Infirmières : certaines fichées, d’autres fliquées…

| | mots clefs : , 89 réactions

A l'AP-HP, on fiche les aides-soignantes et les auxiliaires de puériculture, à Mulhouse, l'Ordre infirmier a dénoncé au Parquet une soixantaine d'infirmières non-inscrites au tableau, rappelant que ces agents pratiquent donc la profession d'infirmier de façon illégale.

Infirmières : certaines fichées, d'autres fliquées...Hervé Robin, procureur de la République au Tribunal de grande instance (TGI) de Mulhouse a reçu une liste d'une soixantaine d'infirmières non-inscrites. La procédure n'est guère nouvelle : nous  publiions, il y a quelques semaines une lettre de l'Ordre du Loiret informant un établissement de la non-adhésion de certains de ses salariés, ajoutant qu'il comptait alerter le Parquet.

L'Ordre avait alors répondu en temporisant : "Il ne s’agit que d’information et non de saisines des parquets qui n’ont d’ailleurs engagé, évidemment, aucune poursuite suite à cela", avait précisé à Actusoins Yann de Kerguenec, directeur juridique de l'Ordre.

"Les parquets sont dans l'exercice de leur mission dès qu'ils sont destinataires d'une information. L'information échappe ensuite au dénonciateur. Le Parquet est en effet le seul à apprécier la suite à donner. Il peut y avoir autant de réponses différentes que de Parquets informés. Penser en informant qu'aucune suite ne sera donnée, c'est jouer à l'apprenti-sorcier", indique une ex vice-procureur, pour qui "différencier la saisine de la simple information n'a pas de sens".

Policiers et gendarmes pour vérifier l'inscription à l'Ordre ?

La nouveauté, c'est que le Parquet n'a pas enterré la liste !


Il est clair pour le Procureur que cela "est un dépôt de plainte qui doit donner lieu à vérification" avant d'envisager ou non toute saisie du juge d'instruction pour aller plus loin."Sinon, quel serait l'intérêt de diffuser ces informations au Parquet ?", ajoute Hervé Robin, interviewé par notre confrère Hospimedia.

C'est pourquoi, il confirme avoir lancé une procédure de vérification. Ce sont donc les gendarmes ou policiers qui sont chargés de vérifier l'adhésion des professionnels mis en cause dans les listes. La procédure, selon le Procureur, risque de prendre beaucoup de temps, au minimum six mois. Quant aux suites, il imagine difficilement aller plus loin que l'enquête..., précise Hospimedia.

Par ailleurs, dans un communiqué, la CFTC Santé-sociaux rapporte que "six infirmières de l'Est de la France travaillant dans des maisons de retraite, ont reçu un appel téléphonique le dimanche 13 avril pour un rendez-vous le lendemain à la gendarmerie". Elles auraient été accusées, selon le syndicat, d'exercice illégal de la profession et sommées "d'adhérer à l'ordre sous 60 jours, sous peine de se retrouver avec un an de prison et 15 000 euros d'amende".

De l'intimidation à l'enquête judiciaire

Pour Hugues Dechilly, président du syndicat Resilience, "l'Ordre est pris à son propre jeu... Le procureur a décidé de faire son job. Resilience prend acte des agissements de l’ordre infirmier visant à faire adhérer, coûte que coûte, et à faire cotiser pour renflouer ses caisses et honorer ses dettes des infirmiers par le biais de possibles condamnations devant les tribunaux."

En alertant les Parquets, l'Ordre tentait l'intimidation et la pression, mais sans envisager que l'affaire puisse aller plus loin, sauf bien entendu, en cas de maltraitance, de vols, de faux diplômes...

D'autant que la DGOS (Direction générale de l'offre de soins) s'était clairement exprimée sur le sujet en début d'année. Prenant acte du "rejet [de l'Ordre] par une frange importante des infirmiers salariés" et "pour tenir compte du contexte, les instances ordinales ont été invitées à faire preuve de modération dans leur rappel au respect des règles relatives à l'exercice. Il n'est pas demandé aux ARS de relayer sous une forme ou une autre ce rappel des règles", précisait le courrier de la DGOS.

L'affaire pourrait inciter la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui s'était prononcée à plusieurs reprises pour une adhésion facultative, tout en laissant traîner ce dossier embarrassant, à se positionner plus clairement. L'enquête du Parquet pourrait alors se retourner contre l'Ordre...

Cyrienne Clerc

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

89 réponses pour “Infirmières : certaines fichées, d’autres fliquées…”

  1. whisper33 dit :

    BLABLABLA et BLABLABLA RESILIENCE…. : ou le moyen d’être encore et toujours subordonné, personnellement non!

    Les résultats des élections de l’Ordre sont réellement représentatives d’un manque cruel de cohésion au sein même d’une PROFESSION . 1/6e des professionnels sont inscrits , la majorité des votants sont des libéraux !
    Simple constat ! Il faut pas venir pleurer de vos conditions de travail , de rémunération etc etc . Une instance Ordinale ne s’improvise pas du jour au lendemain. Il faut aussi arrêter de pleurer pour 35 ou 75 euros de cotisation, déductibles des impôts . La Loi c’est la Loi : c’est obligatoire.
    ON veut tout sans rien payer et on se plaint!
    Je ne remets pas en cause tous les déboires qu’il y a pu y avoir auparavant concernant notre Ordre, c’est à la Justice de trancher!
    ON ne peut pas être crédible avec seulement 1/6e d’inscrits ! Si vous voulez garantir l’indépendance de notre Profession et vous défendre, inscrivez vous ! L’union fait la force.
    Regardez chez nos confrères kiné, podologues, et autres professionnels de santé au sens large : l’inscription à l’Ordre est assujettie à cotisation… et avant de s’occuper ce qui se passe dans les pays voisins, on ferait mieux de s’occuper de nos affaires.

  2. syndicat RESILIENCE dit :

    communiqué RESILIENCE du 1 er mai 2014 :

    en ce premier Mai syndical, RESILIENCE , syndicat infirmier contre l ordre, apporte son soutien aux infirmières et aux infirmiers salariés et libéraux qui ont été ou qui sont encore confrontés aux méfaits et aux nuisances de l ordre infirmier :

    récemment déconventionnés iniquement dans le Rhône par la CPAM,

    dénoncés honteusement au Procureur de la République dans le Haut Rhin,

    infirmiers sapeurs pompiers bénévoles au service de la population empêchés,

    RESILIENCE continuera à informer les infirmières, à défendre ses adhérents et à attaquer l ordre infirmier à chaque fois que cela sera nécessaire,

    RESILIENCE appelle les infirmières et les infirmiers, résistants aux menaces, aux chantages, à la délation à le rejoindre pour obtenir l abrogation de l ordre infirmier au Journal Officiel,

    RESILIENCE continuera aussi à apporter son soutien aux pédicures podologues dans les mêmes conditions,

    http://www.syndico.exprimetoi.net

  3. infirmier masque dit :

    Nous souhaitons à toutes et à tous un premier mai combattif et vous rappelons que nous ne lâcherons rien quand aux 3 revendications que nous mettons en avant :
    augmentation des salaires et rémunérations pour toutes les IDE/IDEL,
    reprise en compte de la pénibilité liée à l’exercice IDE,
    abrogation de l’Ordre infirmier inutile et nuisible,
    Rendez vous à Paris le 22 mai pour manifester aux côtés des infirmières scolaires !

    https://www.facebook.com/lesinfirmieres.encolere

  4. Marion Pica dit :

    ben je peux vous dire qu’ils vont l’attendre ma cotisation! c’est ridicule de faire chier les ide au boulot pour les convoquer au commissariat, pas assez de stress et de boulot qu’il faut en rajouter? pfff une honte ce pays, savez vous si ailleurs ils payent également ou si cela n’existe qu’en france?

  5. […] RTL, France 3, L’Alsace ont relayé l’information et détaillé le traitement subi par six infirmières du Haut-Rhin convoquées à la gendarmerie pour non-inscription à l’Ordre (voir nos précédentes informations). […]

  6. onialapoubelle dit :

    MESSAGE pour SANCHO, avant de venir nous faire la morale, commencez donc par respecter vos propres règles d’élu ordinal :

    http://www.ordre-infirmiers.fr/assets/files/000/pdf/projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf

    ARTICLE 52
    Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
    Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
    Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

    • Motarde de DIJON dit :

      La situation du CDOI (36) de l’Indre est fort embêtante. Car comment les membres peuvent-ils élire un Bureau (Président, Vice-Président, Secrétaire Général, S.G. adjoint, Trésorier, Trésorier adjoint) alors qu’il n’y a qu’un seul membre élu au CDOI 36 suite aux élections du 03 avril 2014… ??? Il y aura donc forcément l’obligation pour le CNOI de désigner une nouvelle fois 3 administrateurs et de faire valider cette décision par un arrêté de l’ARS.

      A moins que l’organisation d’un deuxième tour, prévu par le CNOI, ne permette de trouver davantage de candidats et d’étoffer le CDOI 36…

      Dans tous les cas la situation du CDOI 36 est rocambolesque et ce n’est pas le seul.

  7. cedr1c dit :

    Un exerice illégal est une décision de justice. Les kinés non inscrits par exemple et jugés n’ont pas été considérés en exercice illégal.
    En faisant ça, les responsables ordinaux infirmiers risquent de transférer ce type de jugement chez les ide et de scier la branche sur laquelle ils sont assis.
    Sans compter que c’est mettre fin au laxisme ministériel.
    On est vraiment face à des responsables ordinaux tentant d’amoindrir une dette dont ils sont responsables et qu’ils devront donc assumer personellement.

    • eusebe dit :

      Attendons donc les explications qui nous seront données par le président lors de sa prochaine et annoncée conférence de presse.

    • Motarde de DIJON dit :

      Effectivement, il s’agit bien du département de l’Indre et non du Loiret. A noter que le CDOI du département de l’Indre (36) ne comportait plus aucun élu, donc aucun président, avant les élections et qu’il était par conséquent sous administration en la personne de Thibault LOUVET président du CDOI (28) d’Eure et Loire et par ailleurs signataire en qualité d’administrateur du CDOI 36 de la lettre adressée à l’établissement pour obtenir la liste des IDE.

      https://www.actusoins.com/19578/inscription-lordre-infirmier-parquet-informe.html

      Accessoirement, après les élections du 03 avril 2014 renouvelant les membres des CDOI, le CDOI 36 ne dispose que d’un élu…

      L’établissement de 653 lits, sollicité par l’administrateur du CDOI 36 est réparti sur plusieurs sites avec probablement un personnel infirmier éclaté. Par conséquent des IDE qui communiquent peu entre eux du fait de leur dispersion. On peut supposer que si les IDE de cet établissement de grande taille avaient été réunies sur un seul site, l’affaire aurait fait un tollé…

      • eusebe dit :

        Pour en revenir au département de l’Indre, il faut savoir que le cdoi élu en 2008 était composé en grand nombre par des formateurs de l’ifsi de Châteauroux (ce qui pouvait aider pour la propagande).

        Le cdoi a démissionné dans son intégralité le 14 septembre 2011 (raison ?);

        Le cnoi, par un courrier de Borniche en date du 3 octobre 2011, a proposé à l’ars de nommer 3 personnes pour suppléer ce cdoi sinistré : il s’agissait de Haféda Benzallat (cdoi 18), Thibault Louvet (cdoi 28) et de Jean-Claude Culty (président du croi Centre) ; on note que depuis, la première nommée a été désignée au cnoi en novembre dernier, et que le second est son suppléant, ce sont toujours les mêmes.

        Le directeur de l’offre sanitaire et médico-sociale de l’ars du Centre a validé cette demande par arrêté du 17 octobre 2011.

        Depuis, il y a eu la tragi-comédie du 3 avril 2014 où une seule personne a été élue dans l’Indre, dans le collège public, et qui est, depuis, injoignable, ce qui est embêtant pour celles et ceux qui voudraient lui demander la permission de travailler (mdr).

        Voilà donc la réalité dans l’Indre qui montre bien que les berrichons sont tout, sauf des moutons.

      • Motarde de DIJON dit :

        La situation du CDOI (36) de l’Indre est fort embêtante. Car comment les membres peuvent-ils élire un Bureau (Président, Vice-Président, Secrétaire Général, S.G. adjoint, Trésorier, Trésorier adjoint) alors qu’il n’y a qu’un seul membre élu au CDOI 36 suite aux élections du 03 avril 2014… ??? Il y aura donc forcément l’obligation pour le CNOI de désigner une nouvelle fois 3 administrateurs et de faire valider cette décision par un arrêté de l’ARS.

        A moins que l’organisation d’un deuxième tour, prévu par le CNOI, ne permette de trouver davantage de candidats et d’étoffer le CDOI 36…

        Dans tous les cas la situation du CDOI 36 est rocambolesque et ce n’est pas le seul.

      • eusebe dit :

        Et ce qui est encore plus surprenant, c’est que l’Indre, en 2008, était arrivé en tête des votants pour le collège public :

        http://www.syndicat-infirmier.com/Resultat-des-elections.html
        68.370 infirmières ont voté pour désigner les premiers Conseillers Départementaux, le 24 avril 2008.
        Les départements où la participation a été la plus forte dans le collège du secteur public sont :
        INDRE 30,75 %
        MEUSE 29,95 %
        TERRITOIRE DE BELFORT 28,62 %
        CORSE DU SUD 27,86 %
        VAUCLUSE 24,91 %

        Il a dû se passer quelque chose pour en arriver à une telle défiance.

        Et comme tu le dis, ce cas n’est pas unique, mais l’ordre communique peu sur ce sujet : étonnant non ?

      • Motarde de DIJON dit :

        L’ordre communique peu sur les sujets délicats et ceci depuis l’épisode de la cessation de paiement aboutissant au plan de restructuration, aux fermetures de locaux et aux licenciements qui s’ensuivirent. L’ordre est dans le déni pour quantité de raisons qui relèvent autant de la psychologie, que de l’économie que de sa crédibilité auprès des IDE et des instances décisionnelles.

        La raison psychologique : Il faut tenir un discours enthousiaste, triomphal, afin de ne pas démobiliser les IDE tentés par une inscription ou déjà inscrits, ainsi que les élus des trois échelons. Que ferait l’ordre si ses relais locaux étaient démotivés ?

        La raison économique : Madame D. LEBOEUF avait fait voter par le Conseil National, le premier budget pour la première année d’exercice s’élevant à 38 millions d’euros !!! Les membres du CNOI ont voté ce budget à la majorité, sachant que l’inscription était obligatoire et pensant naïvement que les 550 000 infirmiers en activité à l’époque s’inscriraient tous sans exception dès la première année. L’organisme prêteur, la BRED, a commis la même erreur. Convaincu que la loi 2006-1668 du 21 septembre 2006 portant création de l’ONI obligeait l’ensemble du corps infirmier à s’inscrire…. et… à cotiser… Cela ferait 38 million d’euros au crédit de l’Ordre des Infirmiers qui pourrait ainsi rembourser le prêt qui lui a été consenti… Les choses ne se sont hélas pas déroulées comme tous ces braves gens l’imaginaient…

        La raison ‘’politique’’ : Les instances décisionnelles, c’est à dire le Gouvernement, l’Assemblée Nationale, le Sénat, trompés par ceux qui affirmaient que les 550 000 IDE de l’époque désiraient plus que tout la création d’un Ordre des Infirmiers O B L I G A T O I R E ont fabriqués une loi dont on sait maintenant qu’elle à peine à s’appliquer concrètement. Mais abroger une loi que l’Etat français a promulgué est une torture pour l’Etat… C’est reconnaître que l’Etat a été trompé et c’est trompé…

        Voilà quelques raisons qui expliquent pourquoi l’ONI est dans le déni. Il vaut mieux communiquer positivement en affirmant que : ‘’Youpi, tout va bien’’.

        La question du moment est : que fait concrètement la majorité des infirmiers opposée à l’Ordre des Infirmiers ??? Quelles actions ???
        .

  8. Motarde de DIJON dit :

    revenons à l’affaire des six infirmières convoquées par les gendarmes sur ordre du Procureur de la République de Mulhouse dans le Haut-Rhin. Quel délit grave ont commis ces six infirmières? Juste de ne pas s’être inscrite au tableau de l’ordre des infirmiers du Haut-Rhin!

    L’initiative vient en réalité de Paris, du Conseil National, qui demande à ses présidents locaux des mesures fortes pour faire inscrire les infirmiers récalcitrants.

    La stratégie du CNOI est simple et bien rôdée : On choisi de petites structures périphériques. Dans le cas présent l’EHPAD de MASEVAUX et celui de VILLAGE NEUF là où travaillent peu d’infirmières. C’est plus facile…

    L’ordre des infirmiers ne s’en prend pas aux grands centres hospitaliers comme celui de Mulhouse, de Colmar ou de Strasbourg. Ca ferait trop de remue-ménage, trop de bruit et trop d’infirmiers à poursuivre pour exercice illégal faute d’inscription à l’ordre.

    Selon les chiffres de la DRESS (Ministère des Affaires Sociales et de la Santé) au premier janvier 2013 : 18 685 infirmières et infirmiers exercent en Alsace.

    http://www.drees.sante.gouv.fr/

    Répartis comme suit :

    Bas-Rhin – 11 360 IDE en exercice tous modes d’exercice confondus
    Haut-Rhin – 7325 IDE en exercice tous modes d’exercice confondus

    Sur la totalité des 18 685 IDE en exercice, le nombre d’inscrits au tableau se répartit comme suit:

    Bas-Rhin – 2282 inscrits soit 20,9% des professionnels
    Haut-Rhin – 1505 inscrits soit 20,55 des professionnels

    http://www.fni.fr/wp-content/uploads/2012/08/CP-Elections-ONI-Tableau.pdf

    Total des IDE inscrits au tableau en Alsace : 2282 + 1505 = 3787 IDE inscrits

    Conclusion : Sur 18 685 IDE, il y a donc 14 898 IDE en exercice illégal en Alsace.

    • eusebe dit :

      https://www.actusoins.com/19578/inscription-lordre-infirmier-parquet-informe.html

      Dans la dénonciation de l’article correspondant à ce lien, est visé, un établissement gériatrique de l’Indre (et non du Loiret) de 653 lits (répartis sur plusieurs sites) : ce n’était donc pas un petit établissement. Était-ce à l’initiative d’un ordinal qui se sentait pousser des ailes (et qui d’ailleurs est, aujourd’hui, un des rares suppléants nationaux) ? Ou bien, y avait-il déjà une volonté des apparatchiks de l’organisation de menacer méchamment ?

      Le problème est que certains petits établissements ont répondu aux injonctions ordinales, en donnant le nom des infirmiers employés ; il ne suffisait plus aux fins limiers que de croiser leurs listings avec ceux reçus pour démasquer les dangereux professionnels non adoubés par les preux chevaliers de l’élite : le tour était joué, et les menaces pouvaient être envoyés aux directeurs d’établissement en plus des dénonciations aux procureurs. Mais la machine semble s’emballer…

  9. onialapoubelle dit :

    https://www.facebook.com/lesinfirmieres.encolere

    Appel national infirmier à manifester à Paris le 22 mai 2014. (à diffuser +++)

    Lesinfirmieres Encolère
    à
    madame la Ministre de la Santé.

    Le 27 avril 2014.

    Madame la Ministre,

    nos collègues infirmières scolaires appellent à une manifestation à Paris le 22 mai 2014. Nous vous informons, par la présente, que nous nous joignons à cet appel national et que nous demandons à toutes les infirmières, salariées ou libérales, de venir battre le pavé parisien pour revendiquer :

    – une augmentation légitime de nos salaires, bloqués depuis 2010, alors que les secrétaires d’Etat ont vu, cette nuit, passer leur traitement de 9443 à 11874 euros brut mensuel, par la grâce d’un décret signé Manuel Valls au Journal officiel de la République et publié ce matin.
    – la (re)prise en compte de la pénibilité liée à l’exercice infirmier qui nous a été supprimée en 2010, lors de l’instauration de la catégorie A pour toutes les infirmières recrutées dans le service public classant notre profession dans la catégorie non active ( ?) en échange d’une pseudo licence infirmière qui n’en a que le nom.
    – l’abrogation de l’Ordre infirmier dont la dernière trouvaille, a été de communiquer une liste d’infirmières non inscrites au procureur de Mulhouse, faisant de cette liste honteuse une plainte officielle et ayant eu pour conséquence la convocation de six de nos collègues à la gendarmerie pour y être entendues comme des délinquantes ! Soixante autres infirmières sont en attente de convocation à l’initiative de l’Ordre local.

    Il semble que la classe politique, dont vous êtes une des membres éminentes reste sourde aux appels de plus de justice sociale quand les élus et autres membres du Gouvernement et des cabinets ministériels continuent de s’arroger des sur primes qui peuvent atteindre trois fois le salaire d’une infirmière débutante, comme cela a été récemment révélé par la presse.

    Nous vous demandons donc de recevoir une délégation de nos membres le 22 mai après-midi pour négocier ces trois revendications. Nous sommes, au quotidien, auprès de la population et nous entendons la colère qui gronde et qui, devrait d’ici peu, déboucher sur une révolte, tant les efforts demandés aux français semblent disproportionnés au regard des avantages consentis « aux élites de la Nation ».
    Nos collègues du syndicat infirmier RESILIENCE se joignent à nous pour cosigner cette lettre.

    Dans l’attente de votre prompte réponse, recevez madame la Ministre, nos salutations infirmières et citoyennes déterminées.

  10. mclove dit :

    j’allais oublier la fonction publique dont nous ssommes la dernière roue du caroose , la preuve on ne touche , voire on augment les effectifs ; à l’éducation nationale , dans lajustice et la police , par contre on diminue les effectifs de soignats pour mieux fermer les 18000 lits de trop des hôpitaux , sans annoncer la couleur à la population merci Françàis , merci Manuel;merci MARISOL

  11. mclove dit :

    nous IDE en 2014 allons nous logntemps être les “dindons de la farc” à cause de la cornette ancestrale qui nous prend toute la tête , quand allons nous enfin relever la tête et nous revolter nous sommes 500000 en france et nous fermons nos gueules , et tot le monde en profite ,l’ordre , le ministère de la santé ; les ARS , la FHP ; la FEHAP ; la sécu , quand allons nous en avir marre d’être piétinées et relever la tête

  12. Marina Lily dit :

    Pour les infirmier(e)s libérales(aux) c’est 75 euros, à l’hopital 30euros a priori? Cherchez l’erreur et la raison?

    • sancho dit :

      Bonjour,
      Y a pas d’erreur.
      Mais juste le fait que les infirmiers libéraux peuvent déduire les 75 euro de leur frais professionnel alors que pour les infirmiers salariés cette déduction n’est pas possible donc la cotisation est bien moindre.
      Cordialement

      • eusebe dit :

        Non, ce n’est pas exactement ça : la cotisation a été rabaissée à 30 euros pour les salariés, sur injonction ministérielle, ce qui aurait dû, d’après nos gouvernants, inciter les professionnels à s’inscrire et à raquer ; sauf que ça n’a pas fonctionné. Rappelons qu’au tout début, la cotisation était de 75 € pour tous, l’ordre ne pouvant fonctionner qu’avec un budget de 40 millions d’euros par an… Cherchez l’erreur…
        Et aujourd’hui, l’ordre court après les euros pour rembourser ses dettes, considérables…

      • sancho dit :

        Bonjour,
        Ou est l’injonction ? Ou est ce une demande de l’ancienne ministre mais surtout des professionnels ordinés ou non de l’époque.
        Personnellement nous avons avec de nombreux infirmier, depuis la premier années de l’ordre, milités pour la baisse de la cotisation.
        Cordialement

      • onialapoubelle dit :

        http://www.ordre-infirmiers.fr/assets/files/000/pdf/projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf

        ARTICLE 52
        Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
        Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
        Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

      • eusebe dit :

        Les arguments trouvés par les pro-ordres pour expliquer le refus d’adhérer était le montant de la cotisation (75 € pour tous, 20 centimes par jour qu’ils disaient) et certains ont demandé une baisse de cotisation pour les salariés qui, en moyenne, gagnent moins d’argent que les libéraux, mais qui sont aussi beaucoup plus nombreux (80 % de la totalité).
        Le déni du rejet de l’ordre en tant qu’organisation inutile voire nuisible était total.
        Et pourtant, même avec une cotisation à 30 €, les salariés, tout comme de nombreux libéraux, n’en veulent toujours pas de ce truc sans intérêt.
        La seule chose que l’ordre pourrait offrir à ses défenseurs scribouillards, ce sont des cours d’orthographe…
        Quoiqu’il en soit, 30 €, 75 €, 150 €, il est toujours aussi difficile de faire rentrer l’argent, n’est-ce pas ?

      • onialapoubelle dit :

        http://www.ordre-infirmiers.fr/assets/files/000/pdf/projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf

        ARTICLE 52
        Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
        Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
        Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

    • whisper33 dit :

      Euh, comparons les revenus annuels : je ne pense pas que les IDEL soient à plaindre pour payer 75 euros de cotisation, bien entendu, dépense déductible des charges fiscales. Je trouve franchement cela ridicule et déplacé! Je pense qu’il faut regarder un peu plus loin que le bout de son nez, mais ça n’engage que moi..

  13. Stéphanie je crois que la première année c’était 75 euros. C’est un peu moins maintenant. Une trentaine d’euros. . Mais je fais l’autruche je ne cotise pas donc je ne suis pas certaine du tarif.

  14. infirmier masque dit :

    Avril Horribilis !
    Ce mois aura été un des plus joyeux depuis des années. Plus on avance, plus monsieur Borniche et sa bande de pieds nickelés se prend les pieds dans le tapis ordinal et même ses délégués régionaux en rajoutent. Comme si les misères ne suffisaient pas : après le Loiret, le Haut Rhin se brûle à son propre jeu puisque le procureur fait de cette liste puante et dilatoire un dépôt de plainte tout à fait officiel qui va engendrer des enquêtes de police et de gendarmerie, pour des cotisations à 30 ou 75 euros. Non content de ses dettes le président ordinal Borniche continue de faire un usage immodéré des deniers publics en mobilisant les juges et la marée chaussée. En ces temps de pénurie aggravée voilà qui pourrait inciter MST à passer aux actes.

  15. qu’on leur foute la paix à nos infirmières bien aimées !!!

  16. onialapoubelle dit :

    Le président actuel de cet ordre infirmier tant décrié et repoussé par une très forte majorité de professionnelles infirmières était, déja, vice président lorsque madame Leboeuf est partie. Poussée dehors par monsieur Borniche qui lui reprochait (ce que ce monsieur passe son temps à faire depuis juillet 2011 et sa prise de pouvoir) de discréditer un ordre professionnel infirmier par sa gouvernance (aussi bête et mal gérée que celle de madame Leboeuf). A la base, la demande de cet ordre est essentiellement faite par les infirmières libérales et quelques salariés en mal de reconnaissance, déja planqués derrière leurs bureaux à cette époque, en 2006. Monsieur Borniche, toujours supposé IDE à 20% en service de dialyse au CHU de Rouen aura 64 ans le 7 mai prochain. Il devrait normalement être en retraite car ses nombreuses obligations tant européennes que québecoises (élu au SIDIEF depuis peu) ne lui laissent guère le temps de brancher et de débrancher une FAV. A cet âge, même encore jeune, on peut difficilement prétendre à représenter la profession la plus féminisée et jeune de France.

    • eusebe dit :

      M. Borniche a pris le pouvoir fin juillet début août 2011 à la faveur de la démission de M. Vasseur qui s’apprêtait à déposer le bilan. L’affaire du fax de l’Elysée ayant miraculeusement donné du sursis à l’ordre mourant, M. Borniche s’est positionné en sauveur et s’est fait élire puis réélire. Le traitement a laissé de nombreux salariés sur le carreau, mais peu importe, le charisme présidentiel devait convaincre et, enfin, faire de l’ordre ce que M. Borniche espérait. Mais ce n’était (et n’est toujours pas) l’avis de l’immense majorité de la profession.

      Ainsi donc, près de 3 ans après la montée sur le trône ordinal, le bilan de M. Borniche est faible (y compris celui des comptes financiers dont on attend toujours la publication pour l’exercice 2013).

      Certes, il s’est beaucoup employé au plan judiciaire pour mettre à mal ses opposants, mais encore une fois, les résultats ne sont pas à la hauteur des frais engagés.

      Et on se demande pourquoi, en tant que grand maître de l’organisation, nous n’avons pas eu droit à sa profession de foi, avec laquelle chacun d’entre nous aurait pu se faire une idée de ses réelles motivations, car s’acharner ainsi à maintenir à flots une structure qui ne demandait qu’à disparaitre en juillet 2011, devrait, sans nul doute, forcer l’admiration : mais cela suffirait-il à devenir des disciples ordinaux ?

  17. cedr1c dit :

    (suite)
    Donc ce qui est proposé, c’est une justice comme tout citoyen en donnant une plus grande place aux infirmiers formés comme experts.
    Pour le reste, le HCPP est déjà présent avec des missions semblables à l’ordre. Il doit être réformé et donner plus de place aux infirmiers.
    Enfin, pas sûr que l’intérêt d’un iade soit celui d’un idel, ou d’un infirmier de secteur psy, j’ai du mal à croire qu’il y a un désir de corporatisme. Parfois l’infirmier d’une petite structure va se battre avec les aide soignantes pour défendre ses intérêts pendant que l’idel du coin aura une position opposée.

    • Eric IDEL dit :

      Bonjour cedr1c,

      Certes, certes, je fais le même constat d’une usine à gaz que vous a propos de l’ONI…mais alors pourquoi ne pas TRANSFORMER l’ONI plutot que de le combattre?
      L’ONI a été vendu clefs en mains par des énarques à une bandes d’incapables IDE imbus de pouvoir…et ALORS???
      Des IDE, de base, ne pourraient pas en exerçant leur droit de vote, modifier cela???

      Quand au HCPP, il regroupe(ait) des Professions Paramédicales diverses….
      C’est un autre usine à gaz et non spécifique aux IDE…

      Alors oui, nous avons déjà des disparités IADE, IDEL, IDEC, IDE en service hospitalier, IDE scolaire, etc…
      Donc ne délayons pas plus NOS SPECIFICITES….svp.

      Un “truc” purement infirmier serait fédérateur et plus efficient qu’un truc Toutes professions paramédicales, il me semble.

      Bien à Vous.

      • onialapoubelle dit :

        Je crois que vous ne voulez pas, ou ne savez pas, (peu importe) comprendre notre motivation première (je suis Résiliente fondatrice) à combattre l’ordre infirmier qui va bien au delà de cette “usine à gaz”. Un ordre professionnel, quel qu’il soit, est avant tout une structure aux pouvoirs extra ordinaires, dignes d’une dictature. En effet, un ordre (encore une fois quelque soit la profession concernée) est un cumul des trois pouvoirs que notre Constitution a bien pris de séparer afin qu’ils se contrôlent les uns par rapport aux autres. Ainsi, l’ordre infirmier a t-il le pouvoir “judiciaire” de vous appliquer une double peine pouvant aller jusqu’au retrait définitif du DEI, en sus d’une autre décision de justice (tribunal de la sécu par exemple) ou de vous interdire l’exercice infirmier en fonction de ses appréciations de votre CJN. L’ordre infirmier a aussi le pouvoir “législatif” de définir ce qui est bien et pas bon pour la profession en rédigeant un code (débile) de déontologie infirmière. Enfin l’ordre infirmier a t-il le pouvoir “exécutif” de décider en lieu et place en appliquant une sorte de label ordinal (en matière de formation, par exemple).
        Le tout entre les seules et sales mains des mêmes personnes qui continuent de cumuler les responsabilités ordinales, syndicales, aux urps, associatives et autres, n’hésitant pas – illégalement – à croiser les différents fichiers en leur possession.

  18. cedr1c dit :

    J’ai effectivement réagi sur l’ordre comme outil possible. A sa création, les dérives actuelles étaient déjà évoquées. La structure ordinale est une usine à gaz rassemblant des personnes avec des intérêts perso (sniil qui veut une emprise sur les salariés, syndicalistes aux dents longues comme leur front qui n’arrivent pas à se faire élire, etc) qui finalement n’a qu’un seul but, celui de dépenser pour obtenir des cotisations. Rien de décisionnel, rien concernant les réelles préoccupations n’est dans leurs missions.
    Ce qui est proposé: reconnaitre le statut des infirmiers formés comme experts qui p

  19. cedr1c dit :

    Moins de 5% pour l’ordre qui demandent au 95% de les rejoindre…c’est drôle ce non respect de l’avis d’une majorité.
    Un ordre, c’est ce que l’on voit, rien de plus.

    • Eric IDEL dit :

      Mon cher cedr1c,

      Vous devez réagir à un autre post que le mien….
      Ou vous ne m’aurez pas lu..ou vous interprétez….

      Je ne dis pas que l’Ordre est LA solution…je ne demande à personne de le rejoindre;

      Je fais simplement le constat que l’Ordre est un instrument légal qui existe…peut être plus pour longtemps…ok!

      Je crois DOMMAGE et DOMMAGEABLE de ne pas s’emparer de ce “vaisseaux” pour en faire une COMMUNAUTE des IDE…simplement.

      J’appelle à un RASSEMBLEMENT des IDE.

      Si l’Ordre n’est pas le bon “vaisseau”, je l’entends, alors que proposez vous? que pouvons nous créer?
      Les syndicats qui oeuvrent tous en “commerçants” oeuvrant pour UNE clientèle…les salarié c’est UNTEL, les libéraux c’est MACHIN…les privés c’est TRUC…

      C’est toujours DIVISER pour MIEUX REGNER….NON???

      Je constate que nous vivons dès les IFSI dans ces “apprentissages” des ségrégations….
      “Ce service est mieux que celui là….”
      “On fait mieux les pansements que les autres…”
      “Moi, je bosse en réa…je suis au top”
      etc, etc…

      On nous apprends pas à DISCRIMINER c’est à dire VOIR LES DIFFERENCES pour les utiliser,et créer des synergies.
      ON nous apprends à SEPARER….c’est à dire voir les différences pour opposer…s’opposer.

      Ce n’est pas la un DEBAT, une DEMOCRATIE…

      Nous devrions travailler au respect de l’autre, cet autre fut il un IDE qui ne partage pas nos avis…l’échange et la tolérance, cela devrait NOUS parler, on???

      Vous parlez de la majorité…95%, c’est INDUBITABLE;

      Mais ces 95% des IDE sont ils un seul et même ensemble ou y a t’il 10, 30, 30 sous groupes qui ne veulent pas d’Ordre pour “x” raisons différentes.???

      15% qui s’en foutent, comme ils se foutent de tout…lol…15% qui sont syndiqués (et peut être? manipulés par les tenants de syndicats qui voient là, une perte de POUVOIR), 15% qui sont ni pour ni contre, mais qui attendent de voir si le Directeur des Soins, la Cadre, l’ARS, le décret, va imposer ça ou pas…..40% qui trouve stupéfiant de DEVOIR PAYER une cotisation, alors que….”Y a pas de raison de payer pour travailler” et nous voilà à 95%
      95
      Autant de motivations, de raisons bonnes qui ne sont pas COMMUNES….et donc où est la PENSEE MAJORITAIRE???

      En démocratie élective, ON peut être élu avec 5% des votants…la PREUVE…

      MON PROPOS EST QUE les 95% parlent, votent….

      L’abstension et le refus..font le lit des OLIGARCHES, des DESPOTES…pas des DEMOCRATES.

      Voilà j’arrète la ma profession de foi..arff loooongue pardon..;)

      Bien à Vous.

  20. eusebe dit :

    C’est marrant, mais ce discours rassembleur, on l’a souvent entendu, et toujours dans des moments délicats pour l’ordre.

    Qu’on en finisse une bonne fois pour toutes !!

    • Eric IDEL dit :

      Mon cher Collègue, eusebe.

      Mon propos était MON PREMIER post ici, je ne suis ni un troll Ordesque que vous pourriez imaginer, ni un troll des commentaires d’Actusoins.

      Ceci étant dit pour éviter les futures interprétations, déformations et vindictes stériles si récurrentes sur ces “forums” virtuels….

      Que vous le trouviez “marrant” c’est bien…rire est salvateur en ces moments de crise sociale, économique et politique…

      Que vous le trouviez “rassembleur” est bien aussi car vous l’avez lu, merci!

      En revanches, votre épilogue “Qu’on en finisse une bonne fois pour toutes !!” me parait bien belliqueux.

      Pourquoi vouloir en finir?
      Avec des points d’exclamation, comme pour marquer, une détermination forte.

      Oui, mon discours est RASSEMBLEUR, et peut être déjà entendu…arff

      Serait ce alors que je suis le n ième IDE à imaginer que le RASSEMBLEMENT est NECESSAIRE ET PRODUCTIF alors que les distensions , les querelles, font notre malheurs???

      Ne dit on pas qui veut règner, organise le désordre??

      Je vous appelle à réfléchir à cela, à votre rôle dans ce conflit,, à être clair sur vos aspirations réelles??

      Si vous préférez, la désunion, libre à vous, cela s’appelle la liberté de conscience.

      Souffrez que MA conscience tende VERS UN RASSEMBLEMENT.

      Si l’Ordre est nul…ok.

      Et alors, que proposez vous?
      Pourquoi? et Comment??

      Au plaisir d’échanger nos idées et points de vue.

      • eusebe dit :

        Déjà le mot “ordre” renvoie, au mieux, au Haut Moyen Age avec les ordres religieux, et, au pire, à des bruits de bottes. Et on sent bien, à travers les discours de certains pro-ordres, des affinités vers une régence musclée de la profession.

        Et bien, ce ne sont ni mes idées et encore moins mes aspirations, et après une carrière bien remplie, je n’ai aucune envie d’être dirigé par des carriéristes que j’exècre ; et, avant de proposer quoique ce soit, il est indispensable de se débarrasser de ce qui gêne, et c’est ce à quoi je m’emploie.

  21. Motarde de DIJON dit :

    INFIRMIERS Vives réactions après l’ouverture d’une enquête pour non-adhésions à l’ordre
    Journal l’Alsace du 26/04/2014 à 05:04François Torelli
    Six infirmières du Haut-Rhin ont été convoquées par les gendarmes, a-t-on appris hier. Il leur était reproché de ne pas s’être inscrites à leur ordre, dont l’utilité est contestée. Comme la majorité de leurs collègues.

    Contacté par téléphone, le président de l’ordre dans le Haut-Rhin, Robert Kleinlogel, a indiqué qu’il n’avait en aucun cas déposé de plainte, mais simplement transmis les courriers qu’il avait adressés aux établissements de santé dans le cadre de la mise à jour de ses listes à l’Agence régionale de santé et au parquet de Mulhouse, « pour les informer » , « comme le veut la procédure ».

    D’après le quotidien professionnel d’information sur l’actualité de la santé Hospimedia , qui a révélé l’affaire en avant-première, l’enquête ouverte par le parquet de Mulhouse porte pour l’instant sur une soixantaine de cas. Hier, le procureur de la République n’était pas disponible, mais d’après le journal spécialisé, qui parle de « procédure de vérification » , il « imagine difficilement aller plus loin que l’enquête ».

    Un point de vue contre lequel le président de l’ordre s’inscrit en faux. « Je ne sais pas pourquoi on parle de sanctions : en Alsace, pour l’instant, la chambre disciplinaire de première instance n’a jamais été utilisée » , répond Robert Kleinlogel, pour qui la vocation première de l’ordre est de représenter et d’aider ses membres (lire ci-dessous). « Plus on sera nombreux, plus on sera forts. C’est simple » dit Robert KLEINLOGEL.

    Je rétorque :

    On ne fait pas le bonheur des gens malgré eux…D’autres ont essayé et ce sont plantés… Je pense aux bienfaiteurs de l’humanité ; à STALINE (Russie), FRANCO (Espagne), aux généraux VIDELA (Chili) et PINOCHET(Argentine) et au caporal Adolph HITLER, né malheureusement à BRAUNAU AM INN en Autriche le 20 avril 1889… J’ignore la date de son décès, vu que je n’ai pas été convié à ses obsèques…

    Tous ces crétins physiologiques voulaient le bien de leurs semblables. La liste n’est pas exhaustive…
    Le problème, c’est qu’ils ont été élus !

  22. Grande blague!!! Ils vont l’attendre longtemps ma cotisation! Lâchez nous, on a assez de pression comme ça!

  23. Eric IDEL dit :

    Bonjour à toutes et tous,

    J’interviens ici pour la première fois.

    Non pas pour POSER LA, un xième commentaire POUR/CONTRE l’Ordre, mais pour VOUS INTERPELER, VOUS les IDE salariés, libéraux et autres…

    J’ai le sentiment que notre profession A BESOIN de RASSEMBLEMENT.

    Nous sommes la profession de Santé la plus importante en nombre de praticiens(nes), ET QUELLE RECONNAISSACE, QUEL POIDS DANS LES NEGOCIATIONS, QUEL RESSENTIS REELS….

    NOUS SOMMES LES DERNIERES ROUES DU SYSTEME DE SANTE FRANCAIS, jamais consulté(e)s, jamais entendu(e)s, rarement considéré(e)s….

    Avez vous été invité par les labo à des staffs??
    Avez vous reçu des subsides de labo pour des études cliniques?
    Pouvez vousexposer vos vues aux Directeurs d’hopitaux, d’ARS, ou au Cabinet Ministériel?
    Décidez vous réellement de votre ROLE de Clinicien(nes)?
    Avez vous des astreintes de gardes, versées même en votre absence?
    ETC, ETC.

    Bref, LE POUVOIR REEL DE DECIDER POUR NOUS, NOUS EST REFUSE…..

    Certes, nous ne sommes “QUE” des PARAS médicaux, mais pas des PARIAS que je sache…

    Les mouvements infirmiers dans le passé, pour celles et ceux qui s’en souviennent ont TOUJOURS été pacifistes, calmes,et respectueux de la République….

    Pourtant, nous fûmes chasser par les CRS avec des lances à eau…..

    Combien de CRS pour les manifs des AGRICULTEURS?
    Combien de CRS pour les négociations tarifaires des syndicats médicaux?
    Combien de CRS pour une grève SNCF?
    Combien de CRS pour une manif des Femen??

    Faut il que nous ayons des tracteurs et du fumier, des lobby maçonniques, des lobby politiques pour ETRE CONSIDERE(E)S????

    Je rappelle que 33% des députés sont MEDECINS….combien d’IDE???

    RESTERONS NOUS AINSI AD VITAM INFEODE(E)S, NON RECONNU(E)S, SERVILES??

    Le “FERME LA et FAIS COMME CA” ne vous étouffe t’il pas???

    LA DUREE DE VIE PROFESSIONNELLE D’UN(E) IDE, ça vous dit quelque chose?
    POURQUOI UN TEL TURN OVER??
    N’EST CE QUE LA PENIBILITE PHYSIQUE QUI EXPLIQUE CELa OU PEUT ON PENSER QUE L’USURE MENTALE , LA NON RECONNAISSANCE SONT DES CANCERS????

    Que l’Ordre soit LA solution, je n’en suis pas certain.

    Le PASSE de l’Ordre est affligeant, consternant de ce pouvoir dont SEULS LES CONS ABUSENT!!!

    “NOUS” avons donné les clefs à des mégalomanes…irresponsables et sinistres.

    Certes, mais faut il jeter le bébé avec l’eau du bain?

    Et SURTOUT: POSER VOUS LA BONNE QUESTION:

    ” A QUI ou QUOI, NOTRE DESUNION PROFITE T’ELLE REELLEMENT????”

    A NOUS, je suis certain que NON!!!

    Alors OUI, Résilicience n’a pas QUE TORD, tout comme l’idée d’ORDRE n’est pas mauvaise a priori.

    POURQUOI NE PAS ADHEREZ, ET EN MASSE POUR POUVOIR CHANGER LES CHOSES??

    LA , NOUS SOMMES ENTRE LES MAINS d’une OLIGARCHIE AUTOSUFFISANTE, MAIS PAR NOTRE FAUTE!!!

    Mon Histoire personnelle est entachée d’une RADIATION de l’Ordre, comme beaucoups d’IDEL….

    Nous fûmes pour beaucoups l’objet de “chasse aux sorcières”, de réglements de compte, de “jalousie” PRIVE/SALARIE, etc, etc…

    Mais je SUIS REINSCRIT, non pas SEULEMENT par OBLIGATION, aussi un peu par IDEAL…

    Je ne comblerai pas le déficit de l’Ordre d’hier….je ne rattraperai pas les bouses des autocrates primitifs, JE VEUX CROIRE QUE NOUS POUVONS CHANGER LES CHOSES, EN Y PARTICIPANT!!!

    Demain, NOTRE SYSTEME DE SANTE DEVRA FAIRE DES ECONOMIES…..arfff 🙂

    ET sur le dos de qui, selon vous?

    Les IDE auront moins de charge de travail? à l’Hopital? en Ville?
    Les IDE pourront prendre mieux soin des patients?
    Les postes “interim” vont être transformés en CDD ou CDI, les jeune IDE sont stagiairisé(e)s??
    Les salaires IDE vont être réévalués à la hausse??
    Les Honoraires vont enfin être valorisés normalement et stopper par là la course au temps?
    La T2A des Hôpitaux a t’elle influencée votre revenu en mieux?
    La chirurgie ambulatoire va t’elle vous faire moins travailler avant et après??
    QUEL SACRIFICE, QUEL RENONCEMENT VA T’ON ENCORE NOUS IMPOSER??
    COMBIEN DE TEMPS ALLONS NOUS SUBIR???

    Nous avons TOUJOURS un SUPERIEUR, un Cadre, un DSI, un Conseiller ARS…;)

    Mais pour QUI font ils le boulot???

    Alors OUI, nous sommes les chevilles ouvrières des soins en France, alors faisons ENTENDRE NOS VOIES UNIES, amenons un peu de la REALITE du terrain aux “DECIDEURS”….

    PRENONS NOUS EN MAIN, ENFIN!!

    POURQUOI NE PAS FAIRE DE CET ORDRE, NOTRE ORDRE???

    PRENONS LES CLEFS….et en toute democratie (cf CHOUARD), mettons des hommes et des femmes de bon sens, de terrain, des petites mains, FACE A DES DECIDEURS!!!

    Voilà, mon Espoir, un espoir de conFRATERNITE réelle entre “petites mains”…

    BIen à vous, TOUTES et TOUS.

    • sancho dit :

      Bonjour,
      BRAVO, je suis bien d’accord avec vous et je ne peux pas mieux dire.
      Confraternellement.

      • eusebe dit :

        La confraternité des ordinaux, on n’en a pas besoin, quand on voit où elle peut nous mener.

      • onialapoubelle dit :

        http://www.ordre-infirmiers.fr/assets/files/000/pdf/projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf

        ARTICLE 52
        Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
        Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
        Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

      • Eric IDEL dit :

        Cher/e onialapoubelle,

        Je note votre attachement légitime à la déontologie .

        Imaginant que par là, vous voulez me signifiez que je serais en porte à faux .
        Certes je m’exprime ici sous pseudonyme, comme TOUT le MONDE…

        Si vous souhaitez connaitre mon identité, je l’entends, il nous faudra nous révéler tous deux ailleurs que sur ce média internet…

        Ceci dit, je me prénomme ERIC et mon patronyme a F comme initiale, je suis né le 12/07/1969 à STRASBOURG , je suis papa de 3 enfants, vit dans les Vosges et NE SUIS PAS ELU ORDINAL.

        J’espère que cette réponse satisfera à votre sens de la déontologie.

        Bien Confraternellement.

    • whisper33 dit :

      J’ai le même sentiment que vous !

  24. ras le bol de cette dictature de l ONI concernant l inscription a cet institution qui ne sert a rien

  25. cedr1c dit :

    Sancho, il est ou le décret concernant l’inscription?
    Faute de décret, quel a été le jugement chez les kinés?

    Borniche, Mameri et les autres copains ont montré qu’ils pouvaient dénoncer les magouilles autour du logo pour prendre la présidence, ils peuvent bien dénoncer des confreres pour sauver leurs deniers face à ine faillite annoncée

    • sancho dit :

      Bonjour,
      Le décret n’existe pas et il y a aucune référence dans la loi à un tel décret. Donc y a pas vraiment de raison de l’attendre.
      Pour les kinésithérapeute on connaît la réponse et pour les infirmiers nous allons peut être bientôt la connaître.
      Cordialement

      • onialapoubelle dit :

        http://www.ordre-infirmiers.fr/assets/files/000/pdf/projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf

        ARTICLE 52
        Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
        Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
        Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

  26. sancho dit :

    Bonjour,
    L’ONI pour permettre à la profession une auto représentation nationale légitime à toutes les instances médicale et paramédicale (HAS, ARS , HCPPM, … ) coûte 30 euro par an ou 75 euro pour les infirmiers libéraux.
    Depuis 2006, l’inscription au tableau de l’ordre national infirmier est obligatoire pour répondre au critère réglementaire d’exercice.
    Comment la profession peut demander à l’ensemble des professionnels et des organismes de respecter la loi sur, par exemple, le respect des compétences, des actes mais aussi les quota Infirmiers/Patients pour certain service, le temps de travail, le temps de pause, lorsque eux même ne respect par les conditions d’exercice fixe par la loi depuis 8 ans.
    On peut être d’accord ou non avec une loi, on peut vouloir la faire changer mais on doit la respecter sous peine de quoi, il ne faudrait pas s’étonne de ne pas être “respecté”. ( Remarque sa ne changera peu être pas beaucoup, sauf que la, on se tire une nouvelle balle de le pied)
    Cordialement

    • Eric IDEL dit :

      Arffff un peu de BON SENS, merci!

      • sancho dit :

        Bonjour,
        Justement c’est du bon sens.
        Respecter pour être respecté.
        Mais on est sûrement d’accord, ça ne veut pas dire rien faire pour évoluer… Après être acteur de notre formation, soyons acteur de notre profession. ;->
        Cordialement

      • onialapoubelle dit :

        http://www.ordre-infirmiers.fr/assets/files/000/pdf/projet_code_deontologie_fevrier_2010.pdf

        ARTICLE 52
        Conformément à la loi, il est interdit d’exercer la profession d’infirmier sous un pseudonyme.
        Un infirmier qui se sert d’un pseudonyme pour des activités se rattachant à sa profession est tenu d’en faire la déclaration au conseil départemental de l’ordre.
        Il est interdit, pour un professionnel agissant à titre privé sous couvert d’un pseudonyme, et quel que soit le moyen de communication utilisé, d’arguer de sa qualité de professionnel sans dévoiler son identité.

  27. Quelle honte pour un ordre qui ne sert à rien et dont tout le monde s’en fou

  28. onialapoubelle dit :

    Ah ! Elle est bien belle la “con fraternité” ordinale. Vivement que nous soyons débarrasséesde cette ….. qui ne sert à rien, sauf à convoquer des infirmières à la gendarmerie et à engrasser des conseillers ordinaux qui rendent la justice comme des glands, sous le chêne du tribunal infirmier.

  29. eusebe dit :

    Les dirigeants de l’ordre infirmier ont donc décidé de faire punir leurs consœurs et confrères : jolie mentalité, on n’en demandait pas tant, le discours de rassemblement n’est -il pas un peu décalé ?

  30. Ici au Québec on doit payer 425$ Can / an (280 euros) pour pouvoir pratiquer. De votre côté c’est combien? Et n’y êtes vous pas obligées comme nous ici?

  31. N’importe quoi…. Ils parlent de ne plus le rendre obligatoire…. Alors ….

  32. ne surtout JAMAIS commencer à payer ce genre d’ineptie !!! comme le disent beaucoup d’infirmières ici nous avons un diplôme d’état qui déjà n’a pas été gratuit, et nous n’avons pas à payer quoique ce soit d’obligatoire pour avoir le droit de travailler !! celles qui désirent se syndiquer ou avoir une assurance privée sont libres de le faire et ça suffit amplement ! cette cotisation s’apparente à du racket !!!

  33. Non mais n’importe quoi là. Je vais sûrement décrocher mon diplôme en juillet ben ils peuvent toujours attendre ma cotisation.

  34. eusebe dit :

    Les finances ne doivent pas être brillantes, et les élections actuelles n’ont pas arrangé les affaires : mais pourquoi diable, le ministère n’a pas prolongé les mandats des élus de 2008 par décret, cela aurait été si confortable ?

  35. eusebe dit :

    Tout sera peut-être dévoilé lors de la conférence de presse annoncée du big boss ; et, avec de la chance, on aura des précisions sur le 2ème tour des fabuleuses élections départementales qui préfigurera, n’en doutons pas, le triomphe des élections régionales. Mais que l’attente est longue et le suspense intenable..!

  36. onialapoubelle dit :

    Au fait ? C’est quand la publication des comptes et du bilan 2013 de l’ONI ? Parce que pour l’instant on ne peut que se satisfaire des chiffres diffusés par l’Ordre infirmier pour le nombre d’adhérents et à jour de cotisation. Chiffres non vérifiables et donc tout à fait discutables, jusqu’à preuve du contraire.

  37. onialapoubelle dit :

    Cette histoire est devenue tout sauf une histoire infirmière. Des politiques, des banquiers, des procureurs, des abrutis ordinaux qui se croient tout permis, mais plus rien ne concerne notre profession : quel gâchis humain et financier (pas pour tout le monde !).

  38. Laetitia Soto dit :

    Ils ont que ça à foutre ?! Le système sanitaire est en perdition et c’est à ça qu’ils passent leur temos et l’argent des contribuables ?? Ils noys saignent oas assez, il faut aussi qu’ils nous fassent chier alors qu’on bosse et qu’on bosse sans relache ! Hors de question de payer pr avoir le droit de bosser !!!

  39. Que mst fasse son job et mette les choses au clair

  40. Je croyais que s”était pas obligatoire d’être à l’ordre infirmiers(es)

  41. mclove dit :

    l’order des médecins créé sous vichy l’ordre infirmier sous sarko cqfd

  42. Motarde de DIJON dit :

    Je lis :

    A Mulhouse, l’Ordre infirmier a dénoncé au Parquet une soixantaine d’infirmières non-inscrites au tableau, rappelant que ces agents pratiquent donc la profession d’infirmier de façon illégale.

    »Il ne s’agit que d’information et non de saisines des parquets qui n’ont d’ailleurs engagé, évidemment, aucune poursuite suite à cela », avait précisé à Actusoins Yann de Kerguenec, directeur juridique de l’Ordre.

    Il est clair pour le Procureur que cela « est un dépôt de plainte qui doit donner lieu à vérification » avant d’envisager ou non toute saisie du juge d’instruction pour aller plus loin.« Sinon, quel serait l’intérêt de diffuser ces informations au Parquet ? », ajoute Hervé Robin, interviewé par notre confrère Hospimedia.

    L’affaire suit son cours et la justice fera son travail en toute indépendance, sans pressions d’aucune sorte. On peut l’espérer…

    Résumons : sur 660 000 infirmières et infirmiers diplômés d’Etat, pratiquant quotidiennement des soins, tous modes d’exercice confondus, seuls 134 000 inscrits volontairement ou non à l’Ordre National des Infirmiers exercent légalement.

    C’est trop grave pour les 60 millions de français en droit d’attendre d’être soignés légalement ! Il faut convoquer d’urgence le parlement (Titre IV, articles 24 à 29 de la Constitution de la République française).

    Après des années de tergiversations, de contorsions rhétoriques, de dialectique jésuitique, nos gouvernants successifs n’ont pas réussi à résoudre ce problème ?

    Roselyne BACHELOT, Xavier BERTRAND, Nora BERRA, Marisol TOURAINE ont tous promis l’adhésion facultative à un Ordre des Infirmiers, si utile qu’il soit. Combien faudra-t-il épuiser de Ministres de la Santé pour qu’ils tiennent leurs promesses ?

  43. eusebe dit :

    Il semble que les élites ordinales, auto-baptisées “forces vives de la profession”, aient des problèmes de prothèses auditives : en effet, ils n’ont toujours pas entendu la voix de la grande majorité de la profession qui a dit non à cet ordre anachronique.

    Il y a un gros paquet d’euros à rendre à la banque prêteuse qui n’a pas su évaluer les capacités de son client à rembourser, et celle-ci doit commencer à s’impatienter en voyant le peu de succès de ce qui devait être une avancée de la profession ; s’assoir sur plus de 10 millions d’euros doit quand même faire un peu mal aux fesses.

    Alors, non contents de s’être ramassés une grosse baffe aux dernières élections départementales (au point qu’ils veuillent s’en remettre une autre couche en plus, les gourmands…), voici donc les ordinaux qui lancent des coucous joyeux aux procureurs de la République qui n’ont que ça à faire que de faire vérifier si les infirmiers sont bien encartés.

    Lamentable !!

  44. c’est une honte !! encore une insulte à notre profession !!

  45. Eden Herb dit :

    Et les chômeurs commenceront peut être à bosser. ….looool. on a une profession difficile et si enrichissante……mais on finit par se noyer tellement on se moque de nous!!!

  46. Ne jamais payé c est tout ! Si ils doivent emprisonner tous les IDE il y aura du boulot pour les chômeurs pour construire des prisons !

  47. Moi personnellement je n’ai jamais payé et je ne payerais jamais tant que je travaillerais en clinique ou hôpital.

  48. Ils n’ont que ca a foutre??? C’est vrai que nous vivons dans un monde bisounours sans delinquant!!! On s’attaque aux gens qui bossent!!!

  49. Il me semble que peut de professions sont obligees de payer pour avoir droit de travailler de plus les infirmières ont un diplôme d’ ÉTAT grade licence il serait peut être temps de comprendre que ce n est pas à un soi disant ordre infirmier de dire si nous sommes competentes ou non

    • whisper33 dit :

      L’inscription au tableau de l’Ordre est une obligation légale. De plus si vous faites quelques recherches sur Google , vous vous apercevrez que bon nombre d’Ordres sont sur le même mode de fonctionnement que le nôtre, à savoir, inscription assujettie à cotisation.
      Concernant les missions de l’Ordre Infirmier, il vous serait sans doute utile, intéressant de vous documenter sur ses missions avant d’écrire n’importe quoi. Vos compétences vous sont reconnues par votre diplôme d’Etat. Cela n’a rien à voir avec l’Ordre. Par contre, si vous exercez alors que vous n’êtes pas diplômée, là, oui , l’Ordre s’en mêlera à juste titre : vous pratiquez illégalement la profession. Tout comme le fait de ne pas être inscrite : c’est obligatoire. En connaissance de cause, vous vous exposerez à certains nombres de problèmes si tel n’est pas votre cas, mais cela vous regarde après tout.
      L’Ordre a pour mission (entre autres) de veiller contre l’exercice illégal de la profession, à la défense de notre profession au sens large, à sa promotion , à garantir son indépendance.. etc etc

  50. syndicat RESILIENCE dit :

    Quand l’ordre infirmier « dénonce » les non-inscrits au procureur de la République !

    On savait l’ordre infirmier prêt à beaucoup pour continuer à s’imposer malgré un rejet, plus que massif, de la profession, avec récemment plus de 78% d’abstention parmi les inscrits au tableau, souvent contraints (95% parmi la totalité de la profession) …

    On pouvait espérer que l’ordre infirmier, notamment en Alsace, n’aille pas jusqu’à la délation en adressant les noms des insoumis à la police et à la justice, comme le font d’autres ordres paramédicaux : c’est maintenant fait !

    Dans une dépêche datée du 24 avril 2014, diffusée par Hospimédia, on apprend que 60 infirmières non inscrites à l’ordre ont été dénoncées, même si l’ordre s’en défend, et que le procureur de la République de Mulhouse a décidé de prendre cette liste comme une plainte ordinale en bonne et due forme !

    En clair, le procureur fait le job, il appelle un chat, un chat et se gausse des explications plus ou moins minables d’un « porte-parole de l’ordre » qui se défend de donner le statut de plainte contre des infirmières à cette liste nauséabonde qui flaire mauvais et qui rappelle des méthodes pas si éloignées en des temps pas si lointains.

    RESILIENCE ne peut que condamner une telle pratique honteuse qui ne peut qu’amplifier et renforcer le rejet des infirmières contre un ordre infirmier qu’elles n’ont jamais demandé, qui s’est endetté de plus de 15 millions en moins de 3 ans et qui aujourd’hui a les pieds et les mains liés, totalement dépendant de l’accord financier signé avec sa banque prêteuse en décembre 2011, accord validé par le Tribunal de Commerce de Paris.

    RESILIENCE prend acte des agissements de l’ordre infirmier visant à faire adhérer, coûte que coûte, et à faire cotiser pour renflouer ses caisses et honorer ses dettes des infirmiers par le biais de possibles condamnations devant les tribunaux.

    RESILIENCE demande aux pouvoirs publics et aux parlementaires de prendre, rapidement, leurs responsabilités et de respecter leurs engagements visant à légiférer pour modifier les statuts de l’ordre et le rendre facultatif dans un premier temps, à défaut de l’abroger dans un second temps.

    RESILIENCE insiste, de nouveau, sur les conséquences directes du mécontentement de quelques 600 000 infirmières engendré par cette farce ordinale sans fin, sur le résultat des élections récentes et des prochaines européennes.

Réagir à cet article

retour haut de page
974 rq / 1,739 sec