Infirmière : 9 minutes par jour de temps gagné grâce à la connectivité

L’arrivée du Dossier patient informatisé (DPI) implique pour les infirmières l’enregistrement des données et des constantes du patient au sein des programmes informatiques. Pour leur faire gagner du temps, la société Capsule Technologie[1] a inventé un dispositif, Smartlinx Neuron, utilisé au CHU de Clermont-Ferrand, qui permet d’envoyer les données issues des appareils biomédicaux directement dans le DPI.

Capsule-Icon-MONITOR « Lorsque les  infirmières doivent rentrer les constantes dans les DPI, elles font généralement une saisie manuelle des données, puis ensuite, une saisie informatique, explique Sarah Wolff, chargée de communication internationale chez Capsule Technologie. Il peut y avoir une perte du papier, des données ou encore un long délai entre la prise des constantes et la saisie. »

Capsule Technologie a donc mis au point un système d’information dédié aux dispositifs médicaux. L’appareil Smartlinx Neuron, compatible avec la plupart des moniteurs disponibles sur le marché et avec la majorité des logiciels de DPI, s’installe directement sur le moniteur de pression non invasive, au chevet du patient.

Après s’être identifiée sur l’appareil, l’infirmière valide l’identité du patient, clique sur le bouton « acquisition des données », et l’ensemble des constantes sont alors renseignées et transférées directement dans le DPI. L’écran est tactile et fonctionne avec des gants. En cas de perte de réseau, les données sont stockées dans la machine.

 Etude de terrain

« Nous avons mené une étude afin de mesurer l’impact de l’introduction des solutions de connectivité sur le quotidien des infirmières », fait savoir Sarah Wolff. L’étude a été réalisée par un institut indépendant, Co-meet, au CHU de Clermont-Ferrand, qui a décidé d’utiliser le dispositif dans son service de pneumologie.

Les ethnologues de l’agence ont dans un premier temps suivi les infirmières du service lorsqu’elles n’étaient pas équipées du dispositif, puis ils sont revenus trois mois après son implantation afin de refaire les mêmes analyses.

Après quelques semaines d’utilisation, il a été constaté une réduction de la saisie manuelle puisque 64 % des constantes vitales sont désormais renseignées via l'appareil qui permet une remontée des données en temps réel et avec un taux d’erreur réduit puisque les constantes sont récupérées automatiquement.

Au CHU de Clermont-Ferrand, cet appareil a permis aux infirmières de gagner 9 minutes par jour sur le temps de travail administratif, soit 4,7 jours de travail par an, un temps qu’elles peuvent désormais consacrer aux patients.

« Nous avons aussi constaté une exploitation accrue du dossier patient avec 56 % de données en plus enregistrées, comme par exemple l’échelle de la douleur », précise Sarah Wolff. Ces progrès agissent sur la qualité des soins et permettent un meilleur suivi des patients puisque le personnel est moins stressé et a plus de temps.

Dans quelques semaines, un nouvel outil analytique va être mis à la disposition des infirmières afin de leur permettre de connaitre l’état du patient et sa dégradation éventuelle. « Au moment de l’implémentation de l’appareil, nous aidons les services à définir les protocoles qui seront affichés sur l’écran afin que les infirmières sachent comment agir face à chaque situation », conclut Sarah Wolff.

[1] Fondée en 1997, Capsule Technologie est présent dans plus de 1700 hôpitaux répartis dans 37 pays.

 Laure Martin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
221 rq / 1,628 sec