Un coup d’accélérateur dans la prévention des addictions ?

Des infirmières très présentes au centre thérapeutique résidentiel pour mineurs Prélude à Lille où Marisol Touraine s'est rendue jeudi 4 juin pour évoquer la prévention et la prise en charge des addictions chez les jeunes. Elle a promis de renforcer la politique de prévention auprès des jeunes.

Un coup d'accélérateur dans la prévention des addictions ?

Photo Twitter. @MarisolTouraine

Au centre Prélude, la ministre de la Santé a découvert un type d'accueil et de prise en charge des jeunes confrontés aux addictions quasi unique. Hormis Prélude, un seul autre établissement accueille en internat des mineurs ayant des « problématiques addictives » en France (à Marseille).

La grande maison de maître, gérée par l'association La Sauvegarde du Nord, dispose de huit places (mixtes) en internat.

Entre la vie domestique, les entretiens, les démarche et les activités, « la journée des jeunes est très rythmée pour leur redonner des repères », a expliqué Frédéric Brzozowski, responsable du pôle Addictologie de La Sauvegarde en amenant la ministre dans une salle où se tenait un atelier peinture.

Infirmière ET travailleur social

A l'extérieur, Céline, infirmière, anime un atelier de beach-volley. Elle travaille à Prélude depuis un an et demi après être passée par un centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques chez les usagers de drogues (CAARUD) et un centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA).

La dimension sociale et relationnelle occupe une grande place dans son rôle ici. « Quand on travaille dans un établissement de ce type, on est un travailleur social comme un autre », souligne-t-elle. Comme les éducateurs et les assistantes sociales, elle participe donc pleinement à la vie du centre et à l'accompagnement des jeunes. « On a le temps et on prend le temps » de s'occuper d'eux, apprécie-t-elle.

En plus, elle prodigue des soins, fait le lien avec le médecin, prend les rendez-vous des jeunes auprès de structures partenaires, réalise les entretiens « santé » avant l'accueil et après une hospitalisation, elle suit leur traitement... « On essaie de leur faire retrouver un parcours de soins, ajoute Céline. Et de les accompagner dans le sevrage psychologique pour qu'ils retrouvent un rythme de vie sans produit. »

Certes, la vie du centre connaît des moments de tension et la jeune femme de 25 ans y fait face, comme ses collègues, de jour comme de nuit. Mais la « reconnaissance des jeunes », comme après le « camp » de quatre jours qu'elle a organisé sur la côte ce printemps, lui apporte beaucoup de fierté. Un panneau de photos rempli de remerciements en témoigne.

Cap sur les CJC

Marisol Touraine a rencontré sur place différents acteurs de l'aide aux personnes souffrant d'addictions. Tous espèrent que la priorité à la prévention affichée dans le projet de loi de santé et défendu par la ministre deviendra réalité.

Dans une société devenue « addictogène », c'est une question d'urgence, a souligné Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction. L'accent a longtemps été mis sur la pénalisation de l'usage et le traitement du malade. Résultat : « on a pris du retard » pour mettre en place de vrais outils de prévention, ajoute-t-il.

Les consultations jeunes consommateurs (CJC) sont bel et bien là, cependant, et remplissent leur rôle en accueillant, gratuitement, anonymement et sans jugement les jeunes et/ou leurs familles.

Lancée juste après les attentats de janvier, la campagne de promotion de ces CJC n'a pas eu la visibilité espérée... Marisol Touraine veut la relancer prochainement. Et une carte interactive permettra bientôt aux jeunes de localiser la CJC la plus proche de chez eux, a-t-elle aussi annoncé devant les participants aux Journées nationales de la Fédération Addiction.

Aussi, la ministre a promis que « la promotion de la santé débutera dès le plus jeune âge » au travers d'un futur parcours éducatif à l'école visant notamment à prévenir les conduites addictives. En revanche, elle a bien posé dans le camp des municipalités la balle des salles de consommation à moindre risque.

 Olivia Dujardin

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
212 rq / 2,897 sec