Hôtel-Dieu: du personnel empêche le déménagement du service de médecine interne

Des membres du comité de soutien des urgences de l'Hôtel-Dieu à Paris ont bloqué vendredi matin une tentative de déménagement d'une vingtaine de lits d'un autre service, celui de médecine interne, a-t-on appris auprès de la CGT.

Des membres du personnel de l'Hôtel Dieu ont empêché le déménagement du service de médecine interne de l'Hôtel Dieu à Paris - DR

Des membres du personnel de l' ont empêché le déménagement du service de médecine interne de l' à Paris - DR

"Les membres du comité de soutien se sont rassemblés aux portes de l'hôpital pour empêcher le déménagement prévu en catimini de 17 lits du service de médecine interne, un des services d'aval des urgences", a indiqué le syndicat CGT de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris () dans un MMS envoyé à la presse.

"Nous avons décidé de bloquer cette opération de démantèlement afin que l'hôpital du centre de Paris continue à soigner en toute sécurité", ont indiqué par ailleurs dans un communiqué quelques membres du personnel soignant, dont le Dr Gérald Kierzek, l'urgentiste qui mène la résistance contre la fermeture des urgences du plus vieil hôpital parisien.

Interrogé par ActuSoins, ce dernier dénonce ce coup de force : "Il est criminel, alors que nous sommes en plein été, avec des urgences qui tournent à plein régime, qui plus est en vigilance canicule avec les lits d'hospitalisation des urgences de tous les hôpitaux pleins, de supprimer des lits en catimini à l'Hôtel-Dieu, pour des raisons tactiques."

De fait, les urgences de Lariboisière sont en manque criant de lits de médecine en aval des Urgences et l'hôpital Bichat souffre d'une panne de climatisation.

La direction de l'AP-HP et les responsables de la communauté médicale, qui ont un projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu en "Hôpital universitaire de santé publique", dépourvu de lits d'hospitalisation, ont fait procéder depuis quelques mois à un déménagement progressif de plusieurs services de l'établissement.

Ils avaient décidé de fermer en dernier le service d'accueil des urgences le 4 novembre prochain. Mais la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a décidé, le mois dernier, de repousser la date de fermeture à une date indéterminée, que l'on suppose postérieure aux élections municipales de mars 2014, ce conflit prenant un tour très politique.

La CGT et le Dr Kierzek ont interprété cette décision comme une prise en compte de leurs arguments pour conserver à l'Hôtel-Dieu une part d'hospitalisation classique.

Jeudi, la plus haute autorité médicale de l'AP-HP, le Pr Loïc Capron, président de la Commission médicale d'établissement (CME), a adressé par communiqué une mise en garde contre le risque sanitaire qu'il y aurait à ne pas fermer ces urgences rapidement, étant donné qu'il n'y a pratiquement plus de services d'aval , à l'exception du service de médecine interne.

Les opposants à la fermeture estiment au contraire qu'en cette période de canicule, "la nécessité du maintien des urgences avec ses lits d'hospitalisation à l'Hôtel-Dieu, apparaît plus que jamais comme essentielle".

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
238 rq / 3,385 sec