Code de déontologie des infirmiers : le gouvernement devra le publier avant la fin 2015

Véritable serpent de mer depuis cinq ans, le Code de déontologie, bloqué dans les dossiers du ministère, devra être publié avant de la fin de l'année. Une décision du Conseil d’Etat fortement attendue à l'Ordre infirmier.

Conseil-dEtat-250x234Un arrêt du Conseil d’Etat du vendredi 20 mars fait en effet injonction au Premier ministre de publier le décret édictant le code de déontologie avant le 31 décembre 2015, sous peine d’astreinte de 500 euros par jour de retard.

Cette obligation résulte du code de la santé publique (article L. 4312-1) qui prévoit que le Conseil national de l’Ordre prépare "un code de déontologie qui énonce, notamment, les devoirs des infirmiers dans leurs rapports avec les patients, les autres membres de la profession et les autres professionnels de santé".

Les incertitudes sur l'avenir de l'Ordre infirmier - qui semblent s'éloigner - et les relations tendues avec le ministère - qui désormais se "réchauffent", selon Karim Mameri, secrétaire général de l'Ordre - expliquent en grande partie que ce texte ait été bloqué... pendant cinq ans !

Le gouvernement devra cette fois faire vite, le texte devant passer devant plusieurs instances comme le Conseil d'Etat ou l'Autorité de la Concurrence avant publication.

L’Ordre renouvelle son souhait de travailler main dans la main avec le ministère chargé de la santé pour une mise en application de ce Code dans les meilleurs délais.

Un texte clef pour la profession

« Avec ces règles pour la première fois élaborées par des infirmiers pour des infirmiers, notre profession se dote d’une déontologie adaptée aux évolutions récentes considérables de la place des infirmiers et de leur rôle dans le système de santé, ce qui constitue une véritable garantie de confiance avec les patients et les usagers » explique Didier Borniche, Président de l’Ordre.

Une nécessité que l’Ordre souhaite rappeler avec une certaine urgence quand on sait que les règles professionnelles des infirmiers datent de 1993 et n'ont pas été mises à jour depuis, alors que la législation sanitaire a considérablement évolué depuis vingt ans dans des domaines aussi fondamentaux que les droits des malades, la prise en charge de la douleur, la fin de vie ou la formation des soignants.

La profession infirmière est elle-même en complète mutation, comme en témoigne le projet de loi actuellement débattu à l’Assemblée nationale qui vise à créer notamment le nouveau métier d’infirmier en pratiques avancées.

"Il s'agit d'un texte qui qui doit vivre avec la profession, qui sera revu en fonction des jurisprudences, des décisions de conciliation", ajoute Karim Mameri.

Cyrienne Clerc

Les sujets abordés dans le Code de déontologie des infirmiers (lire le projet) :

  • Les rapports avec les patients
  • Les rapports des infirmiers entre eux et avec les autres professionnels de santé
  • Les règles d’exercice professionnel (prescriptions, dossier infirmier, protocoles thérapeutiques, avantages en nature missions d'expertise...)
  • Règles relatives aux différents modes d’exercice.

Ex d'articles articles (susceptibles de modifications avant publication) :

Art 9 : L’infirmier s’abstient, même en dehors de l'exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci. En particulier, dans toute communication publique, il doit faire preuve de prudence dans ses propos et ne mentionner son appartenance à la profession qu’avec circonspection. (avis aux adeptes des réseaux sociaux !)

Art 22 : L’infirmier a le devoir de mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition pour assurer à chacun une vie digne jusqu'à la mort. Il a notamment le devoir d’aider le patient dont l'état le requiert à accéder à des soins palliatifs et à un accompagnement.

Art 72 : Un infirmier ne doit pas s'installer dans un immeuble ou à proximité immédiate du cabinet d’un autre infirmier sans l'accord de celui-ci ou, à défaut, sans l'autorisation du conseil départemental de l'ordre.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

69 réponses pour “Code de déontologie des infirmiers : le gouvernement devra le publier avant la fin 2015”

  1. Sansebastien dit :

    Si cela est vrai, ils sont dans leur rôle de défense du Diplôme d’Etat d’infirmière, c’est d’ailleurs à une des missions d’un ordre professionnel.
    Pour les AVS ou les AS qui veulent faire des soins infirmiers; je n’y suis personnellement aucunement opposé sous réserve qu’elles satisfassent aux épreuves du DE d’infirmier…

  2. solange granier dit :

    Il paraît que messieurs Borniche et consorts font la navette entre le Conseil d’Etat et l’Assemblée Nationale pour empêcher que les AVS et les AS ne puissent nous piquer notre job. Pas grave me direz vous, notre “honneur et sain et sauf”. Ils ont fait condamner Valls et Touraine le 23 mars dernier sur le code débile de déontologie infirmière, peut être sommes nous entrain de payer les pots cassés par l’ordre infirmier ??? Qui sait ???

  3. Sansebastien dit :

    Aujourd’hui nous sommes le 1er avril————————————–> Bonne fête Hugues.

  4. hugues dechilly dit :

    tu va pas perdre ton temps …. mais tu persistes …
    moi je ne t aime pas …

  5. Sansebastien dit :

    @ toi mon Hugues,

    Franchement tu me fais de la peine, je ne vais pas perdre de temps à te répondre.
    Et tu me trouves grotesque! Mais relis ce que tu écris, c’est toi qui est pitoyable…

    Je t’aime quand même cher confrère
    PS: parfois rasé parfois pas, mais toujours élégant, comme dans mes propos.

  6. hugues dechilly dit :

    @ sansebastian :

    ben le voilà qui fait sa précieuse maintenant … manquait plus que cela …
    donc si tu ne nous prends pas pour des c… et si tu ne te caches pas derrière un pseudo, ton vrai nom c est donc sans sebastian, elle est bien bonne celle la : GROTESQUE personnage !
    pauvre de nous et ce sont des gens comme toi, qui n ont pas le courage de donner leur identité pour affronter leurs opposants qui préfèrent se planquer ou alors régler leurs comptes en chambre disciplinaire, laver le linge sale en famille comme on dit …
    je ne suis pas ici pour ou aimer ou ne pas aimer des pseudos, contrairement à toi …
    je suis là pour combattre des idées ordinales absurdes et rien que ce que tu écris en est la preuve …
    pour le reste, la justice est longue à traiter les dossiers mais nous sommes (très) confiants pour la suite des plaintes que nous avons déposé ici et là afin que le droit reprenne sa place sur le tordu …
    bonne semaine malgré tout et bien con fraternellement …
    (excuses moi, je te fais pas la bise … si je me souviens bien, tu es toujours mal rasé)

  7. Sansebastien dit :

    Salut à toi Hugues!

    Cela me fait grand plaisir de voir que tu commences à te remettre de la claque marseillaise que tu as reçu il y a quelque temps.
    Je ne me cache pas derrière un pseudo, mais je préfère faire dans le discret tu vois.
    Tu sais comment son tes camarades syndiqués, tout à ton image dans l’invective et l’insulte tel que tu viens de nous en faire la démonstration une nouvelle fois.
    Je sais que tu ne m’aimes pas, c’est normal j’ai l’outrecuidance de penser différemment de toi, c’est d’ailleurs bien cette intolérance qui caractérise la race humaine et qui est responsable des malheurs de notre humanité, et même toi à ton petit, tout petit niveau, tu y apporte ton grain de sable.
    Soit en fier si cela te donne le sentiment d’exister, moi je n’en ai pas besoin, j’ai plus de respect pour mes consœurs et confrères, même pour toi, et c’est pour cela que je te salue confraternellement et non con fraternellement.

  8. hugues dechilly dit :

    hugues dechilly est là et, lui, ne se cache pas … san sebastian !
    pour mémoire ton code débile interdit l utilisation de pseudo, article 52, si tu étais en phase avec tes revendications ordinales, tu arrêterais de te cacher lâchement derrière ce pseudo ridicule …
    pour le reste, Résilience est là, et bien là … et ses adhérents ont tout à fait le droit, même le devoir, de diffuser les infos de Résilience, n en déplaise …
    pour ce qui est d être pris au sérieux, la prose diffusée cette nuit par ton président nous fait beaucoup rire, les députés aussi … il devrait se lâcher plus souvent
    bien con fraternellement à toi …

  9. Sansebastien dit :

    Solange Granier,
    infirmière et membre du syndicat Résilience.
    Esr ce réellement utile de le rappeler?
    Tout comme Motarde de Dijon…
    Derrière quel pseudo se cache maintenant Hugues le damné, pardon, le condamné?
    Les aficionados de Résilience sont faciles à reconnaître, en général ils en font des tonnes, à croire qu’ils n’ont que ça à faire ou bien qu’ils utilisent leur temps de détachement de service pour nous pondre leur prose. Avec de tels zozios, c’est sûr que la profession ne risque pas d’être pris au sérieux!

  10. solange granier dit :

    Au fait, qui est l’auteur de cette prose infirmière ordinale ? Aura t-il ou elle assez de courage pour assumer ses écrits ???

  11. solange granier dit :

    Petite liste, non exhaustive, des plaintes actuellement en cours de traitement par la Justice, déposées par Résilience contre l’ordre infirmier ou certains de ses dirigeants :

    plainte déposée auprès du Procureur de la ville de Paris, contre l’ordre national infirmier pour escroquerie en bande organisée le 05 avril 2013

    plainte déposée le 23 décembre 2012 auprès du Procureur de la ville de Lyon, contre la maman du secrétaire général de l’ordre infirmier du département du Rhône pour usurpation de la qualité professionnelle infirmière

    plainte déposée le 24 mars 2014 auprès du Procureur de la République de la ville de Rochefort contre un membre de la famille de ce même monsieur devenu président de l’ordre départemental du Rhône pour usurpation de la qualité professionnelle infirmière

    plainte déposée auprès du Procureur de la ville de Lyon le 24 mars 2014, contre le même monsieur, pour récidive à l’incitation d’usurpation de la qualité professionnelle infirmière

    plainte le 18 mai 2010 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) au sujet de l’aspect intrusif du questionnaire visant à obtenir une inscription à l’ordre infirmier

    plusieurs autres plaintes les 08 août et 15 novembre 2011, 23 juillet et 04 octobre 2012, 20 juin et 11 décembre 2013, 21 janvier 2014, toutes en lien avec des pratiques supposées délictueuses de l’ordre infirmier ou de certains de ses dirigeants qui cumulent, les fonctions ordinales et syndicales

    à suivre !

  12. solange granier dit :

    Je ne crois pas qu’il faille accorder, plus que de raison, une importance peu méritée aux propos des ordinaux qui viennent ici déverser leur bile pro ordre. Ils vont très certainement avaler leur lexo de travers quand ils apprendront que le chef des terroristes parisiens a obtenu son diplôme d’Etat infirmier, hier mercredi, au nez et à la barbe de l’ordre infirmier. Mettant, très manifestement, la direction de cet IFSI dans un “embarras plus qu’embarrassant” !

  13. Manou Mms dit :

    Code fait par des cadres assis ou en reunionites….c est pareil .pour des travailleurs forcats

    • lisettegourcuff dit :

      Pourquoi dites-vous cela ? C’est gratuit et infondé. Il y a plusieurs libéraux, des infirmiers de santé au travail, des infirmiers scolaires par exemple.
      J’ai du mal à comprendre ce besoin de déverser son fiel sur Internet comme ça.

      • dachs dit :

        Il me semble que les infirmiers, dont je suis, ont bien des raisons de ne pas vouloir de cet ordre : d’abord, ils n’ont rien demandé et on leur impose d’adhérer et de cotiser pour une organisation répressive, menaçante et sans intérêt pour la profession ; ensuite, ils doivent recevoir de prétentieuses leçons de morale, des moqueries et des menaces d’être dissous s’ils n’acquiescent pas à la pensée réactionnaire et passéiste des prétendus représentants de la profession.

        Quant au code, quelle tristesse !!

  14. Motarde de DIJON dit :

    Je cite Sancho :
    « Donc on doit juste éviter de médire sur ses paires »
    Correction : sur ses pairs (sans ‘’e’’) – Les pairs sont ceux qui occupent le même rang, qui sont égaux selon le dictionnaire de l’Académie Française. Exemple : Etre jugé par ses pairs…

    Je cite Sancho encore: « je suis sûre que depuis cinq ans, votre syndicat, productif pour la profession, a faite des propositions à l’ordre national pour modifier des articles qui vous semblent à vos yeux aberrant ».
    Correction :
    (1) votre syndicat a fait (sans ‘’e’’) – Accord de genre !
    (2) des articles qui vous semblent aberrant (il faut ajouter un ‘’s’’ à l’adjectif aberrant quand il définit un nom au pluriel). Exemple : Un con débile, des cons débiles.

    Nota bene : le vocable « débile » peut s’employer parfois comme un adjectif, parfois comme un nom commun. Exemple : un débile (nom commun) – Un Code de Déontologie débile (là, débile est un adjectif). L’adjectif, c’est un mot que l’on rajoute pour définir ou qualifier un nom commun ou un nom propre. Il s’accorde au nom commun au singulier comme au pluriel, au féminin comme au masculin. Exemple : Charlie est débile (Charlie est un nom propre et débile est un adjectif).

    Mes diverses remarques :

    Primo : Si le Code de Déontologie des Infirmiers est rédigé à la manière de Sancho, qui en est le plus ardent défenseur, bonjour les dégâts grammaticaux !!! Et les conséquences judiciaires, n’en parlons pas.

    Secondo : si l’article 52 du très attendu Code de Déontologie des Infirmiers interdit à tout membre de cette honorable profession de se dissimuler derrière un pseudo, ‘’Sancho’’ sera probablement sanctionné par l’Ordre pour avoir caché sa réelle identité.

    Tercio : Madame la Ministre Marisol TOURAINE et son supérieur hiérarchique sont ravis d’être condamnés à 3000€ d’amende et de 500€ d’astreinte par jour de retard, si fin décembre 2015 ils ne se soumettent pas aux injonctions du Conseil d’Etat qui exige que le Code de Déontologie des Infirmiers soit validé.

    Il est vrai que 3000€ de dommages et intérêts et 500€ d’astreinte journalière à partir de janvier 2016 au profit de l’Ordre National des Infirmiers, ça n’est pas rien dans le budget de l’Etat en regard des déficits actuels. C’est le contribuable qui régale.

    D’ici à ce que Messieurs HOLLANDE et WALLS et Madame Marisol TOURAINE se fâchent et mettent l’Ordre des Infirmiers en mode facultatif selon leurs promesses, il n’y a qu’un pas…

    • solange granier dit :

      Et ce n’est pas rien, non plus, dans le budget de l’ordre infirmier qui est toujours en déficit, sur endetté auprès de sa banque et qui ose présenter des bilans à presque 3 millions de bénéfices. Va comprendre …

      • lisettegourcuff dit :

        C’est Résilience qui doit être envieux, lui qui vient encore d’être condamné à payer 3000 € dont 1500 € à l’Ordre. Ils auront largement réglé leur cotisation les Dechilly and co. Ah ah ah !

        • dachs dit :

          Vous, la dame de l’ordre, qui semblez bien informée, pouvez-vous nous rappeler ce qu’avaient réclamé le grand archiprêtre et ses vicaires ? Petite défaillance de mémoire passagère ? Alors je vais vous aider : 20000 euros X 2 et la dissolution pure et simple du syndicat infirmier Résilience…
          Sachez aussi que les cotisations syndicales (et dons) donnent droit à un crédit d’impôt de 66 % des sommes versées, alors quelque part, vous payez un peu de ces amendes par vos propres impôts.
          Et puis, ce n’est pas très déontologique de se moquer de ses confrères, l’éthique, c’est pour les autres, c’est cela ?

    • lisettegourcuff dit :

      Walls ? Notre catalan est-il devenu anglais ?

    • sancho dit :

      Bonjour et merci pour la correction des 3 fautes.
      La prochaine fois, transmettez-moi ces dernières par mail privé pour ne pas encombrer les forums, qui sont déjà envahis de propagande “syndicale” et d’appel au don.
      Mais peut-être que ces corrections publiques sont des attaques gratuites dignes d’une cour d’école mais j’ose pas penser ça de vous.
      Je serais ravi de vous communiquer mon identité si vous en ressentez un besoin impérieux.
      Cordialement

  15. CANDICE ALIBERT dit :

    enfin cela limitera peut-être les propos haineux et anticonstructifs que je peux malheureusement lire sur ce site

  16. dachs dit :

    Je n’ose pas croire que la ministre cède aux injonctions du Conseil d’État, elle qui était anti-ordre il y a encore quelques années ; cela conduirait notre profession dans l’obscurantisme et la désolation et laisserait les mains libres aux inquisiteurs ordinaux armés de leur torchon déontologique.
    Infirmières et infirmiers, levez-vous et dites non à cet ordre et à ses dignitaires et valets afin de mettre un terme à cette aberration !

  17. Résilience dit :

    eh oui Evelyne, le 22 décembre 2006 nous sommes devenues des salariées illégales au lendemain de la publication de la loi au JO, et le lendemain de la publication de ce torchon déontologique, nous serons devenues des bonnes à rien … merci qui ?

    • lisettegourcuff dit :

      Ne dramatisons pas, personne n’a été condamné pour cela et Résilience continue de faire ses petites affaires illégales tranquillement.

      • solange granier dit :

        Vous avez décidément la mémoire ordinale bien courte : quid de vos “confraternelles collègues” convoquées manu militari par la maréchaussée en Alsace l’an passé ? Et ce à la demande et sur dénonciation du président alsacien de l’ordre infirmier ?

        • lisettegourcuff dit :

          On en a fait tout un plat alors qu’elles n’ont pas été condamnées que je sache. On leur a juste demandé de s’inscrire dans un délai de 3 mois.
          Arrêtez de vouloir faire pleurer dans les chaumières. La vérité est que vous êtes comme vous dites “infirmiers en exercice illégal depuis 2006” et que personne ne vous a embêtés.

  18. solange granier dit :

    @ Carine Bangoy : vous savez lire ? Le code de déontologie est rédigé depuis février 2010 et mis en ligne depuis cette même date sur le site oniesque ! Réveillez vous !!
    De plus soignante, je ne suis pas juriste et réciproquement !

  19. Les juristes et les soignants travaillent pour la même finalité. Donc avant de nous plaindre, attendons déjà la rédaction de ce code déontologie.

  20. N ont rien d autre a foutre que de pondre des conneries pareil ?…

  21. solange granier dit :

    Lettre aux députés – code de déontologie infirmière – l’ordre infirmier condamne la ministre à publier !!?

    Madame, monsieur,

    alors que nous attendons toujours les résultats des réflexions de la commission socialiste parlementaire sur les ordres paramédicaux, la ministre de la Santé vient d’être condamnée par le Conseil d’Etat à publier ce qu’aucun autre ministre, avant madame Touraine, n’avait accepté de faire avant elle.
    Ce torchon infirmier est une honte au regard de la misère intellectuelle et de la qualité rédactionnelle dont il est constitué.
    Madame Bachelot, monsieur Bertrand, monsieur Bas ont tous refusé de faire paraître ce texte au Journal Officiel et pour cause !
    Le législateur en décembre 2006, avait il prévu que les ordinaux infirmiers iraient à s’abaisser aussi bassement en recopiant plusieurs morceaux de codes déjà existants ? Il ne peut en être autrement quand on lit des âneries du style :

    ARTICLE 52
    Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
    Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre. Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

    Aussi, madame, monsieur, nous vous prions instamment de faire en sorte qu’à la misère infirmière des conditions de travail qui nous sont imposées, ne vienne s’ajouter la honte ordinale que jamais nous n’avons demandé.

    Solange Granier,
    infirmière et membre du syndicat Résilience.

    pour aider Résilience à financer ses actions contre l’ordre infirmier et à payer les frais de justice initiés par les plaintes de l’ordre, vous pouvez adresser vos dons, par chèque uniquement à : Résilience – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

    • lisettegourcuff dit :

      Par contre, je ne suis pas sûre que l’appel à contribution financière pour payer les amendes de ton syndicat soit très pertinent à l’égard des députés…

      • solange granier dit :

        Premièrement, nous n’avons pas élevé les cochonnes ensemble, le tutoiement n’est donc pas de rigueur. Manquerait plus que çà !
        Deuxièmement, l’appel à contribution et à la solidarité infirmière lancé par Résilience pour aider au paiement des amendes et des autres frais liés aux procédures intentées par l’ordre infirmier n’a pas à recevoir votre agrément.
        Troisièmement, ne vous en déplaise, le tribunal de Paris a refusé de statuer sur la demande de dissolution du syndicat Résilience alors même que l’ordre et son avocat trépignaient à la barre pour en rajouter une couche bien inutile. Même la procureure a balayé cette demande en une seule phrase.
        Il est vrai aussi que le directeur juridique de l’ordre, payé presque 7000 euros par mois (et on comprend qu’il se batte pour conserver son job !) (quand une infirmière débutante plafonne à 1600 pour les mêmes 35 heures de travail autrement plus contraignant) est venu assister, selon nos informations, à cette audience. Il a du repartir bien déçu.

        • lisettegourcuff dit :

          OK, ok. on dira vous alors mais c’est comme vous voulez mais je vous déconseille de persister : il est interdit de faire un appel à contribution pour payer une amende pénale…Dieudonné a été condamné pour cela.

          • solange granier dit :

            Où avez vous lu que nous appelions à contribution pour payer les amende pénale ? Peut être voulez vous faire allusion aux plaintes en cours de traitement par la justice des plaintes déposée par Résilience et pour lesquelles nous appelons effectivement à la solidarité infirmière, afin de payer les frais inhérents. Encore une fois, vous interprétez de manière ordinale ce qui est écrit en français normal. Mais à cela vous nous avez habitué. Et vous, aussi, vous faîtes toujours autant de fôtes ?

          • solange granier dit :

            Impossible de corriger “les amendes pénales” une fois envoyé !

          • Sansebastien dit :

            C’est vrai qu’il n’y a qu’entre “camarades syndiqués” que le tutoiement est de rigueur, mais pas entre consœurs ou confrères qui ont le malheur de ne pas penser comme les adhérents de Résilience.
            Au fait vous êtes combien cette année? 10?,12?
            Confraternellement

  22. solange granier dit :

    ARTICLE 52
    Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
    Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est
    tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
    Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et
    quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel
    sans dévoiler son identité.

  23. solange granier dit :

    Vu le contenu, je ne pense pas, je n’ose pas croire qu’un tel tissu de conneries ait pu être rédigé par des infirmières ! A 30 euros la cotisation annuelle, franchement, çà les vaut pas. Je pensais nos élites ordinales au dessus de la mêlée, je m’aperçois qu’on est en dessous de tout. Et dire que demain, les adhérentes à l’Oni devront respecter cette m…. On comprend mieux pourquoi il ne faut pas adhérer car çà revient à cautionner un torchon infirmier, entre autre !
    Pauvre Sancho qui passe maintenant son temps à essayer de justifier l’innommable : MDR.
    Et aux autres, allez lire l’article 52, c’est à se bidonner.

    • sancho dit :

      Bonjour,
      je suis sûre que depuis cinq ans, votre syndicat, productif pour la profession, a faite des propositions à l’ordre national pour modifier des articles qui vous semblent à vos yeux aberrant.
      Comme l’article 9, qui demande à tout infirmier de ne pas médire ou diffamer ses paires ou sa profession en public.
      Comme l’article 52, qui demande à tout infirmier de ne pas se cacher derrière un pseudonyme pour exercer la profession, faire de la publicité…
      Enfin, ce qui est sur c’est que vous êtes productif quand il s’agit de diffuser votre propagande sur les réseaux sociaux ou sur les sites professionnels. Celle-ci devient de plus en plus lassante.
      Il serait temps de profiter du temps incalculable que vous passez sur les réseaux pour faire avancer la profession.
      Nous n’avancerons jamais grâce à votre opposition systématique qui dure depuis trop longtemps.
      J’espère qu’un jour vous comprendrez que ce comportement nuit à la profession et que pendant ce temps le système de santé et d’autre profession avance.
      Cordialement

    • lisettegourcuff dit :

      Heureusement que ce n’est pas toi qui l’a écrit, ce torchon, car en plus il aurait été bourré de fautes d’orthographes…

  24. Ressemble au code de déontologie des inf du Quebec qui nous dit les même niaiserie!

  25. MaRia Apala dit :

    De quoi? L infirmier a le devoir de faire accéder les patients au soin pal? Mais mdr ça fait combien d années qu ils ont pas vu la médiocrité de la pec de la douleur et de l accès aux soins pal?? Faudrait qu on ai les moyens de le faire!!!!! Combien de patients souffrent ! Et on attend combien de temps avant la première prescription de morphine! Encore des textes à mille lieu de la réalité

  26. Humaniser le soin ok… mais à quand l’humanisation de la reconnaissance de notre metier et de ses repercussions? Ok les devoirs mais où sont nos droits?!

  27. Moi aussi j’adore l’article 9 …En quoi puis-je nuire à la profession en criant haut et fort que je suis infirmière ? C’est une maladie honteuse peut être ???????

  28. d’accord avec Romain Maigrot !! ça parle de concept de blabla de.pratiques …ça emploi des mots pas possibles que d’ailleurs nous ne connaissons pas !! nous sommes des soignants nous on parlé avec des humains des patients des familles

  29. Sérieux ya pas plus urgent que de pondre des torchons pareils ?? Et le plus affligeant est que les bureaucrates qui ont pondu ca se revendiquent encore infirmiers : j’imagine que la plupart de ces guignols n’a pas vu une paire de gants depuis belle lurette

    • sancho dit :

      Bonjour,
      ce texte date de plus de 5 ans. Et évidemment y a énormément de chose a faire.
      Un des derniers dossiers était de s’occuper de l’avance de la loi santé. (Enquête / Groupe de travail ministériel / …)
      Beaucoup de dossier à venir ( Pratique avancées / …. ), du boulot en perspective pour tous les infirmiers motivés.
      Cordialement

  30. Sylvie Mai dit :

    24 pages de blablabla rien de neuf la dedans ARTICLE 9 L’infirmier s’abstient, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci. En particulier, dans toute communication publique, il doit faire preuve de prudence dans ses propos et ne mentionner son appartenance à la profession qu’avec circonspection alors chut je ne suis pas infirmière mon vrai métier est agent secret ….pitoyable …..

    • sancho dit :

      Bonjour,
      Liser le texte avant de dire n’importe quoi … Art 9 : L’infirmier s’abstient, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci.
      Donc on doit juste éviter de médire sur ses paires et sur sa profession… En particulier en publique …
      Cordialement

  31. Quand je lis ça je me dis qu’il va falloir changer de métier…

  32. m’en fous, bientôt à la retraite ! j’ai fait n’importe quoi pendant 36 ans du coup !

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
528 rq / 2,058 sec