La carte des cliniques qui refusent les stagiaires infirmiers

| | mots clefs : , 29 réactions

La vient de publier la carte de France des cliniques qui refuseront le 1er mars d'accueillir des stagiaires infirmiers tandis que les Ifsi commencent à recevoir les premiers courriers de refus.

La carte des cliniques qui refusent les stagiaires infirmiersLe Monde cite Nadine Clozel, directrice de l'institut de formation aux soins infirmiers (IFSI) de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) qui a reçu, le 10 févier, une lettre de la Clinique du Renaison, à Roanne (Loire), lui annonçant que l'accueil de douze de ses étudiants qui devaient y accomplir un stage professionnel de cinq ou dix semaines, à partir du 1er mars, était« suspendu pour une période indéterminée ».

La lettre qu'elle a reçue se conclut par cette formule : « Nous serions heureux de n'avoir pas à mettre en œuvre une mesure que nous savons difficile mais à laquelle nous sommes contraints. »

En réalité, Mme Clozel a reçu la même lettre-type que de nombreux directeurs d'IFSI. Selon la FHP, "800 établissements soit plus de 70 % ont confirmé leur volonté de soutenir ce mouvement".  La Générale de Santé, Médica, Korian, Orpéa, Noble Age... : tous les poids lourds du secteur suivent.

Rappelons que la FHP elle est « entrée en résistance », selon ses propres termes, le 5 février, en menaçant de différer le recrutement de quelque 3 000 personnes et de suspendre l'accueil des stagiaires. La fédération s'inquiète de la dégressivité tarifaire et de l'absence de récupération du Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi (CICE).

La FHP a adressé à cet effet une lettre d'engagement à chacun des 1100 cliniques et hôpitaux privés qu’elle fédère.

Jean-Loup Durousset, président de la FHP, et les présidents de spécialités Lamine Gharbi (FHP-MCO), le docteur Gabriel Bossy (FHP-SSR) et le docteur Olivier Drevon (UNCPSY) rappellent que " la Fédération contrainte et forcée d'envisager une telle mesure serait heureuse de ne pas la mettre en oeuvre. Mais l'hospitalisation privée subit trop de brimades et d'iniquité de traitement pour ne pas réagir. Nous sommes les otages du gouvernement au détriment de l'efficacité du système de santé français".

En attendant, ce sont surtout les étudiants infirmiers qui sont pris en otage... Coup de force ou simplement coup de pub ? Pour l'instant la pression se renforce.

Rédaction ActuSoins

 La carte interactive des cliniques qui refusent les stagiaires.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

29 réponses pour “La carte des cliniques qui refusent les stagiaires infirmiers”

  1. syndicat RESILIENCE dit :

    communiqué RESILIENCE : étudiants en soins infirmiers
    pris en otage, le bal des cocus (BIS),

    comme suite au communiqué RESILIENCE du 11 février 2014, voir copie jointe,

    comme suite à la mise à exécution des menaces de la FHP, privant des dizaines de milliers d étudiants en soins infirmiers de stages à compter du 01 mars 2014,

    constatant la navrante et impuissante inutilité ordinale infirmière du président Borniche qui se voulait être l arbitre entre les belligérants,

    RESILIENCE demande à monsieur Gérard Vincent, Délégué Général de la FHF, de mettre – dans les meilleurs délais – son offre de stages, dans le secteur public, à disposition des dits étudiants,

    RESILIENCE demande à madame la Ministre de la Santé de faire en sorte que les subventions/dotations/compensations allouées au secteur privé, au titre de sa participation au service public de Santé, soient immédiatement suspendues,

    RESILIENCE demande – par ailleurs – à ce que soit revue la durée des stages infirmiers de 10 semaines pour les ramener à 6 semaines au maximum et ainsi pouvoir offrir aux étudiants concernés une diversification de leur expérience avant d entrer en exercice professionnel,

    RESILIENCE – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

  2. onialapoubelle dit :

    Les établissements privés se sont toujours satisfaits des “petites mains étudiantes infirmières” disponibles gratuitement pour aider ou remplacer des personnels soignants. Les prendre en otage du jour au lendemain en les excluant des terrains de stages démontre à quel point ces “petites mains qui rendent bien service” sont peu considérées. Il me paraît important que la FNESI qui vient de se faire avoir par l’Ordre infirmier (qui ne peut rien une fois de plus, sauf attirer des futurs cotisants une fois diplômés en gesticulant inutilement) et qui vient de se faire entuber par la FEHAP dépose une plainte en bonne et dûe forme pour non respect de la participation des établissements privés (dont beaucoup restent subventionnés par les deniers publics) à la mission de service public qui lui a été dévolue par le législateur.

  3. Bettyboo dit :

    Si les clinique n’était plus là , les hôpitaux publics serait de fait moins en déficit ainsi que la sécu. Alors qu’ils crêvent d’autant que se ne sont que les medecins et autres actionnaires qui profitent des bénéfices. Quant ils redistriburont une partie au IDE, aides soignant, secretaire etc… je réviserais mon avis.

  4. C’est adhérant !!!
    On note quand même qu’il est du rôle propre de l’IDE de transmettre son savoir, et ainsi effectuer l’encadrement par le biais du tutorat pour favoriser l’apprentissage des élèves infirmiers !
    Hors la loi ???
    Peut on m’expliquer ?

  5. leilou dit :

    autrefois les EIDE était une main d’œuvre gratuite beaucoup plus sure et plus rapidement formée qu’aujourd’hui, voilà pourquoi les cliniques, encore plus investie dans la rentabilité ne veulent plus d’eide. Tout simplement parce que les IFSI se reposent essentiellement sur les structures pour les former. Car en terme de pratique et de théorie, les EIDE même de 3ème année, sont loin d’avoir le niveau des EIDE d’autrefois.

    Je ne dis pas cela pour choquer ou froisser. C’est le constat que je fais au quotidien. Sur 10 EIDE il y en a 1 ou 2 qui sortent du lot et ce n’est pas rentable pour des cliniques….

    Je rappelle que je suis contre les décisions des structures privées que je trouve choquantes…

  6. Maintenant, il faut reconnaitre que l’encadrement des étudiants demande du temps…en libéral, après deux mauvaises expériences(2 étudiants peu motivés qui m’attendaient ds la voiture pour fumer leur clope….et des commentaires parfois très déplacés..)j’ai fais le choix de ne plus en prendre…c’est peut être ‘pas bien’ mais je l’assume

  7. A ce rythme la il n’y a plus qu’à fermer les Ifsi !!!

  8. Bah zut polyclinique de furiani n y est mm pas !

  9. Perso : Public, Privé même combat, c’est l’encadrant et le chef de service qui fera la différence au final. Pour exemple: mon premier stage en public j’ai fait du “ménage de printemps”, je pense que j’aurais préféré “laver des culs” comme dirait certains de nos futurs professionnels!!!

  10. Arrêtez de râler après l’encadrement qui est mauvais dans les cliniques (surtout quand vous en avez fait plusieurs…)
    Vous pleurez parce que vous faites la “merde” !! Et bien je vous rassure ça a toujours été comme ça, dans le privé comme dans le PUBLIC ! Vous parlez de négocier vos contrat ou ne bosser qu’avec un pont d’or : mais réveillez vous, c’est la même chose, dans le prive ou dans le public ! Aujourd’hui, les infirmiers et infirmières ne sont plus en position de négocier quoi que ce soit !! Notre ministère veut la mort de notre système de santé il faut croire…

  11. sebastien92 dit :

    C’est bien lamentable comme décision ! J’ai vécu la fermeture de mon IFSI du temps de la grippe A et oh surprise taux d’échec record au DE (oui le truc qui à l’époque avait un examen à la fin…) Inventer la grève de l’encadrement il fallait vraiment être sacrément tordu pour y penser. Sinon j’ai bossé dans le privée à but lucratif et j’ai pas forcément été submergé de stagiaires et notre encadrement était de qualité… Maintenant je suis cadre en EPSPH et mes collègues de jours ne se servent pas non plus des étudiants comme main d’oeuvre gratuite.

  12. en Bretagne il accepte les stagiaire après dans certain établissement il les mettre a faire les sales taches!mes attention il sont pas tousse comme ça.

  13. Mais que fait notre ministère!!! C’est honteux!

  14. little_ily_ dit :

    Et bien sur le public va raquer derrière, merci…

  15. @ Arnaud termine ta formation et surtout trouve un poste IDE… Aujourd’hui les infirmiers prennent des postes d’aide soignantes pour survivre!!! Après tu pourras faire le difficile!

  16. pour avoir travailler et connu donc certaines cliniques , prendre des stagiaires est une responsabilite et une disponibilite enorme :il n’ya plus assez de personnels encadrants et pourtant bcp de travail ! et pour l’une d’entre elle en tout cas bcp d’ambulatoire donc aucun interet pour une stagiaire car trop peu de temps pour une prise en charge ! réfléchissez que ce sont aussi la diminution des journées d’hospi par les ministeres de la sante successifs qui en est surement la cause aussi alors ne tapez pas sur l’ambulance trop vite ………. ce n’est qu’un debut ! malheureusement ! j’ai connu le debut de la budgetisation des hôpitaux dansles annees 1980 et depuis c’est la degringolade de la qualite des soins et des formations au sein des hôpitaux et la mort de certaines cliniques !

    • Enfin le problème temps/disponibilité est la même dans les hopitaux publiques

    • pour avoir ete hospitalisee et donc passee de l’autre cote de la barriere , j’ai pu voir que les stagiaires ne sont pas encadrees correctement ! et j’etais dans un hôpital public ! dans lescliniques ou j’ai eu travaille la plupart des infirmieres etaient intérimaires : faites de la formation quand vous etes peu au courant du service ou vous travaillez !!!! ne vous inquiétez pas bientôt le nombre de cliniques va tellement diminuer par fermeture que les hôpitaux eux non plus ne pourront pas prendre toutes les stagiaires ! les cliniques sont pour la plupart gerees par de gros groupes qui rachetent toutes les petites et en font des boites à fric ……..les hôpitaux ne vont plus etre assez rentables pour l’etat et les requins commenceront à tourner et vous comprendrez ce qu’il arrive aux cliniques !!!!

  17. j’ai fais 2 stages dans le privé et franchement… je n’y voit aucun intérêt … j’étais de la main d’oeuvre gratuite qui n’était que pas ou peu encadré perso je n’irais pas bosser dans le privé ou alors avec un pont d’or et à la condition express d’avoir un stagiaire par semestre mettant en avant ma compétence 10… (en gros vous l’écrivez dans mon contrat ou alors je me casse…)

    • sebastien92 dit :

      je crois que le premier infirmier que je reçois en recrutement et qui me sort texto “recevoir un stagiaire par semestre en mettant en avant ma compétence 10” je me tape un fou rire et lui rappelle son obligation légale de participer à la formation de ses pairs et à la transmission de connaissances… Non mais franchement

  18. étudiant = main d’œuvre gratuite + future professionnel qui pourrait travailler ds le privé… c’est vraiment les desservir que de faire ça quitte a mettre une dizaine d’étudiant par service postés matin, soir, nuit…

  19. Emilie Boch dit :

    Sauf que c’est pas tout à fait vrai Diaverum à Mulhouse en accepte, j’y étais !

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
230 rq / 1,677 sec