Un nouvel espoir pour la pilule contraceptive masculine

| 1 499 vues | | mots clefs : , , 15 réactions

La découverte d'une substance capable d'inhiber la production de spermatozoïdes pourrait déboucher sur une pilule contraceptive masculine réversible, sans perturbation de la production d'hormones mâles, selon une étude américaine.

Un nouvel espoir pour la pilule contraceptive masculineAlors que la mise au point d'une pilule masculine relève du casse-tête depuis des années, des chercheurs américains ont testé avec succès une petite molécule JQ1 sur des souris, rapporte la revue médicale Cell.

"La substance produit une diminution rapide et réversible du nombre et de la motilité des spermatozoïdes, avec des effets déterminants sur la fertilité", commente James Bradner de l'Institut du cancer Dana-Farber à Boston, qui a dirigé l'étude.

La mise au point d'une pilule masculine se heurte à diverses difficultés: outre une demande très hésitante des hommes pour un tel produit, le principal problème tient au fait que les testicules ont une double fonction de production des spermatozoïdes, mais aussi des hormones masculines, responsables des caractéristiques viriles (voix, pilosité) et qu'il faut stopper uniquement la première et de manière temporaire.

Après des essais de traitements androgéniques ou de combinaisons androgène-progestagène, abandonnés en raison d'effets secondaires importants, les chercheurs se sont tournés vers diverses substances empêchant les spermatozoïdes de féconder l'ovocyte.

Selon les chercheurs américains, des injections quotidiennes de 50 à 100 mg/kg de la molécule JQ1 - qui inhibe la protéine BRDT impliquée dans la spermatogenèse - pendant six semaines, ont abouti à un effet contraceptif total chez les souris mâles traitées.

Après l'arrêt du traitement, la fertilité est retournée à la normale en moyenne au bout de trois à six mois, selon les doses reçues, sans effet secondaire sur les niveaux de testostérone des animaux.

Aucun phénotype anormal n'a été observé à ce jour sur la progéniture des souris.

"Nous pensons que nos découvertes peuvent être complètement transposées à l'homme, offrant une stratégie novatrice et efficace pour la contraception masculine", relèvent les chercheurs.

Des chercheurs écossais ont annoncé en mai dernier avoir découvert le gène Katnal 1 responsable de  la maturité des spermatozoïdes et donc de la fertilité, ouvrant également la voie à une contraception masculine non hormonale par le biais d'un médicament capable de bloquer ce gène.

L'inhibiteur JQ1 a été développé au départ pour tenter de traiter un type particulièrement virulent de cancer épidermoïde, et des analogues de cette molécule pourraient à l'avenir ouvrir à la voie à de nouveaux agents anti-cancéreux, a précisé à l'AFP Martin Matthew Matzuk, l'un des co-auteurs de l'étude.

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

15 réponses pour “Un nouvel espoir pour la pilule contraceptive masculine”

  1. leilou dit :

    encore faut il que ces chochottes daignent la prendre quand les femmes se pourrissent la santé à coup de cancer ou de TVP pour espérer prendre leur pied….

  2. Adeline dit :

    Ceci dit Béatrice, une femme a la possibilité d’avorter si elle le souhaite sans que l’homme puisse dire quoi que ce soit si jamais il n’a pas pris sa contraception. Inversement une femme qui ne prend pas de contraception, l’homme n’a pas son mot à dire et ne peut obliger à avorter.

  3. Anonyme dit :

    Ce qui serait intéressant c’est que la contraception soit une question de couple et pas de tout l’un ou tout l’autre. Quand je prenais la pilule, j’avais prévenu mon compagnon que je l’oubliais un jour sur deux. C’était clairement un acte manqué car l’envie de famille et surtout de famille nombreuse a toujours été très fort en moi. Sachant cela, c’était aussi à lui de penser à me la faire prendre à heure fixe et de m’apporter le verre d’eau qui va avec. je refusais tout net de porter seule la responsabilité de la contraception. J’en portais déjà les effets secondaires…

  4. Béatrice dit :

    je sais pas si on peut parler d’espoir les femmes portent et mettent les enfants aux mondes elles doivent garder les clès de la procrèation : les hommes sont rarement prèts dans leur tète et comme leur corps et pas concernè grand danger pour l’avenir de l’humanitè ! quelle fille fera confiance à 1 mec qui lui dira prendre la pilule alors qu’au final c’est elle qui sera enceinte et dècidera de l’avenir de ce peut ètre futur bèbè ! quand on voit comme l’usage du prèservatif est difficile à imposer par fes filles parfois on peut avoir peur. Ce qui a libèrè la sexualitè fèminine va la remettre en cage pour très longtemps je crois.

    • leilou dit :

      quand tu dis « elles doivent garder les clés de la procréation » tu oublies qu’on fait un gosse à deux et que prendre la pilule n’est pas anodin chez la femme (pour l’homme on n’en sait encore rien) alors si ça pouvait permettre aux hommes de grandir….

  5. Veronique dit :

    Un mec qui prend la pilule????? Mais son Ego va en prendre un coup… Voyons! Et il va se poser 100000000 questions erotico-techniques! Et si ça lyophilisait le tout??? Mdrrrr

  6. ridfa69 dit :

    trop classe si ca peut eviter le preservatif dans le couple ou les enfants dans le dos.

  7. Régine dit :

    chacun son tour un peu

  8. Cédric dit :

    Je pense que peu d’hommes voudront être cobaye! Il n’y aura pas assez de recul! Déjà qu’on fait des rapprochements entre pilule féminine et cancer et qu’elle existe depuis quelques temps maintenant…

  9. Anonyme dit :

    Ah ce serait bien ça. Comme dit Julie il va falloir passer les clichés. Après avoir tenté la pilule ( je l’oublie une fois sur deux), le stérilet qui se barre ( et mes cheveux avec, merci Mirena), pas envie d’un implant ou diaphragme, il ne me restait que l’anneau en moindre mal. Bon ça arrive pile au moment où je me sépare, mais si je refais ma vie avant la ménopause, sait-on jamais..

  10. Anonyme dit :

    Ah ce serait bien ça. Comme dit Julie il va falloir passer les clichés. Après avoir tenté la pilule ( je l’oublie une fois sur deux), le stérilet qui se barre ( et mes cheveux avec, merci Mirena), pas envie d’un implant ou diaphragme, il ne me restait que l’anneau en moindre mal. Bon ça arrive pile au moment où je me sépare, mais si je refais ma vie avant la ménopause, sait-on jamais..

  11. Marie-louise dit :

    tu es jeune, apprend la musique, tu es jeune encore, va donner quelques heures auprès des enfants malades et là tu verras des millions d’étoiles qui migreront de leurs yeux vers ton coeur et là tu comprendras le mot AMOUR PUR et GRATUIT bisous

  12. Mathieu dit :

    On a déja assez de mal à avoir des gosses lol

  13. Julie dit :

    c’est bien mais trouver des hommes qui acceptent de la prendre ensuite…ne sera pas chose facile.Trop de clichés encore. »La contraception c’est une histoire de femmes… »

Réagir à cet article

retour haut de page
383 rq / 4,814 sec