Infirmier de pratique avancée IPA : un enjeu de santé publique majeur

Dans une tribune publiée sur le site du quotidien Le Figaro, 10 organisations et représentants d'usagers, d'infirmiers, de médecins et d'étudiants en santé* expliquent l'importance des futurs infirmiers de pratique avancée

"Cette nouvelle profession contribuera à redéfinir l'accompagnement du patient dans son parcours de santé, et ce en collaboration avec tous les professionnels du secteur", expliquent d'emblée les représentants. 

"Bien que la pratique avancée soit une réalité dans plus de 50 pays, elle n'a été officiellement instaurée en France que par la loi de modernisation de notre système de santé en 2016. De plus, la possibilité d'exercer en pratique avancée pour les infirmiers et les autres professions de santé peine encore à trouver son cadre réglementaire. Si les textes encadrant ces nouvelles pratiques infirmières sont attendus dans les semaines qui viennent, force est de constater qu'ils témoignent encore, à ce stade, de l'absence d'une véritable vision pour ce futur statut", poursuivent les signataires de la tribune. 

La tribune, qui décrit  les missions potentielles des IPA, ainsi que les enjeux auxquels ils répondent en termes de santé publique  - réponse au virage ambulatoire, aux problématiques d'accès aux soins, à l'accompagnement des patients dans le cadre de la chronicité des pathologies et du vieillissement de la population, fait suite aux nombreux débats qui ont suivi la médiatisation grand-public de la création de cette fonction. 

Car celle-ci divise. Certains y voient une réelle avancée, aussi bien pour la prise en charge des patients, que pour les professionnels de santé. D'autres (certains syndicats médicaux notamment) s'insurgent contre cette mesure. 

"Ces infirmiers en pratique avancée ne prendront la place de personne, mais viendront compléter l'offre de soin globale. C'est sur la base de cette certitude que nous appelons de nos voeux l'arrivée de ces professionnels de santé. Si une telle révolution ne peut faire l'unanimité, nous sommes convaincus que notre système de santé gagnera à encourager la collaboration et le respect mutuel entre professionnels de santé. Ceci permettra de reconnaître la valeur ajoutée des prises en charge en équipe dans l'intérêt de tous, patients comme professionnels de santé", rassurent les signataires de la tribune. 

M.S

* Ce texte, publié le 23 avril dans Le Figaro, est une tribune signée par:

  • les étudiants en soins infirmiers représentés par la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers
  • les infirmières et infirmiers libéraux représentés par le SNIIL
  • les étudiants en premier et deuxième cycle de médecine représentés par l’ANEMP
  •  les étudiants en troisième cycle de médecine générale représentés par l’ISNAR-IMG
  •  Les étudiants en troisième cycle de médecine représentés par l’ISNI
  •  Les médecins généralistes remplaçants et installés depuis moins de 5 ans représentés par ReAGJIR
  •  Les médecins en centres de santé représentés par l’USMCS
  •  la Fédération nationale des centres de santé (FNCS)
  •  les maisons de santé pluriprofessionnelles représentées par la FFMPS
  •  les patients atteints de diabète représentés par la Fédération française des diabétiques

POUR LIRE LA TRIBUNE SUR LEFIGARO.FR, c'est ICI

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

13 réponses pour “Infirmier de pratique avancée IPA : un enjeu de santé publique majeur”

  1. Anonyme dit :

    Toujours en train d évoquer des sujets dt tout le monde se moque !!! Sérieux…. vous nous prenez pour des jambons avec vos articles debiles ?? Pourquoi les médecins s augmentent chaque année ?? Pourquoi les indemnités kilométriques pour les ide sont pas les mêmes que celles des médecins et kines ?? Pourquoi les salaires n ont pas été réévalués depuis 1984??? Connards !!!

  2. Anonyme dit :

    Quelle honte de relayer une trubune publiée par un syndicat d’IDEL non représentatif et des syndicats de médecins ou étudiants

  3. Anonyme dit :

    Pour ceux qui voulait faire médecine à la base…. on délègue les actes médicaux …. sur le papier c’est beau mais en pratique mettez déjà le nombre d’IDE qu’il faut….

  4. Anonyme dit :

    Kouloud Boukhris sujet d’actualité

  5. Anonyme dit :

    Des formations existantes mais non reconnue et valorisée.

    Comme depuis des lustres
    Notre profession avance à pas de tortue :/

  6. Anonyme dit :

    Je suis sorti de l’école en 2014 avec pour idée depuis 2012 de prendre ce chemin …
    2018 pas d’avancée concrète sur les inf de pratique avancée lol.

    Beaucoup de promesses… peu d’action

  7. Anonyme dit :

    OK mais il faudrait déjà un nombre suffisant de soignants par patients et qui fera ce supplément de formation ?

  8. Anonyme dit :

    Sarah Picard ça peut peut être aider pour ta 4.8

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
272 rq / 2,085 sec