébastien L’Homme. Il y a une hygiène à tenir qui est rigoureuse et compliquée. Il faut une pièce dédiée et une zone de stockage du matériel.»

Formation

« On apprend à manipuler les poches, explique Jean Le Cheviller. Les méthodes évoluent et sont différentes en fonction des laboratoires. La base d’hygiène est identique mais la connectique varie. Nous sommes donc formés à tous les dispositifs vendus par les laboratoires, ainsi qu’au fonctionnement de la machine de dialyse la nuit. »

La plupart du temps, l’hôpital forme également la famille ou le patient, à la dialyse péritonéale. « Il doit être apte à se brancher et à se débrancher en cas d’urgence lorsque nous ne sommes pas là », fait savoir Sébastien L’Homme.

« Nous avons une action de formation à l’égard du patient en fonction de son état de santé, poursuit Jean Le Cheviller. On lui répète ce qui lui a déjà été enseigné à l’hôpital mais qui est important, à savoir l’hygiène des mains, la propreté de la pièce, l’importance qu’il n’y ait pas de courant d’air quand on fait la connectique. »

Les infirmiers adressent également aux patients des conseils d’hygiène alimentaire afin qu’ils évitent de manger trop salé et ils les encouragent à avoir une activité physique.

Se faire remplacer

« La technicité de cette pratique n’est pas très compliquée mais elle demande une certaine rigueur », soutient-il. Pour l’infirmier, l’avantage de cette prise en charge est de permettre des échanges avec l’hôpital, de travailler en bonne collaboration avec un service et d’être au courant de l’évolution des technologies.

La seule contrainte pour le cabinet est de trouver des remplaçants qui soient formés à cette prise en charge. « Un infirmier non formé ne peut pas me remplacer. Nous avons d’ailleurs parfois des soucis. Il y a des professionnels de santé qui refusent d’aller dans cette direction car ils savent qu’ils seront coincés », souligne Sébastien L’Homme.

Laure Martin

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

22 réponses pour “Infirmière libérale : Dialyse à domicile une solution exigeante mais facilitatrice pour les patients”

  1. Lusitano dit :

    Les soins techniques à domicile comme la dialyse péritonéale ou autres sont très valorisants pour les IDEL mais il ne faut pas rêver ! malheureusement si certains ont eus l’idée d’en créer des HAD avec le soutien de l’état c’est justement parce que certains/nes d’entre nous ne se sont jamais intéressés de se remettre en question au niveau technique préférant même parfois faire du nursing que des GESTES INFIRMIERS. Nous ne pouvons en être crédible que si nous montrons une certaine cohérence et surtout une compétence certaine. Ce n’est comme cela que nous ferions disparaître les HAD.

  2. Pourquoi une hospit à domicile pour la DP ?
    Arrêtons de mettre de l HAD comme parapluie, les libéraux ne sont pas des sagouins non plus !!!!

  3. Pas besoin d had pour ça effectivement c est pas pour tout le monde mais la dyalise standard appliquée à TOUS… elle remplie bien le porte monnaie de TOUS les centres d hémodialyse….

  4. ce sont des patients qui pourraient être pris en charge en hospitalisation à domicile….

  5. Perso, c’est une très bonne solution pour des personnes autonomes physiquement et psychologiquement ou en institution avec un personnel formé à cette technique… Mais malheureusement, sous prétexte de développer la prise en charge à domicile, on ne regarde pas vraiment dans quelles conditions cette technique sera appliqué!!

  6. En 1993.94, j’en faisais aussi, plus facile à vivre au quotidien

  7. Ne peut pas être proposée à tt le monde c’est une alternative à court terme entre 5 et 10 ans

  8. Marie Hivert dit :

    c est pas de aujourd’hui que ça existe. Il y a 16 ans on prenait déjà en charge des dialysés péritonéale à domicile. Et pendant mes études (promo 90 – 93) j ai fait un stage à l’hôpital en néphrologie ou il faisait des dialysés péritonéale.

  9. Séby Jy dit :

    Les patients hémodialysés ne peuvent pas tous bénéficier de ce type d’épuration.

  10. liberté connais depuis 1983 ma mère était sous ce type de dialyse

  11. Et oui … Pourtant de moins en moins proposé aux patients ?! On se demande bien pourquoi?! …. la cour des comptes a identifié cette dérive … Mais qu en ressortira t il de leur conclusion ?! Intérêt du patient ou intérêt financier !?

    • Tout le monde ne peut pas en bénéficier. Souvent proposée à des personnes jeunes en attente de greffe ou chez des patients âgés ayant des problèmes avec l hémodialyse. Ce qu’il faut savoir c’est que la dialyse péritonéale n’est pas une solution à long terme entre 5 et 10 ans maximum. Je viens de prendre un patient en charge et un autre est prévu pour le mois d’août.

    • Madame Marie-Christine Portelli Fayd’herbe vous avez la chance de travailler dans un secteur où les nephrologues sont intelligents….Il y a des endroits où on préfère faire dépenser du taxi. .. Pour remplir les caisses de centres de dyalises et (nécessaires) sans tenir compte du souhait des patients…. La réponses des nephrologues lorsque les patients posent la question ❓ mais ici on ne fait pas… Voilà voilà.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
276 rq / 1,711 sec