Éducation thérapeutique: quelle formation choisir?

Aujourd’hui, plus question de se contenter de « soigner » le patient. Face à la progression des maladies chroniques, l’éducation thérapeutique prend une place importante dans le rôle de l’.  Accomplir cette mission peut s’avérer complexe sans les apports d’une formation complémentaire.

Infirmière Éducation thérapeutique: quelle formation choisir?Selon une étude de l’INPES*, environ 50 % des patients atteints de pathologies chroniques n’adhèreraient pas pleinement à leur traitement.

Cette mauvaise observance, en partie liée à un défaut d’information médicale, pourrait s’améliorer grâce aux missions éducatives de l’infirmière.

Seulement voilà : pour mettre en oeuvre l’éducation thérapeutique du patient, il faut  acquérir des compétences qui, le plus souvent, ne font pas partie du contenu de la formation initiale.

Alors que l’éducation thérapeutique figure au cœur des missions de service public depuis 2001 et qu’elle ne cesse de se développer, les professionnels sont de plus en plus demandeurs de formations diplômantes.

Les :

Pour commencer, certains enseignements peuvent être proposés dans le cadre du plan de formation de l’établissement dans lequel les soignants travaillent. Il s’agit en général de formations courtes, délivrées par des organismes privés ou par les cadres de santé de la structure.

Pour aller plus loin, plusieurs diplômes universitaires existent. Conçus pour celles et ceux qui souhaitent poursuivre leur activité de soin tout en développant des activités thérapeutiques dans leur contexte professionnel, l’objectif des D.U est de concevoir, de mettre en œuvre et de suivre des actions d’éducation thérapeutique.

À Paris, le D.U Education thérapeutique et maladies chroniques se déroule à la faculté de médecine de Bichat, avec 6 modules répartis en 126 h, de novembre à juin.

Il s’agit de comprendre le vécu de la personne malade, d’apprendre à communiquer pour faire émerger ses besoins, de s’accorder avec elle pour construire un projet  d’éducation thérapeutique personnalisé, de la soutenir, de concevoir des dispositifs d’évaluation visant à renforcer l’apprentissage et favoriser les moyens et les techniques adaptés.

Pour les soignants qui souhaitent évoluer vers des postes de cadre, coordonner des programmes d’éducation en santé, ou encore s’orienter vers la recherche, le master est plus approprié.

Accessible sur dossier et après VAE, il permet d’acquérir un savoir-faire méthodologique grâce au tutorat et aux stages qualifiants. À la faculté de médecine de Bobigny (Paris 13), la formation est réalisée en alternance, ce qui facilite la venue des professionnels souhaitant conserver leur activité pendant leur apprentissage. Il est ensuite possible de poursuivre en master 2, puis en doctorat.

* INPES : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

 

Se former :

Malika Surble

Pour aller plus loin : formation continue DPC pour infirmière et infirmier libéral

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Éducation thérapeutique: quelle formation choisir?”

  1. bricolus dit :

    moi je suis d’accord pour completer mon savoir professionnel car fini les blouses blanches qui on le pouvoir sur le patient. si il y en a bien un qui sait ce qui est bon pour lui c’est le patient lui seul connait son corps et comment il pourra gerer les soucis d’une pathologie dans son quotidien. pour nous eviter perte de temps d’energie stress fatigue voir burn out il faut absolument obtenir un patenariat actif avec le pateint c’est pas inné ca s apprend qu’est ce que le temps perdu dans la formation d’un DU quand au bout du parcours on s’y retrouve et que l’on retrouve humain au coeur meme des soins le jeu en vaut la chandelle et cela s’applique dans tout les domaines de la medecine pour tout professionnel avec la force et la rigeur on obtient rien. et on ne demande pas aux infirmeres de devenir medecin mais d’apprehender les soins qu’elle dispense d une maniere differente

  2. Stéphane dit :

    Je souhaitais juste mettre un peu en avant cette nouvelle discipline. Il ne s’agit pas de former des infirmières à un niveau master ou doctorat pour assumer leur fonction. C’était juste pour dire que ça existe. Je connais quelques infirmières qui ont passé le “simple” DU en somato-psychopédagogie. Cette formation leur permet d’accéder à une plus grande qualité d’écoute et un accompagnement plus efficace, où le patient reste au centre de son histoire de vie comme un être à part entière, en tant que sujet, avec toute sa singularité, son cheminement, avec ses doutes, ses peurs, ses angoisses, sa douleur… Une approche pertinente pour que le patient se sente compris et entendu, tout simplement reconnu pour ce qu’il est, et lui permettre de s’investir dans son processus de guérison. Un plus pour l’éducation thérapeutique. ;o)) Il s’agit bien d’un travail d’équipe entre médecins, infirmiers, kiné, psychologue, et pour les centres pluridisciplinaires, sophrologue, ostéopathe, relaxologue, fasciathérapeute, acuponcteur…

  3. josiane IDE B NES CHU BREST dit :

    Très bien, très très bien même. Il suffira d'”utiliser” l’empathie de l’infirmier bac+3, de le former bac+5 (master) et pourquoi pas bac+7 (doctorat) , pour qu’il puisse passer de la fonction d’accompagnement de la maladie (aigüe ou chronique) qui est la sienne, à celle de diagnostic qui est celle du médecin, avec les risques d’erreurs (tout comme le médecin) que celà comporte…pour une rémunération (salaire…ou honoraires) bien moindre. La boucle est bouclée, la santé au moindre coût est bien pour demain.

  4. Stéphane dit :

    Le professeur Danis Bois œuvre beaucoup en ce sens. Il est le fondateur de la fasciathérapie et de la somato-psychopédagogie, des soins de supports qui répondent bien à la demande de l’éducation thérapeutique.
    Dans son site http://da…nis.bois.free.fr/?p=608#more-608 on peut lire un formidable article sur le sujet qui s’intitule
    “l’approche somato-psychique dans le champs de l’éducation à la santé : analyse biographique du récit de vie d’un patient formateur face à l’épreuve du cancer”
    Une approche particulièrement humaniste je trouve…
    La somato-psychopédagogie s’inscrit dans les sciences de l’éducation. On peut faire un DU, Master et aller jusqu’au Doctorat.
    Voici le site de son laboratoire de recherche avec son équipe scientifique : http://www.cerap.org/cerap.php

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
243 rq / 1,636 sec