Procès d’une infirmière pour maltraitance

La République des Pyrénées relate le procès d'une jeune infirmière de 25 ans, poursuivie le 10 février en correctionnelle pour des violences commises sur des personnes vulnérables - des patients totalement dépendants de l'unité des Amandiers du Centre hospitalier spécialisé des Pyrénées (CHP) - mais aussi pour le vol de laxatifs au sein de cet établissement, entre mars et mai dernier.

Procès d'une infirmière pour maltraitanceElle a depuis démissionné et galère désormais de mission en mission.

La juge rappelle les faits signalés par la direction du CHP : une piqûre intramusculaire faite dans l'abdomen ("Je pensais bien faire pour soulager"), deux claques derrière la tête d'une patiente qui ne mangeait pas, une gifle à un malade qui ne voulait pas monter son pantalon, un patient saisi par les oreilles et d'autres "gavés" (cinq bouillies pour un goûter)…

L'infirmière suivait alors un régime qui lui a fait perdre 60 kg et elle parle "d'irritabilité".

Son avocat s'interroge quant à lui sur le "fonctionnement du service" et fustige "le comportement hypocrite de la direction du CHP" : "Pourquoi a-t-on affecté dans cette unité, qui accueille les cas les plus lourds, une jeune débutante qui n'était pas titulaire, qui n'avait eu son diplôme d'État d'infirmière que six mois auparavant ? Elle aurait dû être formée et encadrée."

Le tribunal entend ces arguments et reste en deçà des réquisitions. L'infirmière est condamnée à trois mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve lui imposant de se soigner et d'indemniser deux parties civiles (1 000 € chacune). Il lui est également interdit d'exercer son métier pendant un an. "Vous ne pouvez pas rester dans le déni : il y a des services qui ne sont pas pour vous…", conclut la présidente.

Rédaction ActuSoins - Source La République des Pyrénées

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

24 réponses pour “Procès d’une infirmière pour maltraitance”

  1. C’est tout ce qu’elle prend ?! Et dans un an elle retournera frapper et maltraiter des personnes sans défense …?! Dégoûtant !

  2. Lily Voa Tu dit :

    Mais déjà comment a t elle pu avoir son DE??? A mon avis c une psychopathe!!!! Vraiment étrange et pervers son comportement ! ! ! ! Et la charge de travail ne défend en rien sa cruauté envers les patients!!!

  3. Rika Mat je ne sais pas si on peut mettre en cause la formation. Je crois surtout que cette personne n est tout simplement pas faite pour exercer ce métier!

  4. Fabie Cool dit :

    Je suis infirmière et ce qu’elle a fait est impardonnable.

  5. un soignant maltraitant, c’est tout simplement un non-sens… quand on est soignant, on n’est pas maltraitant, et quand on est maltraitant, on est à des années-lumières du soignant. Je suis infirmières depuis 15 ans avec une dizaine d’années en gériatrie lourde: pour moi, ce genre de comportement est inconcevable. je n’ai qu’une chose à dire: la peine n’est pas assez lourde, et une interdiction pendant un an c’est léger. Une interdiction à vie aurait été appropriée!

  6. Guillau Lap dit :

    Ced Bobo …. Ça te sert pas d’exemple ????

  7. Ceci n’est pas pardonnable elle recommenceras ailleurs sa c’est certain sauf si elle na plus droit d’exercé ce que je souhaite.

  8. C est inhumain de permettre à cette personne qui n a rien à faire dans les soins de continuer à exercer ce beau métier.!! Je plains les patients qu elle croisera un jour ou l autre…

  9. Ninie Spn dit :

    Mais qu’elle change de métier cette sauvage!!!! Intolerable!!!

  10. Rika Mat dit :

    Faut se poser les bonnes questions à 6 mois du DE

  11. Rika Mat dit :

    Fautes à elle bien sur mais indirectement le reflet d’une formation qui prépare mal les étudiants à un métier difficile.

  12. Inquiétant! Je pense qu’elle recommencera ailleurs et plus tard.

  13. Quelle honte! Pourquoi avoir choisit ce métier si c est pour faire du mal aux gens!
    Bravo la justice… Elle mériterai de ne plus exercer.
    Bien

  14. Quand on commence comme “ça” à 25 ans il vaut mieux qu’elle change de métier…aucun service ne sera fait pour elle! Elle a dû avoir une chir bariatrique, 60kgs hum on les perd pas en faisant un simple régime?!

  15. 25 ans et ben elle débute bien! Ça fait peur!

  16. j’y crois pas la maltraitance est moins punis que l’erreur….

  17. Je suis d’accord c’est peu cher payé et ce n’est pas une question de service qui ne lui convient pas ou le fait d’être jeune diplômée. Ce genre de comportement n’est pas excusable !

  18. Pas cher payé pour le mal causé. En voilà une qui démarre bien dans sa vie professionnelle, quelle a été sa réelle motivation pour faire ce noble métier ?

  19. solange granier dit :

    ( Le tribunal entend ces arguments et reste en deçà des réquisitions. L’infirmière est condamnée à trois mois de prison avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve lui imposant de se soigner et d’indemniser deux parties civiles (1 000 € chacune). Il lui est également interdit d’exercer son métier pendant un an. “Vous ne pouvez pas rester dans le déni : il y a des services qui ne sont pas pour vous…”, conclut la présidente. ).

    Une fois de plus, nous pouvons constater que la Justice est assez grande pour sanctionner et que les ordres professionnels sont donc inutiles, redondants et coûteux … pour celles et ceux qui y cotisent volontairement ou pas.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
279 rq / 3,646 sec